Connectez vous pour utilisez les Mails privés et le carnet d'adresses
Mail Privé
Carnet d'adresses
Signalez un abus
Envoyez cette page



Facebook LinkedIn Twitter



La page de Princesse, Vicky a été vue 110 273 fois.

En hommage à
Princesse, Vicky

LABRADOR
Il est né le :27/02/2004
Il nous a quittés le :26/09/2019
 
Pour poster un message, une fleur ou allumer une bougie
connectez vous
Votre pseudo        Mot de passe       



En hommage à Princesse, Vicky

Princesse 28 décembre 1998 / 26 novembre 2012

Tu es entrée dans nos vies alors que tu n'étais encore qu'un chiot. Tu as toujours été d'une très grande douceur. Jamais tu ne nous as fait des dégâts à la maison, ni mangé nos chaussures. Tu as grandi, tu es devenue une superbe chienne nulle pour la garde mais au fond quelle importance, on t'aimait. Patrick disait toujours que tu étais croisée avec un agneau. Tu n'as jamais jappé de ta vie. Mais quelle douceur et quelle gentillesse. Lorsqu'on te donnait une petite gourmandise du bout des doigts tu avais tellement peur de nous faire mal que tu attendais qu'on le pose. Puis tu as vieilli, et petit à petit, ton état s'est dégradé. Malgré les soins, contre la vieillesse, on ne peut rien faire malheureusement. La vétérinaire est venue à la maison pour t'aider à partir et mettre fin à ta vie. Tu es partie dans ta maison que tu aimais tant. Nous ne t'oublierons jamais ma douce Princesse. Vicky, ton amie est allée te rejoindre et je suis certaine que tu l'as accueillie avec joie. Je t'embrasse ma poupée.
Vicky
tu nous as quittés le 26 septembre 2019. Tu étais arrivée au bout de ta vie. Nous t'avions récupérée alors que tu devais aller à la spa. Pendant toutes ces années tu ne nous as donné que du bonheur. Super gentille avec les chats, ils te taquinaient souvent. Tu étais très gourmande et ton péché mignon c'était les œufs durs. Dès que tu voyais qu'on en décoquillait, tu les mangeais des yeux. Tu adorais aller te promener avec Princesse ta grande copine, vous étiez inséparables. Puis Les années ont passé, tranquillement puis la vieillesse a fait son œuvre. Jusqu'au bout, tu as lutté, tu venais en promenade, mais tu t'arrêtais tous les 10 mètres, mais tu voulais y aller. Et puis, un jour, tu as lâché prise, nous sommes allés promener Eclypse sans toi. A partir de là, on a compris que c'était le moment de nous dire au revoir. Tu ne pouvais plus te lever toute seule. Nous t'avons portée puis tous les 4, nous t'avons accompagnée pour ton dernier voyage. Tu es partie sous nos caresses et nos bisous, ta tête appuyée sur mon bras.
Princesse, Vicky, vous étiez 2 amours, vous resterez dans nos mémoires et dans nos cœurs jusqu'au dernier jour de notre vie.
Reposez en paix, nous ne vous oublierons jamais






59 bougies

De la part de
 
 



7454 Fleurs




171 messages



Déposé par spanky le 22/07/2021  

Ce n'est pas parce que tu ne vois pas de larmes, que je ne pleure pas.
Ce n'est pas parce qu'à nouveau je souris que j'oublie,
Ce n'est pas parce que j'ai l'air heureuse que je vais mieux,
Je peux t'offrir le visage qui te fait plaisir,
Mais il n'empêche qu'à l'intérieur....je meurs.


