Connectez vous pour utilisez les Mails privés et le carnet d'adresses
Mail Privé
Carnet d'adresses
Signalez un abus
Envoyez cette page



Facebook LinkedIn Twitter



recherchez toutes les informations sur Bouboule, mon petit Chat
sur le site cimetierepourchien.com  
sur le web  
  La page de Bouboule, mon petit Chat a été vue 22 583 fois.

En hommage à
Bouboule, mon petit Chat


Il est né le :--/--/----
Il nous a quittés le :27/03/----
 



En hommage à Bouboule, mon petit Chat

Jeudi 14 Septembre 2017 : Mon petit Bouboule
沍ケ汳咀沽昨沽會汨シ汳歴汳幤沍シ沍サ沽昨沽會汨シ汨シ汨シ汨シ汳歴汳歴汳歴汳歴汳幤汳幤汳幤汳幤汳幤沍シ沍シ汳

Tu rejoins aujourd'hui tous mes autres Anges canins car sur le Pont-de-l'Arc-en-ciel, il n'y a pas de diffテゥrence !!
Mais je conserve bien entendu ta page sur le Cimetiティre pour Chats oテケ tu es avec tous tes petits compagnons. Le Temps a passテゥ mais je ne t'ai pas oubliテゥ !!汳歴汳呆汳役沍ケ沽會汾ゥ汳愚汳愚沽昨汳晰汳橇汨沍ク沽嬉沽沽解沽サ沽サ沽サ沽ス沽ス沽サ沽サ沽サ沽サ沽サ沽サ沽サ沽サ沽サ

****
Mon premier Chat 沽サ沽サ沽サ沽サ沽サ沽ス沽ス沽ス沽ス沽ス沽ス汳夸汳夸汳夸汳夸汳夸汳夸汳夸汳幤汳幤汳幤汳幤汳
Je n'テゥtais encore qu'une petite fille (j'avais テ peine 5/6 ans). Comme je n'ai que trティs peu de souvenirs de lui et encore moins de photos, j'ai mis une date fictive pour son envol vers le Paradis des Chats. 沍ケ汳歴汳歴汳歴汳歴汳歴沽サ沽サ沽サ汳咀汳咀汳咀沽會沽會沽會沽會沽會沽昨沽昨沽昨沽昨沍ケ沍ケ沍ケ沍ケ
Je sais simplement que Bouboule a disparu lors d'un dテゥmテゥnagement et que malheureusement, nous n'avons pu jamais le retrouver. Je pense qu'il a retrouvテゥ la vie des chats sauvages du quartier ....

Tendres pensテゥes et gros cテ「lins mon petit Bouboule I LOVE YOU .沽サ沽サ沽サ沽サ沽サ沽ス沽ス沽ス沽ス沽ス沽ス汳夸汳夸汳夸汳夸汳夸汳夸汳夸汳幤汳幤汳幤汳幤汳






2861 Fleurs




651 messages



Déposé par poutounou le 29/12/2019  

T窶兮imer mon Ange, t窶兮imer テ faire trembler la mort !!!
*
AIMER
*
Aimer la vie jusqu窶凖 supplier la mort
Aimer テ vie, aimer テ tort
Aimer pour ne rien recevoir
Aimer jusqu窶兮u dernier regard
Un souffle qui passe
Un nuage qui s窶册fface
Aimer テ n窶凉 rien comprendre
Aimer quand il n窶凉 a plus テ prendre
Qu窶冰n vide incolore
Au fond d窶冰n puits qui dort
*
Aimer le mur qui boit l窶冑orizon
テ l窶冩mbre d窶冰ne main verrouillテゥ
Aimer avec, aimer selon
Aimer le chemin perdu dans la vallテゥe
Celui qui ne mティne nulle part
Aimer jusqu窶兮u point de dテゥpart
Aimer toujours, aimer encore
テ faire trembler la mort
*
Aimer si fort
Que le vent se fige
Pour glisser dans un vertige
Aimer seul ou bien テ deux
テ deux, mais pas plus seul qu窶兮vant
Quand les mots de tes yeux
Ricochent sur les parois du temps
T窶兮imer jusqu窶凖 ne plus aimer
Que de t窶兮imer
*
(Auteur inconnu)


