Please login to use private mails and adress book
Private mail
Adress book
Abuse
Send this page



Facebook LinkedIn Twitter



Look for information about DIANA, toi aussi tu as droit テ une sテゥpulture
on dogcemetery.org  
on the web  
  The page of DIANA, toi aussi tu as droit テ une sテゥpulture was seen 4 588 times.

In tribute to
DIANA, toi aussi tu as droit テ une sテゥpulture


Born on :--/--/----
left us on :01/04/2018
 



In tribute to DIANA, toi aussi tu as droit テ une sテゥpulture

Espagne,1 テゥlテゥphant, nommテゥ DIANA, tuテゥ dans l'accident d'un camion de cirque. Ils etaient 5, 2 autres ont テゥtテゥ blessテゥs.






106 Flowers

  • left by  kropaleft by kropa
    Douces pensテゥes petit ange, repose en paix
  • left by  Biscuitleft by Biscuit
    Douces pensテゥes,repose en paix,tu vas retrouver enfin la libertテゥ
  • left by  caribouleft by caribou
  • left by  bobonicleft by bobonic
    Pauvres テゥlテゥphants, le malheur existe aussi pour eux, nourrir dans un environnement qui n'est pas le leur ou a cause de leur ivoire. Douces pensテゥes et tendres caresses.
  • left by  BILLY2Bleft by BILLY2B
  • left by  MARIE66left by MARIE66
    Un テゥlテゥphant n'est pas fait pour distraire les gens et テェtre emprisonnテゥ pour celテ !



107 messages



left by poutounou on 29/01/2020  

Oui, on se retrouvera mon cナ砥r窶ヲ !!! J窶凉 crois dur comme fer : un jour on se retrouvera窶ヲ
*
笙ェ On Se Retrouvera 笙ェ
*
Promets-moi si tu me survis
D'テェtre plus fort que jamais
Je serai toujours dans ta vie
Prティs de toi, je te promets
Et si la mort me programme
Sur son grand ordinateur
De ne pas en faire un drame
De ne pas en avoir peur
*
Pense テ moi, comme je t'aime
Et tu me dテゥlivreras
Tu briseras l'anathティme
Qui me tient loin de tes bras
Pense テ moi, comme je t'aime
Rien ne nous sテゥparera
Mテェme pas les chrysanthティmes
Tu verras, on se retrouvera
*
N'oublie pas ce que je t'ai dit
L'amour est plus fort que tout
Ni l'enfer ni le paradis
Ne se mettront entre nous
Et si la mort me programme
Sur son grand ordinateur
Elle ne prendra que mon テ「me
Mais elle n'aura pas mon cナ砥r
*
Pense テ moi, comme je t'aime
Et tu me dテゥlivreras
Tu briseras l'anathティme
Qui me tient loin de tes bras
Pense テ moi, comme je t'aime
Rien ne nous sテゥparera
Mテェme pas les chrysanthティmes
Tu verras, on se retrouvera
On se retrouvera
On se retrouvera
*
Francis Lalanne


left by poutounou on 25/01/2020  

Et non ! La vie c窶册st pas toujours comme marcher sur du velours窶ヲ !!! C窶册st des clous, des planches abimテゥes, des trous, et des fois il fait noir et on n窶凉 voit rien窶ヲ mais il faut continuer car テァa en vaut la peine : il y a tellement de beaux moments, de belles rencontres qui nous font oublier pour un temps la duretテゥ de la vie窶ヲ
*
LA MテRE テ SON FILS
*
C'est moi qui te le dis, petit,
La vie, c'est pas comme marcher sur du velours,
C'est un escalier qu'il faut grimper.
Y'a des clous qui dテゥpassent,
Et des planches abテョmテゥes,
Et des bouts oテケ y'a mテェme pas de plancher :
Des trous.
Et tout ce temps-lテ,
On n'arrテェte pas de grimper,
De changer de palier,
De tourner les coins.
Mテェme que des fois y'a pas de lumiティre
Et qu'on n'y voit rien.
Alors, petit, te retourne pas,
Va pas redescendre l'escalier.
C'est assez dur, fais pas exprティs,
Va pas dテゥgringoler maintenant
Parce que moi, je continue,
J'ai pas fini de grimper.
Et c'est moi qui te le dis,
La vie, c'est pas comme marcher sur du velours.
*
(Auteur inconnu)