Déposé par poutounou le 18/07/2021  

Petit poème pour tous les « jolis coeurs » du Paradis blanc…
*
Trop beau ton Paradis…
*
Un petit nuage flotte dans le ciel ;
En tombent de jolies gouttelettes dorées.
Et hop, j’en ai plein les yeux…
Oh mais c’est magique ! C’est toi que je vois mon Trésor !
Tu cours là-haut dans les herbes folles,
Entouré d’autres « jolis coeurs » à 4 pattes,
Et dans les airs, ça virevolte d’oiseaux de toutes les couleurs.
C’est plein de lacs, de rivières avec une eau si belle, si limpide…
C’est plein de forêts, de champs et de fleurs…
L’air y est si doux, si pur, si sain…
Qu’il est beau ton Paradis, trop beau !
Où trouver l’échelle pour monter là-haut ?
Dis-moi mon Ange…où ?


Déposé par poutounou le 11/07/2021  

Il était une fois…..
*
Il était une fois un chien
Qui cherchait une main.
Une main chaude et douce,
Qui le caresserait de la tête aux reins.
*
Partout il chercha cette main.
De l’aube à l’aurore, du soir au matin,
Sur tous les chemins ;
Mais nulle part de douce main.
*
Il tomba dans le chagrin.
Mille larmes coulaient de ses yeux de chien.
Il pleura et pleura longtemps,
Mais rien, toujours pas de douce main.
*
« Médor, Médor »…
Réveille-toi mon chien !
Un frisson le parcourut de la tête aux reins…
La voilà la douce main qui fait tant de bien.
*
Plus de larmes, plus de chagrin.
Ce n’était qu’un mauvais rêve ;
Un vilain rêve de chien…
Tout est bien qui finit bien.


Déposé par choupinou le 07/07/2021  


Les personnes n'ont pas toujours besoin de conseil, mais parfois,
elles ont juste besoin d'une main tendue, d'un soutien, d'une pensée,
d'une phrase, peut-être d'un petit poème pour le lire, et le trouver
magnifique, même si une petite larme souvent l'accompagne,
un signe tout simplement et d'un coeur pour les comprendre.
On n'oublie pas ,jamais, un petit chien, un petit chat,
un petit animal, qui nous a fais verser, une tonne de larmes..
Merci de votre présence , de votre tendresse pour notre petit Crapouille d'amour
Il nous manque tellement comme vous manque vos petits amours.
Des énormes câlins a vos petits anges d'amour


Déposé par poutounou le 04/07/2021  

Quand la tristesse est là, laissons couler les larmes….
*
PIERROT
*
Une larme coule sur son visage
Son nez renifle doucement
Dans ses yeux passe un nuage
Qui pleure désespérément
La larme continue de glisser
Sur sa peau lisse et parfumée
Elle laisse sur son visage
Comme l’écume sur la plage
Une trainée de gouttelettes
Qui vont sécher au gré du vent
La larme continue de glisser
Tout doucement sans faire de bruit
Elle atteint le coin de ses lèvres
Que c’est doux, que c’est salé
Il a envie de l’embrasser
Elle vient de son coeur après tout
Et il caresse son visage
Mais ne trouve de son passage
Qu’une peau sèche et veloutée
Une larme est morte au vent d’été.
*
Anonyme
*
Une pensée pour Marc (lecmarc) qui se bat courageusement avec Philou, qui a son petit Coeur de terrien bien fatigué…Encore une larme qui coule…


Déposé par spanky le 01/07/2021  

Comme j'aimerais pouvoir te toucher
Ou même encore te caresser.
Mais la distance est bien trop grande
Donc il ne me reste qu'à attendre.
J'arrive à sentir ton odeur
En imaginant ta douceur,
Et je vois ton si beau visage
Qui apparaît dans les nuages.
Je veux me blottir dans tes pattes
Et que tu ne me lâches pas,
Pour ne plus jamais te quitter
Et puis enfin tout oublier.
Ma vie sans toi n'est plus la même
Car, encore et toujours, je t'aime.
Je t'aime, je t'aime, je t'aime.....
Je t'envoie dans ton petit pays flottant de gros gros bisous.