Déposé par poutounou le 25/12/2019  

Je souhaite de Joyeuses Fテェtes de Noテォl テ tous les gentils membres du cimetiティre virtuel. Que vos Anges tant aimテゥs vous rendent visite dans vos rテェves pour テゥgayer votre vie et chasser le chagrin causテゥ par leur dテゥpart窶ヲPoutounoux tout doux テ vous tous !
*
Les douze lutins
*
Ils sont douze lutins
Dans ce joli village
De songe et de cristal
Derriティre les montagnes
Trois qui frappent l'enclume
Et remplissent d'テゥtoiles
La forge du grand gel
Trois qui font テ l'enseigne
Du Rire de l'Hiver
De frais gテ「teaux de neige.
Trois qui tirent l'alテェne
En secret dans la basse
テ営hoppe du sommeil
Trois autres qui allument
Leurs petites lanternes
Et n'attendent qu'un signe
Pour s'en aller sonner
Les cloches de Noテォl
*
Paul-Alexis Robic


Déposé par poutounou le 22/12/2019  

Avoir ta patte dans ma main, l窶冓nstant seulement d窶冰ne pause窶ヲ
*
L'INSTANT D'UNE PAUSE
*
L窶冓nstant d'une pause
Le bonheur est fait de rien
Et de mille petites choses
De se lever le matin
Sans plus en chercher la cause
De savoir que le chemin
Parfois peut-テェtre morose
Et dans un sourire malin
テ閣re prテェt pour une pause
Il y a des jours oテケ tout est gris
Et oテケ l'on ne voudrait rien voir
Et puis, il y a notre coeur aussi
Qui nous conduit jusqu'au soir
Il y a cette solitude intense
Qui existe et qui est lテ
C'est dans ces moments, je pense,
Que je peux rテェver de toi
テ chercher, テ tout comprendre
Je me demande si je verrais
Un jour les fleurs en dテゥcembre
Et la neige en テゥtテゥ
Sur le site de mon coeur
Il y a tant de va-et-vient
Et j'en ressens la douleur
De la nuit jusqu'au matin
Le bonheur est fait de rien
Et de mille petites choses
D'avoir ta patte dans ma main
L'instant seulement d'une pause.


Déposé par poutounou le 15/12/2019  

Que c窶册st bien dit : ツォ elle crie dans le silence ツサ. J窶册n ai ツォ criテゥ ツサ des larmes quand tu es parti mon Ange窶ヲ
*
UNE LARME
*
Soudain elle surgit venue des profondeurs,
sa valeur est inestimable tant elle est vraie.
Plus riche qu'un trテゥsor, elle perle au grテゥ du moment,
scintillante de vテゥritテゥ et pourtant si indテゥchiffrable
qu'aucun n'eut pensテゥ de la comprendre.
Merveille qu'elle est, elle s'テゥcoule vivement
pour laisser fuir l'autre qui la suit.
Rempli de joie ou de mテゥlancolie,
seul l'テェtre qui la laisse filer peut la comprendre
car elle crie dans le silence.
*
Oテケ il y a une larme,
il y a un coeur.


Déposé par Biscuit le 14/12/2019  


Tu n'as pas besoin de parler pour que je te comprenne.
C'est ton regard qui parle, c'est ton silence qui parle.
Et le jour quand tu mourras, doux et fidティle ami,
Tes yeux vert olive continueront de me regarder
De lテ-haut, テ l'instar d'une テゥtoile enveloppテゥe de tranquillitテゥ.
Ta race n'a pas d'importance, ton nom n'a pas d'importance,
Ta vie si courte que tu prテゥsentes テ l'homme
C'est la fidティle offrande de cet amour sans retenue
Qui se trouve dans ton regard de flamme allumテゥe
Jusqu'au jour dernier et ignorテゥ de ta triste vie.