left by poutounou on 17/01/2020  

A quand le printemps ???
*
Et de grandes clartテゥs nous danserons dans l窶凖「me
A la lueur du bois qui semblera joyeux
*
L'innocence
*
Si tu veux nous ferons notre maison si belle
Que nous y resterons les テゥtテゥs et l'hiver !
Nous verrons alentour fluer l'eau qui dテゥgティle,
Et les arbres jaunis y redevenir verts.
*
Les jours harmonieux et les saisons heureuses
Passeront sur le bord lumineux du chemin,
Comme de beaux enfants dont les bandes rieuses
S'enlacent en jouant et se tiennent les mains.
*
Un rosier montera devant notre fenテェtre
Pour baptiser le jour de rosテゥe et d'odeur ;
Les dociles troupeaux, qu'un enfant mティne paテョtre,
Rテゥpandront sur les champs leur paisible candeur.
*
Le frivole soleil et la lune pensive
Qui s'enroulent au tronc lisse des peupliers
Reflテゥteront en nous leur テ「me lasse ou vive
Selon les clairs midis et les soirs familiers.
*
Nous ferons notre coeur si simple et si crテゥdule
Que les esprits charmants des contes d'autrefois
Reviendront habiter dans les vieilles pendules
Avec des airs secrets, affairテゥs et courtois.
*
Pendant les soirs d'hiver, pour mieux sentir la flamme,
Nous tテ「cherons d'avoir un peu froid tous les deux,
Et de grandes clartテゥs nous danserons dans l'テ「me
A la lueur du bois qui semblera joyeux.
*
テ盈us de la douceur que le printemps apporte,
Nous ferons en avril des rテェves plus troublants.
- Et l'Amour sagement jouera sur notre porte
Et comptera les jours avec des cailloux blancs...
*
Anna de NOAILLES (1876-1933)


left by poutounou on 06/01/2020  

Je crois que ce magnifique poティme de Cテゥline Desliens rテゥsume ce que devrait テェtre cette nouvelle annテゥe 2020, et qu窶冓l n窶凉 a rien テ ajouter, si ce n窶册st le souhait de continuer テ prendre le temps de fleurir nos chers Anges disparus, tant que notre santテゥ nous le permet窶ヲ
*
Amicalement,
*
Martine, Rubens, Diesel et petit foufou d窶僮ron
*
*
Nouvelle annテゥe
*
Que cette annテゥe nouvelle
Soit pour vous un poティme
Un livre magnifique
Aux mots de diadティme
Un morceau de musique
Un tableau de Sisley.
*
Que cette annテゥe prochaine
Ressemble テ une fleur
Un arc-en-ciel tendu
Aux dessus de nos peurs
Une cascade nue
Un lever de soleil.
*
Que cette annテゥe encore
Vous offre la beautテゥ
D'horizon infini
Dans vos bras refermテゥs
De voyages, d'amis
D'introuvables trテゥsors.
*
Que cette annテゥe enfin
Vous apporte la paix
Une santテゥ de fer
Dans un moral d'acier
Le bonheur, la lumiティre
La libertテゥ, toujours.
*
Cテゥline Desliens.


left by poutounou on 25/12/2019  

Je souhaite de Joyeuses Fテェtes de Noテォl テ tous les gentils membres du cimetiティre virtuel. Que vos Anges tant aimテゥs vous rendent visite dans vos rテェves pour テゥgayer votre vie et chasser le chagrin causテゥ par leur dテゥpart窶ヲPoutounoux tout doux テ vous tous !
*
Les douze lutins
*
Ils sont douze lutins
Dans ce joli village
De songe et de cristal
Derriティre les montagnes
Trois qui frappent l'enclume
Et remplissent d'テゥtoiles
La forge du grand gel
Trois qui font テ l'enseigne
Du Rire de l'Hiver
De frais gテ「teaux de neige.
Trois qui tirent l'alテェne
En secret dans la basse
テ営hoppe du sommeil
Trois autres qui allument
Leurs petites lanternes
Et n'attendent qu'un signe
Pour s'en aller sonner
Les cloches de Noテォl
*
Paul-Alexis Robic


left by poutounou on 23/12/2019  

Avoir ta patte dans ma main, l窶冓nstant seulement d窶冰ne pause....
*
L'INSTANT D'UNE PAUSE
*
L窶冓nstant d'une pause
Le bonheur est fait de rien
Et de mille petites choses
De se lever le matin
Sans plus en chercher la cause
De savoir que le chemin
Parfois peut-テェtre morose
Et dans un sourire malin
テ閣re prテェt pour une pause
Il y a des jours oテケ tout est gris
Et oテケ l'on ne voudrait rien voir
Et puis, il y a notre coeur aussi
Qui nous conduit jusqu'au soir
Il y a cette solitude intense
Qui existe et qui est lテ
C'est dans ces moments, je pense,
Que je peux rテェver de toi
テ chercher, テ tout comprendre
Je me demande si je verrais
Un jour les fleurs en dテゥcembre
Et la neige en テゥtテゥ
Sur le site de mon coeur
Il y a tant de va-et-vient
Et j'en ressens la douleur
De la nuit jusqu'au matin
Le bonheur est fait de rien
Et de mille petites choses
D'avoir ta patte dans ma main
L'instant seulement d'une pause.