Déposé par poutounou le 27/06/2021  

Que c'est beau ! "On a dans l'âme une tendresse où tremblent toutes les douleurs..."
*
Rosées
*
Je rêve, et la pâle rosée
Dans les plaines perle sans bruit,
Sur le duvet des fleurs posée
Par la main fraîche de la nuit.
*
D'où viennent ces tremblantes gouttes ?
Il ne pleut pas, le temps est clair ;
C'est qu'avant de se former, toutes,
Elles étaient déjà dans l'air.
*
D'où viennent mes pleurs ? Toute flamme,
Ce soir, est douce au fond des cieux ;
C'est que je les avais dans l'âme
Avant de les sentir aux yeux.
*
On a dans l'âme une tendresse
Où tremblent toutes les douleurs,
Et c'est parfois une caresse
Qui trouble, et fait germer les pleurs
*
René-François SULLY PRUDHOMME (1839-1907)


Déposé par goulou50 le 24/06/2021  

Mon ange
Au moment où tu m'as quittée,
Mon coeur s'est divisé en deux,
Un côté rempli de souvenirs,
L'autre côté est mort avec toi.
Je reste souvent éveillée la nuit,
Quand le monde s'endort rapidement,
Et je me promène sur le chemin des souvenirs,
Avec les larmes aux yeux
Se souvenir de toi est facile,
Je le fais tous les jours
Mais ton absence est un chagrin d'amour
Qui ne disparaît jamais
Je te serre fort dans mon coeur,
Et tu y resteras
Tu vois, la vie à continuée sans toi
Mais ne sera plus jamais la même
Je t'aime mon ange


Déposé par spanky le 20/06/2021  

Mon Maître, ne te tracasse pas pour moi,
N'en reste pas là.
Oui, mon départ te fait très mal !
Oui, tu auras toujours mal !
Mais tu sais maintenant que c'est un envol non un naufrage.
Oui, je sais ! Cela est inguérissable...
Mais que cela ne t'empêche pas de penser aux autres et aussi à toi.
Continue à cueillir, tous les bonheurs de la vie, même les plus petits.
Fais-toi plaisir, chante, écoute de la musique, crée quelque chose avec tes mains, crée quelque chose avec ton cœur, avec ta tête !
Sans cesser de pleurer peut-être, mais crée !
Je te veux vivant, Que mon départ devienne pour toi source de vie !
Je t'en prie, ne t'abandonne pas !
Continue, va !
Je te veux vivant,
Sèche tes larmes de souffrance, car je ne t'ai pas laissé
Tu ne me vois peut-être plus
Mais je suis toujours là, tout prés de toi
Je suis le doux vent et la fine brise du matin
Qui sur ta peau si douce vient te faire frissonner
Je suis la fine caresse du vent
Qui dans tes cheveux ne cherche qu'à retrouver ta présence
Pour s'y rendormir éternellement.
Mon Maître, je t'envoie de grosses léchouilles comme je savais si bien les faire,
Et je te le dis encore et encore je t'aime, et ne t'oublierai jamais.


Déposé par poutounou le 20/06/2021  

Oh oui, rêvons !!! Rêvons de nos Anges...!!!
*
L'Important
*
- C'est quoi, l'Important ?
- L'Important, c'est d'accrocher des rires
Aux branches sèches de la vie…
*
- C'est quoi, la Vie ?
- La Vie, c'est chercher son étoile
Dans le fouillis du ciel…
*
- C'est quoi, le Ciel ?
- Le Ciel, c'est ce qu'on ne peut voir
Qu'en fermant les yeux…
*
- C'est quoi, les Yeux ?
- Les Yeux, ce sont des forges vives
où s'embrasent les rêves…
*
- C'est quoi, les Rêves ?
- Les Rêves….
*
C'est ce qui est important…
*
Robert Gélis ("En faisant des galipoètes" - Anthologie de Poche - Éditions Magnard, 1983)