Déposé par poutounou le 08/12/2019  

Il est encore trティs loin le Printemps !!!
*
L'automne
*
Quand s'annonce l'automne
La marmotte marmonne,
Rentre dans sa maison
Et dit : "C'est la saison
Oテケ mon lit a du bon ;
Dormons."
Et elle attend le temps du soleil窶ヲ
Le printemps
En dormant窶ヲ
*
Georges Jean


Déposé par Cupidon le 02/12/2019  

**** Ne soit pas Triste ****
Ce que tu vois aujourd'hui, ce n'est pas moi.
Ce n'est qu'une enveloppe qui m'a テゥtテゥ prテェtテゥe,
Le temps d'une vie terrestre.
Elle m'a permis de te connaテョtre et de t'aimer テ ma faテァon.
Mon vrai moi, l'テNe que je suis,
Vient de traverser une nouvelle テゥtape vers l'accomplissement de soi.
Ne sois pas triste, sois heureuse pour moi.
Lテ oテケ je suis, la lumiティre et l'Amour m'enivrent puisque,
En plus de nager dans un Ocテゥan d'Amour limpide,
J'ai emportテゥ avec moi celui que tu m'as
Si gentiment et inconditionnellement offert !
J'aimais la Vie, tu le sais bien.
La mort physique, ce n'est pas la mort de l'テNe !
Ce que j'avais テ apprendre ou テ faire
Dans cette vie-ci est accompli.
Je n'emporte que de bons souvenirs car,
Un テゥvテゥnement triste ou encore un obstacle,
Dans mon ancien monde,
Est un privilティge, c'est une occasion de grandir
Qui est offerte, une occasion d'テゥvoluer
Un peu plus テ chaque fois.
S'il y a quelque chose que tu aurais aimテゥ me dire,
Il n'est pas trop tard. Je suis maintenant "conscience"
Je peux, par le fait mテェme, percevoir tes pensテゥes
Et tes vibrations les plus pures.
Ce soir ou mテェme ici, installe-toi dans un coin calme, Entre en toi,
Ouvre ton cナ砥r et perテァois mon image
Au centre d'un radieux soleil.
Sens son incommensurable chaleur qui t'apaise et t'irradie.
C'est テ ce moment-lテ que je t'enverrai d'ici,
Tout l'Amour テ l'テゥtat cristallin
Qu'il t'est humainement possible de recevoir !
N'oublie pas que c'est ici, en toi,
Que tu pourras toujours reprendre contact.
Mテェme si, parfois, tu ne me percevais pas,
Sois certaine que j'y serai tout de mテェme !!
Ta vie continue, La mienne aussi窶ヲ
Rendez-vous dans une autre dimension,
Au moment opportun. Je t'y accueillerai
Pensテゥe


Déposé par poutounou le 01/12/2019  

Et oui, bientテエt l'hiver !!! Sortez gants et bonnetツ!!!
*
Les feuilles mortes
*
Tombent, tombent les feuilles rousses,
J'entends la pluie sur la mousse.
*
Tombent, tombent les feuilles molles,
J'entends le vent qui s'envole.
*
Tombent, tombent les feuilles d'or,
J'entends l'テゥtテゥ qui s'endort.
*
Tombent, tombent les feuilles mortes,
J'entends l'hiver テ ma porte.
*
Pernette Chaponniティre ("L'テゥcharpe d'iris" - Ed Hachette)


Déposé par poutounou le 24/11/2019  

Le bel automne
*
テ pas menus, menus,
Le bel automne est revenu
Dans le brouillard, sans qu窶冩n s窶册n doute,
Il est venu par la grand窶决oute
Habillテゥ d窶冩r et de carmin.
Et tout le long de son chemin,
Le vent bondit, les pommes roulent,
Il pleut des noix, les feuilles croulent.
Ne l窶兮vez-vous pas reconnu ?
Le bel automne est revenu.
*
Raymond Richard