left by poutounou on 10/12/2019  

Le Printemps est encore bien loin...
-
L'automne
*
Quand s'annonce l'automne
La marmotte marmonne,
Rentre dans sa maison
Et dit : "C'est la saison
Oテケ mon lit a du bon ;
Dormons."
Et elle attend le temps du soleil窶ヲ
Le printemps
En dormant窶ヲ
*
Georges Jean


left by poutounou on 03/12/2019  

Et oui, bientテエt l'hiver !!! Sortez gants et bonnetツ!!!
*
Les feuilles mortes
*
Tombent, tombent les feuilles rousses,
J'entends la pluie sur la mousse.
*
Tombent, tombent les feuilles molles,
J'entends le vent qui s'envole.
*
Tombent, tombent les feuilles d'or,
J'entends l'テゥtテゥ qui s'endort.
*
Tombent, tombent les feuilles mortes,
J'entends l'hiver テ ma porte.
*
Pernette Chaponniティre ("L'テゥcharpe d'iris" - Ed Hachette)


left by poutounou on 30/11/2019  

Le bel automne
*
テ pas menus, menus,
Le bel automne est revenu
Dans le brouillard, sans qu窶冩n s窶册n doute,
Il est venu par la grand窶决oute
Habillテゥ d窶冩r et de carmin.
Et tout le long de son chemin,
Le vent bondit, les pommes roulent,
Il pleut des noix, les feuilles croulent.
Ne l窶兮vez-vous pas reconnu ?
Le bel automne est revenu.
*
Raymond Richard


left by poutounou on 15/11/2019  

Jolie petite poテゥsie
*
Donnez-moi des oiseaux, dit l窶兮rbre,
donnez-moi une foule d窶冩iseaux :
des moineaux, des hirondelles,
des テゥtourneaux, des tourterelles,
des merles, des mテゥsanges
et un coucou,
un seul,
comme un bijou,
contre mon coeur.
Couvrez-moi d窶冩iseaux,
de toutes les couleurs
afin que ce manteau de plume
me tienne chaud pendant l窶冑iver
quand mes feuilles, une テ une,
mortes, au vent cruel
s窶册n sont allテゥes.
*
Jean Joubert


left by poutounou on 01/11/2019  

En ce jour de Toussaint, je vous souhaite テ tous de merveilleux souvenirs de ceux qui ne sont plus...
*
Une odeur, un geste, une musique, un endroit, et tu es lテ, auprティs de moi窶ヲツ!!!
*
QU'UN VOILE
*
Il n'y a qu'un voile,
qu'un voile qui nous sテゥpare.
Il y a un souffle qui nous unit, celui des テ「mes,
si doux, si fin, si persistant,
"Je suis lテ, au-delテ du savoir, du visible, de l'audible" dit la voix.
"Il n'y a que ce voile qui nous sテゥpare
et tu me sens parfois".
Une odeur, un geste, une musique, un endroit,
et je suis lテ, auprティs de toi ;
tu m'entends rire, discourir de ce qui テゥtait.
Dテゥsormais c'est un trテゥsor au fond de toi.
Il n'y a qu'un voile si fin pourtant si infranchissable,
impテゥnテゥtrable car nul ne sait ce qui est au-delテ.
Nul ne doit savoir,
on n'en revient pas,
c'est l'テゥblouissant interdit.
Mais, pour les cナ砥rs, la frontiティre n'existe pas,
l'amour brテサle ce voile si tenu et retrouve le feu de l'テゥternel.
L'amour ne craint l'テゥblouissement mais s'en nourrit constamment.