Déposé par Annie le 19/06/2021  

Chère madame
Étant la nounou de «tous nos amis» pendant les vacances de la créatrice de leur page j'en profite pour vous dire que c'est un grand plaisir de valider les bouquets que vous déposez pour eux chaque jour et qu'ils vous en sont infiniment reconnaissants.
Tendres pensées pour vos angelettes Princesse 💖 et Vicky 💖 qui peuvent être fières de leur maman.
Bien à vous.
Anne


Déposé par spanky le 15/06/2021  

Je me souviens de toi,
Je me souviens de nous.
Je me souviens de tous nos moments,
Je me souviens de toi si présent.
Je me souviens des heures partagées,
Je me souviens des ballades que l’on faisait.
Je me souviens de toi,
Je me souviens de ton regard sur moi.
Je me souviens combien je t’ai aimé,
Je me souviens des instants magiques que nous avons passés.
Je me souviens de ton dernier souffle de vie,
Je me souviens des larmes que j’ai versées a l‘infini.
Je me souviens que jamais je ne pourrai t’oublier.
Je me souviens mon ange que dans mon cœur tu resteras pour l’éternité.


Déposé par poutounou le 13/06/2021  

Ne sommes-nous vraiment personne ou rien ?
*
Le tombeau de Monsieur Monsieur
*
Dans un silence épais
Monsieur et Monsieur parlent
c'est comme si Personne
avec Rien dialoguait.
*
L'un dit : Quand vient la mort
pour chacun d'entre nous
c'est comme si personne
n'avait jamais été.
Aussitôt disparu
qui vous dit que je fus ?
*
- Monsieur, répond Monsieur,
plus loin que vous j'irai :
aujourd'hui ou jamais
je ne sais si j'étais.
Le temps marche si vite
qu'au moment où je parle
(indicatif-présent)
je ne suis déjà plus
ce que j'étais avant.
Si je parle au passé
ce n'est pas même assez
il faudrait je le sens
l'indicatif-néant.
*
- C'est vrai, reprend Monsieur,
sur ce mode inconnu
je conterai ma vie
notre vie à tous deux :
À nous les souvenirs !
Nous ne sommes pas nés
nous n'avons pas grandi
nous n'avons pas rêvé
nous n'avons pas dormi
nous n'avons pas mangé
nous n'avons pas aimé.
*
Nous ne sommes personne
et rien n'est arrivé.
*
Jean Tardieu ("Monsieur monsieur" Gallimard 1951)


Déposé par poutounou le 06/06/2021  

Magnifique petite histoire...
*
L’enfant et l’étoile
*
Un astre luit au ciel et dans l’eau se reflète.
Un homme qui passait dit à l’enfant-poète :
« Toi qui rêves avec des roses dans les mains
Et qui chantes, docile au hasard des chemins,
Tes vains bonheurs et ta chimérique souffrance,
Dis, entre nous et toi, quelle est la différence ?
— Voici, répond l’enfant. Levez la tête un peu ;
Voyez-vous cette étoile, au lointain du soir bleu ?
— Sans doute !
— Fermez l’oeil. La voyez-vous, l’étoile ?
— Non, certes. »
Alors l’enfant pour qui tout se dévoile
Dit en baissant son front doucement soucieux :
« Moi, je la vois encor quand j’ai fermé les yeux. »
*
Catulle Mendès (1841-1909)


