Voir le profil de JACQUELINE

Retour à la liste des membres


MP non autorisé

JACQUELINE femme Pays : France

+ d'infos

Merci pour vos messages de soutien et toutes ces fleurs à l'attention de Nestor.
Je pensais me retrouver seule face à la perte de mon compagnon.
Je suis très touchée par votre gentillesse.
Tout le monde ne comprend pas qu'on puisse s'attacher à un animal.
J'appréhende déjà demain où j'irai travailler sans lui.
Il m'accompagnait au travail et restait sous un abri devant la fenêtre de mon bureau d'où je pouvais le surveiller.
Notre pause de midi, nous la passions assis dans l'herbe où il aimait se rouler.
Certains de mes collègues se moquaient de nous: un chien aveugle et malade n'a plus de raison de vivre!
Nestor m'a accompagné pendant 14 années sur une route parfois semée d'embûches.
Quand je n'allais pas bien, il souffrait avec moi. Quand j'avais une poussée de rhumatismes, il boitait, quand j'étais seule, il restait à mes côtés.
Par manque de chance, il a été mordu par une tique il y a quelques années.
La vétérinaire l'a sauvé de justesse mais ne lui donnait guère de chance de s'en sortir.
Il est resté pendant 3 mois paralysé de l'arrière-train.
Je ne voulais pas l'abandonner.
J'ai acheté une poussette de bébé ce qui nous permettait de continuer de faire nos promenades quotidiennes entourés d'autres propriétaires de chiens.
Ainsi Nestor n'était pas contraint de rester seul à la maison.
Puis j'ai eu la permission de l'emmener avec moi à mon travail.
Il était couché dans sa niche et se faisait cajoler par les clients. Il était un peu devenu la mascotte de la société.
Je pense que le fait de le stimuler lui a donné la force de remarcher.
Il se traînait sur ses pattes à la recherche de câlins et un beau jour, je le vois sortir de sa niche en marchant.
Mais il a gardé des séquelles de sa maladie.
Il était devenu diabétique et pendant 6 ans, il a reçu une piqûre d'insuline matin et soir ce qui ne l'empêchait pas de gambader par là et d'être joyeux.
Puis il a commencé à se cogner un peu partout. C'est là que je me suis aperçu qu'il perdait la vue.
Puis ce furent les AVC.
A chaque fois, la vétérinaire me préparait au pire et pourtant Nestor s'en sortait...
Puis je me suis aperçue d'une légère grosseur à son derrière. Je pensais qu'une glande anale était obstruée et j'ai pris RDV chez la vétérinaire pour la vider.
Mais c'était une tumeur.
Ces derniers temps, Nestor marchait de plus en plus mal.
Il avait du mal à faire ses besoins.
Depuis quelques semaines, il perdait un peu de sang.
Puis ces derniers jours, son état s'est détérioré.
J'ai pris rendez-vous chez la vétérinaire.
Elle a suivi Nestor pendant toutes ces années et je lui faisais confiance.
Elle m'a fait comprendre que la tumeur était déjà calcifiée et qu'elle commençait à lui coincer la colonne vertébrale, que la peau contenant la tumeur allait bientôt lâcher et qu'il ferait une hémorragie.
Nestor s'en est toujours sorti, c'était un "dur", mais je voulais qu'il parte dignement et lui éviter ces souffrances.
Je suis donc partie à notre RDV hier pensant qu'il existerait des "pilules-miracles", mais je suis revenue sans lui.
Il a été soulagé de ses douleurs.
La vétérinaire qu'il aimait bien lui a parlé en lui faisant sa dernière piqûre pour l'endormir.
Elle m'a laissée seule avec lui.
Je le tenais dans mes bras, il a commencé à bailler, puis s'est endormi.
Une toute dernière piqûre dans le coeur et il est parti au royaume des animaux.
A la maison, son repas de midi l'attendait.
J'ai cru au miracle, mais au fond de moi je savais qu'il fallait le laisser partir.



Vos chiens