Déposé par Rosablue le 20/11/2019  

"Il y a lテ-bas un pont qui connecte le ciel et la terre, on l'appelle le Pont de l'Arc-en-ciel"
Dans cette partie du Paradis existe un endroit nommテゥ Pont de l'Arc-en-ciel.
Lorsque meurt un animal de compagnie, il se rend dans ce pays qui connecte le Ciel avec la Terre.
On y retrouve lテ-bas, prairies ondoyantes, paisibles collines et vallテゥes luxuriantes et tous les amis テ quatre pattes qui y sont rテゥunis peuvent y courir et s'amuser ensemble.
Ils peuvent enfin y creuser tous les trous qu'ils dテゥsirent, courir dans de jolies plates-bandes, se rouler dans de gテゥnテゥreux marais, bref toutes les interdictions terrestres n'y font plus loi.
Dans cette contrテゥe lointaine abonde eau, nourriture et soleil, et tous nos amis y sont confortables et bien au chaud, テ moins que l'on ne dテゥcide d'aller courir un peu dans les hautes montagnes coiffテゥes de neiges テゥternelles.
Ceux qui テゥtaient malades ou trop vieux ont recouvrテゥ ici santテゥ et vigueur; ceux qui テゥtaient blessテゥs ou infirmes sont devenus sains et forts, ceux qui テゥtaient abandonnテゥs, nテゥgligテゥs ou maltraitテゥs ont enfin trouvテゥ chaleur et rテゥconfort.
Les animaux sont heureux et en paix, mais pour un grand nombre d'entre eux, il manque quelque chose de prテゥcieux テ leur cナ砥r.
Ils ont perdu quelqu'un de trティs spテゥcial qu'ils aimeraient tellement avoir de nouveau テ leurs cテエtテゥs.
Des jours de bonheur se coulent donc doucement dans d'interminables jeux et courses folles テ l'intテゥrieur de cette grande meute pacifique.
Mais un jour, arrivera le temps ou l'un d'eux s'arrテェtera soudainement, tous ses sens se tiendront aux aguets.
Ses yeux perテァants miroiteront de mille feux, ses oreilles attentives se dresseront tels des miradors, son corps frテゥnテゥtique palpitera de toutes parts.
L'テゥlu commencera テ courir hors du groupe, volant au-dessus des verts pテ「turages, traversant les larges riviティres, ses pattes le portant de plus en plus vite, de plus en plus haut.
テa y est, vous le voyez courir vers vous dans ce point de lumiティre au bout du tunnel... en toute fidテゥlitテゥ votre chien vous a repテゥrテゥ entre tous et il est venu テ cette ultime rencontre.
Vous souriez !
Enfin, vous vous retrouvez ensemble, ses joyeux bisous d'antan pleuvant de partout sur votre visage, vos mains pouvant テ nouveau caresser son cou, son flanc, sa tテェte, vous pouvez enfin plonger votre regard dans les yeux confiants et aimants de votre chien.
Plus rien ne pourra dorテゥnavant vous sテゥparer, vous serez テ jamais rテゥunis.
Ainsi vous traverserez ensemble le Pont de l'Arc-en-ciel..."