Déposé par spanky le 31/05/2021  

Un nuage
Y a-t-il plus beau paysage
Qu’au ciel un blanc nuage
Qui vous invite au voyage
A la rencontre d’un visage
Ce nuage je l’ai visité
Et j’ai voulu l’habiter
Y vivre en toute liberté
Dès que je t’ai vu,toi mon petit chien
De ta truffe tu as touché mon visage
Dans ma main tu as glissé ta patte
Quand je suis avec toi
Je suis toute à ma joie
Il n’y a plus rien pour moi
Que la chaleur de ta tendresse
Le floconneux nuage blanc
Est là haut qui m’attend
Je m’y pelotonne sagement
Et m’y endors en rêvant
Et je flotte dans l’air
Avec ma boule de tendresse
Ca a l’air de lui plaire
L’escapade en ciel clair
Voici un gros nuage gris
Qui lâche ses larmes de pluie
Qu’est ce qui lui a pris
De nous réveiller ainsi
Et c’est la descente infernale
Qui nous ramène au point final
Après ce voyage merveilleux
Ce n’était qu’un rêve
Une toute petite trêve
Ces moments sont inoubliables
Et ce bonheur inexplicable.


Déposé par poutounou le 30/05/2021  

Très belle chanson du poète Yves Duteil. Des fois on souffre tellement, qu'on aimerait bien pouvoir se réfugier dans un merveilleux rêve...
*
Il y a des jours où, quand le jour se lève,
On voudrait rentrer tout au fond d'un rêve
Et puis, soudain, lorsque le clocher sonne,
Il y a des jours où l'on n'est plus personne.
*
Alors, on ferme les yeux un instant.
Quand on les rouvre, tout est comme avant.
Les gens vous voient et leur regard s'étonne.
Il y a des jours où l'on n'est plus personne.
*
Ouvrir son cœur à tous les vents qui passent,
Et, qu'un matin, tous les chagrins s'effacent
Pour oublier, dans le bonheur qu'on donne,
Qu'il y a des jours où l'on n'est plus personne,
*
Qu'il y a des jours où, quand le jour se lève,
Ou voudrait rentrer tout au fond des rêves
Et s'endormir lorsque le clocher sonne.
Il y a des jours où l'on n'est plus personne.
*
Yves Duteil


Déposé par colombine67 le 30/05/2021  

Tout ce temps passé près de toi
A se comprendre sans se parler
Complices depuis longtemps déjà
Ma mère tu es,
Ma mère tu resteras.
De nos peines comme de nos joies
Nous les avons partagées
Ensemble sans sourciller
Et dans un même élan
Nous les avons affrontées .
Tu as bercé mon enfance
De ta tendresse, de ton amour
Je t’en ai donné en retour
Parfois maladroitement
Mais tu es et tu resteras ma Maman.
BONNE FÊTE MAMAN


Déposé par choupinou le 27/05/2021  

Ils te disent de ne pas pleurer.
Ils te disent comment pleurer.
Ils te disent quand pleurer.
Ils te disent pourquoi pleurer.
On te dit que c'est un chien, pas une personne.
On te dit que la douleur va passer.
On te dit que les animaux ne savent pas qu'ils doivent mourir.
On te dit que l'important, c'est de ne pas le faire souffrir.
On te dit que tu peux en prendre un autre.
On te dit que ça va passer.
On te dit qu'il y a des douleurs plus lancinantes.
Mais ils ne savent pas combien de fois tu as regardé ton chien dans les yeux.
Ils ne savent pas combien de fois vous et votre chien avez regardé les étoiles.
Ils ne savent pas combien de fois à côté de toi il n'y a eu que ton chien.
Ils ne savent pas que le seul qui ne t'a jamais jugé est ton chien.
Ils ne savent pas à quel point tu as eu peur la nuit où ses lamentations t'ont réveillé.
Ils ne savent pas combien de fois ton chien s'est endormi près de toi.
Ils ne savent pas à quel point tu as changé depuis que le chien a rejoint ta vie.
Ils ne savent pas du lien qui naît entre l'homme et son chien.
Ils ne savent pas combien de fois tu l'as pris quand il était malade.
Ils ne savent pas combien de fois tu as fait semblant de ne pas voir son poil devenir de plus en plus blanc.
Ils ne savent pas combien de fois tu as parlé à ton chien, le seul vraiment capable de t'écouter.
Ils ne savent pas à quel point tu étais beau pour ton chien.
Ils ne savent pas que parfois c'est juste ton chien qui a su que tu souffrais.
Ils ne savent pas ce que ça signifie pour toi de marcher avec ton chien dans les bois, seuls.
Ils ne savent pas ce que ton chien t'a fait ressentir.
Ils ne savent pas ce que ça fait de voir son chien âgé se lever à peine pour venir te dire bonjour.
Ils ne savent pas que quand les choses te vont mal, le seul qui n'est pas parti est ton chien.
Ils ne savent pas que ton chien t'a fait confiance à chaque instant de sa vie, même dans le dernier.
Ils ne savent pas à quel point ton chien t'a aimé et à quel point il leur suffisait pour être heureux, parce qu'il lui suffisait.
Ils ne savent pas à quel point tu as pleuré en cachette à ton chien pour qu'il ne se sent pas ta peur.
Ils ne savent pas que pleurer pour un chien est l'une des choses les plus nobles, significatives, vraies, propres, sincères que vous pouvez faire.
Ils ne savent pas pour la dernière fois que tu l'as déplacé à peine... en faisant attention à ne pas leur faire de mal.
Ils ne savent pas de ses derniers instants de vie dans lesquels tu avais peur de le caresser...
Parce que tu pouvais lui donner de l'ennui ou lui faire mal.. Pourquoi tu ne pleures pas un chien, mais ils ne le savent pas."