left by poutounou on 25/10/2019  

Je brille sur tous les yeux en pleurs qu窶兮ucun sommeil n窶兮tteint.
*
Une voix du ciel
*
Je suis l'astre des nuits. Je brille, pテ「le et blanche,
Sur la feuille qui tremble au sommet d'une branche,
Sur le ruisseau qui dort, sur les lacs, bien plus beaux
Quand mes voiles d'argent s'テゥtendent sur leurs eaux.
Mes rayons vont chercher les fleurs que je prテゥfティre,
Et font monter au ciel les parfums de la terre ;
Je donne la rosテゥe au rameau dessテゥchテゥ,
Que l'ardeur du soleil a, sur le sol, penchテゥ.
Sitテエt que je parais, tout se tait et repose,
L'homme quitte les champs, et l'abeille la rose :
Plus de bruit dans les airs, plus de chant dans les bois ;
Devant mon doux regard nul n'テゥlティve sa voix,
De la terre ou du ciel aucun son ne s'テゥlance,
J'arrive avec la nuit, et je rティgne en silence !
Je cache mes rayons quand le cri des hiboux
Vient troubler mon repos et mon calme si doux.
*
Je suis l'astre des nuits ; je brille, pテ「le et blanche,
Sur le cナ砥r attristテゥ, sur le front qui se penche,
Sur tout ce qui gテゥmit, sur tout ce qui se plaint,
Sur tous les yeux en pleurs qu'aucun sommeil n'atteint.


left by poutounou on 18/10/2019  

Coulez, テエ larmes テゥternelles, car ici-bas je reste seul窶ヲ
*
L'ange envolテゥ.
*
Poティte : Franテァois-Marie Robert-Dutertre (1815-1898)
*
Mon ange a reployテゥ ses ailes
Et dort glacテゥ sous un linceul ;
Coulez, テエ larmes テゥternelles,
Car ici-bas je reste seul.
*
テ chティre ombre au ciel envolテゥe,
Chaque nuit sous les noirs cyprティs
Versant des pleurs sur ton blanc mausolテゥe,
Je viens テゥpancher mes regrets.
*
Cette douce sナ砥r de mon テ「me,
Pour charmer mon cナ砥r attristテゥ,
Me parlait encore de sa flamme
Sur le seuil de l'テゥternitテゥ.
*
テ chティre ombre au ciel envolテゥe,
Chaque nuit sous les noirs cyprティs
Versant des pleurs sur ton blanc mausolテゥe,
Je viens テゥpancher mes regrets.
*
Si jusqu'テ toi, de cette terre
S'テゥlティve mon chant dテゥsolテゥ,
Sois attentive テ ma priティre
En ton beau royaume テゥtoilテゥ.
*
テ chティre ombre au ciel envolテゥe,
Chaque nuit sous les noirs cyprティs
Versant des pleurs sur ton blanc mausolテゥe,
Je viens テゥpancher mes regrets.


left by poutounou on 08/10/2019  


Jamais nous ne vous oublierons, doux Anges que vous テェtes窶ヲ.
*
Oubli
*
Allez, vieilles amours, chimティres,
Caresses qui m'avez meurtri,
Tourments heureux, douceurs amティres,
Abandonnez ce coeur flテゥtri !
*
Sous l'azur sombre, テ tire-d'ailes,
Dans l'espoir d'un gテョte meilleur,
Fuyez, plaintives hirondelles,
Le nid dテゥsormais sans chaleur !
*
Tout s'テゥteint, grテ「ce aux jours moroses,
Dans un tiティde et terne unisson.
Oテケ sont les テゥpines des roses ?
Oテケ sont les roses du buisson ?
*
Aprティs l'angoisse et la folie,
Comme la nuit aprティs le soir,
L'oubli m'est venu. Car j'oublie !
Et c'est mon dernier dテゥsespoir.
*
Et mon テ「me aux vagues pensテゥes
N'a pas mテェme su retenir
De toutes ses douleurs passテゥes
La douleur de s'en souvenir.
*
Catulle MENDテS (1841-1909)


left by poutounou on 01/10/2019  

Vous テェtes mort un matin, un aprティs-midi ou un soir, magnifiques Angesツ!!! ツォツEt la plus morte mort est d窶兮voir survテゥcuツツサツ!!!
*
Vous テェtes mort un soir
*
Vous テェtes mort un soir テ l'heure oテケ le jour cesse.
Ce fut soudain. La douce et terrible paresse
En vous envahissant ne vous a pas vaincu.
Rien ne vous a prテゥdit la torpeur et la tombe.
Vous eテサtes le sommeil. Moi, je peine et je tombe,
Et la plus morte mort est d'avoir survテゥcu.
*
Anna de NOAILLES (1876-1933)