Déposé par poutounou le 17/11/2019  

LE SILENCE DES MOTS
*
Si seulement il existait des mots
qui sauraient te raconter,
je trouverais les plus beaux
ceux qui ne peuvent rien briser.
*
Je les placerais devant toi
sur une tendre mテゥlodie
et ils t'exprimeraient ce que moi
je n'ai encore jamais dit.
*
De ta tendresse et de ta douceur
ils sont le lien qui nous unit
car j'y ai trouvテゥ dans ton coeur
un amour infini.
*
Pourquoi donc cette solitude
d'un coeur qui a tant souffert,
vient blesser les habitudes
comme si elles ne savaient que faire.
*
Ce matin je pense テ toi
et les mots dansent devant mes yeux,
j'aimerais テェtre contre toi
plus un seul mot, rien que nous deux.
*
Dans le silence de chaque mot
il y a tant de paroles et d'amour
que tout ce que mon coeur trouve beau,
grandit テ chaque jour.
*
(Auteur inconnu)


Déposé par poutounou le 10/11/2019  

Jolie petite poテゥsie
*
Donnez-moi des oiseaux, dit l窶兮rbre,
donnez-moi une foule d窶冩iseaux :
des moineaux, des hirondelles,
des テゥtourneaux, des tourterelles,
des merles, des mテゥsanges
et un coucou,
un seul,
comme un bijou,
contre mon coeur.
Couvrez-moi d窶冩iseaux,
de toutes les couleurs
afin que ce manteau de plume
me tienne chaud pendant l窶冑iver
quand mes feuilles, une テ une,
mortes, au vent cruel
s窶册n sont allテゥes.
*
Jean Joubert


Déposé par poutounou le 01/11/2019  

En ce jour de Toussaint, je vous souhaite テ tous de merveilleux souvenirs de ceux qui ne sont plus...
*
Une odeur, un geste, une musique, un endroit, et tu es lテ, auprティs de moi窶ヲツ!!!
*
QU'UN VOILE
*
Il n'y a qu'un voile,
qu'un voile qui nous sテゥpare.
Il y a un souffle qui nous unit, celui des テ「mes,
si doux, si fin, si persistant,
"Je suis lテ, au-delテ du savoir, du visible, de l'audible" dit la voix.
"Il n'y a que ce voile qui nous sテゥpare
et tu me sens parfois".
Une odeur, un geste, une musique, un endroit,
et je suis lテ, auprティs de toi ;
tu m'entends rire, discourir de ce qui テゥtait.
Dテゥsormais c'est un trテゥsor au fond de toi.
Il n'y a qu'un voile si fin pourtant si infranchissable,
impテゥnテゥtrable car nul ne sait ce qui est au-delテ.
Nul ne doit savoir,
on n'en revient pas,
c'est l'テゥblouissant interdit.
Mais, pour les cナ砥rs, la frontiティre n'existe pas,
l'amour brテサle ce voile si tenu et retrouve le feu de l'テゥternel.
L'amour ne craint l'テゥblouissement mais s'en nourrit constamment.


Déposé par Cupidon le 01/11/2019  

Quand la mort s窶册n vient, la vie s窶册n va-t-elle vraiment ?
Le dテゥpart d窶冰n テェtre cher est le dテゥbut d窶冰n beau voyage
Quand une personne s窶凖ゥteint son テ「me brille intensテゥment
Nos larmes et nos pleurs sont de l窶兮mour en prテゥsage
Les beaux messages de condolテゥances des amis sont des douceurs
Des mots d窶兮mitiテゥ pour nous aider テ supporter l窶冓ntense douleur
Les messages de condolテゥances nous rappellent que la mort n窶册st pas une fin
Le dテゥcティs d窶冰n proche est une dテゥlivrance, une porte vers un nouveau demain
A l窶冑eure de l窶册nterrement d窶冰n テェtre aimテゥ ayons le cナ砥r plein d窶兮mour
Les souvenirs et les pensテゥes nous rappellent l窶冓mportance d窶兮imer toujours
Le linceul et le cercueil ne sont rien窶ヲ L窶凖「me s窶册nvole vers le Paradis
Nos belles priティres et notre affection bercent le dテゥfunt, le couvrent de vie
Envole-toi ! Nous gardons de toi un doux souvenir que rien n窶册ffacera
Ton enterrement nous rappelle le sens de l窶册xistence, mourir est notre destin
Mourir c窶册st vivre autrement dans un ailleurs une existence, un nouveau refrain
Repose-toi le cナ砥r en paix, notre deuil est beau, jamais on ne t窶冩ubliera