Déposé par poutounou le 23/05/2021  

Très joli texte interprété par Maurane et Lara Fabian. Toi tu es mon Autre, mon Ange que j’ai aimé, que j’aime et que j’aimerai toujours… !!! Et nous ne serons jamais loin l’un de l’autre…jamais en pensée.
*
Tu es mon Autre
*
Ame ou soeur
Jumeau ou frère
De rien mais qui es-tu ?
Tu es mon plus grand mystère
Mon seul lien contigu
Tu m'enrubannes et m'embryonnes
Et tu me gardes à vue
Tu es le seul animal de mon arche perdue
*
Tu ne parles qu'une langue, aucun mot déçu
Celle qui fait de toi mon antre
L'être reconnu
Il n'y a rien à comprendre
Et que passe l'intrus
Qui n'en pourra rien attendre
Car je suis seule à les entendre
Les silences et quand j'en tremble
*
Toi, tu es mon autre
La force de ma foi
Ma faiblesse et ma loi
Mon insolence et mon droit
Moi, je suis ton autre
Si nous n'étions pas d'ici
Nous serions l'infini
*
Et si l'un de nous deux tombe
L'arbre de nos vies
Nous gardera loin de l'ombre
Entre ciel et fruit
Mais jamais trop loin de l'autre
Nous serions maudits
Tu seras ma dernière seconde
Car je suis seule à les entendre
Les silences et quand j'en tremble
*
Toi, tu es mon autre
La force de ma foi
Ma faiblesse et ma loi
Mon insolence et mon droit
Moi, je suis ton autre
Si nous n'étions pas d'ici
Nous serions l'infini
*
Et si l'un de nous deux tombe…


Déposé par poutounou le 16/05/2021  

Ce n'est qu'un rêve ! Malheureusement....
*
L'île de mes rêves
*
J'aimerais posséder une île
Une île perdue dans un océan sans fin
Où je vivrais une vie sans contrainte
Sans loi, sans misère et sans haine
Où la peur n'existerait pas
Où le mal ne frapperait pas
Perdue avec mes rêves, mes amours
Ne connaissant que la nuit et le jour
Mais pas les heures, les années
Pas même le regret d'une société
Une vie merveilleuse
Où je vieillirais heureuse
Parce que tu nais, tu as besoin d'amour
Tu grandis, tu reconnais l'amour
Tu t'épanouis, tu découvres l'amour
Tu vieillis et tu comprends l'amour
*
Monique Gagnon




L'Album photo contient 29 photos

Retourner en haut