Déposé par Cupidon le 29/10/2019  


J'テゥtais sans vie et sans voix
Sans espテゥrance et sans joie
Presque rendu au bout de mon temps
Mais, voici que se sont ouverts
Les grands bras de la lumiティre
Et voilテ que je pars vers l'univers
Je pars, je pars
Je monte, je monte
Je vole
Le ciel est テ moi
Je parle aux テゥtoiles
Je plane de soleil en soleil
Je vole, je vole,
Je brille, je brille,
Je vis
Le ciel est テ moi
L'infini est bleu
Bleu et doux et bon et merveilleux !
J'テゥtais sans vie et sans voix
L'テ「me pleine de ツォ pourquoi ツサ
Perdu dans les silences et dans le mots
Quelle est la raison des choses
Des galaxies et des roses ?
On le sait quand on sait
Que tout est beau
Je pars, je pars
Je monte, je monte
Je vole
Le ciel est テ moi
Je parle aux テゥtoiles
Je plane de soleil en soleil
Je vole, je vole,
Je brille, je brille,
Je vis
Le ciel est テ moi
L'infini est bleu
Bleu et doux et bon et merveilleux !
J'テゥtais sans vie et sans voix
Sans espテゥrance et sans joie
Presque rendu au bout de mon temps
Mais, voici que se sont ouverts
Les grands bras de la lumiティre
Et voilテ que je pars vers l'univers !
Stテゥphane Venne


Déposé par poutounou le 27/10/2019  

Une maille テ l窶册ndroit, une maille テ l窶册nversツ! L窶冑iver approche テ grands pasツ! Sortons nos pelotes de laine窶ヲツ!!!
*
L窶凖ゥcureuil
*
Dans le tronc d'un platane
Se cache une cabane.
Un petit テゥcureuil
Est assis sur le seuil.
Il mange des cerises,
Tricote une chemise;
Recrache les noyaux,
Se tricote un maillot;
Attaque les noisettes,
Fait des gants, des chaussettes...
Qu'importe s'il fait froid !
Tant pis si vient l'hiver !
Une maille テ l'endroit,
Une maille テ l'envers :
L'テゥcureuil, fort adroit,
Se fait des pull-overs.
*
Jean-Luc Moreau


Déposé par poutounou le 20/10/2019  

Je brille sur tous les yeux en pleurs qu窶兮ucun sommeil n窶兮tteint.
*
Une voix du ciel
*
Je suis l'astre des nuits. Je brille, pテ「le et blanche,
Sur la feuille qui tremble au sommet d'une branche,
Sur le ruisseau qui dort, sur les lacs, bien plus beaux
Quand mes voiles d'argent s'テゥtendent sur leurs eaux.
Mes rayons vont chercher les fleurs que je prテゥfティre,
Et font monter au ciel les parfums de la terre ;
Je donne la rosテゥe au rameau dessテゥchテゥ,
Que l'ardeur du soleil a, sur le sol, penchテゥ.
Sitテエt que je parais, tout se tait et repose,
L'homme quitte les champs, et l'abeille la rose :
Plus de bruit dans les airs, plus de chant dans les bois ;
Devant mon doux regard nul n'テゥlティve sa voix,
De la terre ou du ciel aucun son ne s'テゥlance,
J'arrive avec la nuit, et je rティgne en silence !
Je cache mes rayons quand le cri des hiboux
Vient troubler mon repos et mon calme si doux.
*
Je suis l'astre des nuits ; je brille, pテ「le et blanche,
Sur le cナ砥r attristテゥ, sur le front qui se penche,
Sur tout ce qui gテゥmit, sur tout ce qui se plaint,
Sur tous les yeux en pleurs qu'aucun sommeil n'atteint.


Déposé par Cupidon le 17/10/2019  


Les morts ne sont pas morts, les morts vivent encore
Leurs tombes sont vides, n'enfermant que des corps
Certains ont choisi l'ombre, ils errent et ils souffrent
Attendant un appel pour sortir de leurs gouffres.
Les autres que l'amour a libテゥrテゥs d'eux-mテェmes
Je les sais prティs de nous et je sais qu'ils nous aiment.
Ne vous lamentez pas, ne pleurez pas sur eux
Dans la lumiティre du cosmos ils sont heureux.
Les morts ne sont pas morts, ils sont nテゥs テ nouveau
Ils sont dans un jardin et non dans un tombeau
Dans cet ailleurs si proche, ils nous voient, nous entendent
Ils ne nous oublient pas, je sais qu'ils nous attendent
L'ami attend l'ami, l'amante attend l'amant
Et le fils sa mティre, et la mティre ses enfants
Ne vous lamentez pas, prティs du fleuve de vie
Ils oublient l'errance des テ「mes asservies.
Les morts ne sont pas morts, ils sont prティs de vous
Je sais des soirs troublants oテケ ils viennent vers nous
Leur vie est un firmament ruisselant d'テゥtoiles
Chaque テゥtoile est une テ「me テゥvadテゥe de sa toile
Ils ont si soif encore d'un amour infini
Pensez テ eux car la vraie tombe c'est l'oubli
Ne vous lamentez pas, les pleurs sont des priティres
Mais vos douleurs en font des テ「mes prisonniティres.
Les morts ne sont pas morts, un soir ils me l'ont dit.
Jean-Paul Sermonte


Déposé par choupinou le 16/10/2019  

Gouttes au goテサt salテゥ, les larmes sont les messagティres des peines et de la tristesse... Mais pas de honte テ les laisser couler, elles racontent bien des choses.
Merci d'avoir eu une pensテゥes pour mon petit chien noir et blanc,merci pour mon petit Bullgum,
merci テァa me touche テゥnormテゥment surtout en ces moments de tristesse que rappelle sans cesse le souvenir........
cテ「lins a votre petit ange
choupinou


Déposé par poutounou le 13/10/2019  

Coulez, テエ larmes テゥternelles, car ici-bas je reste seul窶ヲ
*
L'ange envolテゥ.
*
Poティte : Franテァois-Marie Robert-Dutertre (1815-1898)
*
Mon ange a reployテゥ ses ailes
Et dort glacテゥ sous un linceul ;
Coulez, テエ larmes テゥternelles,
Car ici-bas je reste seul.
*
テ chティre ombre au ciel envolテゥe,
Chaque nuit sous les noirs cyprティs
Versant des pleurs sur ton blanc mausolテゥe,
Je viens テゥpancher mes regrets.
*
Cette douce sナ砥r de mon テ「me,
Pour charmer mon cナ砥r attristテゥ,
Me parlait encore de sa flamme
Sur le seuil de l'テゥternitテゥ.
*
テ chティre ombre au ciel envolテゥe,
Chaque nuit sous les noirs cyprティs
Versant des pleurs sur ton blanc mausolテゥe,
Je viens テゥpancher mes regrets.
*
Si jusqu'テ toi, de cette terre
S'テゥlティve mon chant dテゥsolテゥ,
Sois attentive テ ma priティre
En ton beau royaume テゥtoilテゥ.
*
テ chティre ombre au ciel envolテゥe,
Chaque nuit sous les noirs cyprティs
Versant des pleurs sur ton blanc mausolテゥe,
Je viens テゥpancher mes regrets.




L'Album photo contient 26 photos






Laissez un message ou une fleur,
allumez une bougie

Pour poster un message, une fleurs ou allumer une bougie, vous devez être un membre inscrit


Vous n'êtes pas connecté

Votre pseudo        Votre mot de passe       

Poster un message

Déposer une fleur
Joindre un message court avec une fleur :

0 mot | 200 Caracteres


























Poster un message ou bien Déposer une fleur


Retourner en haut