left by poutounou on 26/09/2019  

Et voilテ la fin de l窶凖ゥtテゥツ!!! L窶兮utomne s窶册n vient テ grands pasツ!!! Et il faut commencer テ se couvrir un peu plus窶ヲ Brrrrr...
*
L'automne
*
Voici venu le froid radieux de septembre :
Le vent voudrait entrer et jouer dans les chambres ;
Mais la maison a l'air sテゥvティre, ce matin,
Et le laisse dehors qui sanglote au jardin.
*
Comme toutes les voix de l'テゥtテゥ se sont tues !
Pourquoi ne met-on pas de mantes aux statues ?
Tout est transi, tout tremble et tout a peur ; je crois
Que la bise grelotte et que l'eau mテェme a froid.
*
Les feuilles dans le vent courent comme des folles ;
Elles voudraient aller oテケ les oiseaux s'envolent,
Mais le vent les reprend et barre leur chemin
Elles iront mourir sur les テゥtangs demain.
*
Le silence est lテゥger et calme ; par minute
Le vent passe au travers comme un joueur de flテサte,
Et puis tout redevient encor silencieux,
Et l'Amour qui jouait sous la bontテゥ des cieux
*
S'en revient pour chauffer devant le feu qui flambe
Ses mains pleines de froid et ses frileuses jambes,
Et la vieille maison qu'il va transfigurer
Tressaille et s'attendrit de le sentir entrer...
*
Anna de NOAILLES (1876-1933)


left by poutounou on 17/09/2019  

C窶册st la vie qui nous blesse le coeur et les yeux lorsque nous perdons un de nos Anges...et pourtant nous continuons テ marcher, ne jamais s窶兮rrテェter, supportant la souffrance comme on peutツ!!!
*
C'est La Vie 窶 Marc Lavoine
*
Tous les matins, c'est la mテェme corrida
Lever la tテェte, ouvrir les bras
Tous les matins, c'est le mテェme numテゥro
Trouver l'amour, chercher les mots
*
Je suis coincテゥ comme un テゥvadテゥ
Faut marcher, ne jamais s'arrテェter
Je suis piテゥgテゥ, comme un condamnテゥ
A marcher, ne jamais se retourner
*
C'est la vie, la vie c'est du vent
Qui nous souffle les rテェves d'enfant
C'est la nuit qui descend,
C'est jamais comme avant
Il ne faut plus faire semblant, attends
C'est la vie, la vie qui le veut
Qui nous blesse, le coeur et les yeux
C'est la nuit qui retombe
Comme la pluie et les bombes
Il ne faut plus faire semblant, attends
*
Tous les matins c'est le mテェme cinテゥma
Tendre les mains, croiser les doigts
Tous les matins, c'est la mテェme comテゥdie
Chercher quelqu'un, trouver celle ou celui qui
*
Je suis piテゥgテゥ comme un naufragテゥ
Faut marcher, ne jamais s'arrテェter
Je suis coincテゥ, comme un rテゥvoltテゥ
A marcher, jamais se retourner
*
C'est la vie, la vie c'est du vent
Qui nous souffle les rテェves d'enfant
C'est la nuit qui descend,
C'est jamais comme avant
Il ne faut plus faire semblant, attends
C'est la vie, la vie qui le veut
Qui nous blesse, le coeur et les yeux
C'est la nuit qui retombe
Comme la pluie et les bombes
Il ne faut plus faire semblant, attends


left by poutounou on 14/09/2019  

Jolie chanson sur l窶册spoir...
Rester debout mais テ quel prixツ???
Debout peu importe le prixツ!!!
*
Le Premier Jour Du Reste De Ta Vie 窶 Etienne Daho
*
Un matin comme tous les autres
Un nouveau pari
Rechercher un peu de magie
Dans cette inertie morose
*
Clopin clopan sous la pluie
Jouer le rテエle de sa vie
Puis un soir le rideau tombe
C'est pareil pour tout l'monde
*
Rester debout mais テ quel prix
Sacrifier son instinct et ses envies
Les plus essentielles
*
Mais tout peut changer aujourd'hui
Et le premier jour du reste de ta vie
Plus confidentiel
*
Pourquoi vouloir toujours plus beau
Plus loin plus haut
Et vouloir dテゥcrocher la lune
Quand on a les テゥtoiles
*
Quand les certitudes s'effondrent
En quelques secondes
Sache que du berceau テ la tombe
C'est dur pour tout l'monde
*
Rester debout mais テ quel prix
Sacrifier son instinct et ses envies
Les plus confidentielles
*
Mais tout peut changer aujourd'hui
Et le premier jour du reste de ta vie
C'est providentiel
*
Debout peu importe le prix
Suivre son instinct et ses envies
Les plus essentielles
*
Tu peux exploser aujourd'hui
Et le premier jour du reste de ta vie
Non accidentel
*
Oui tout peut changer aujourd'hui
Et le premier jour du reste de ta vie
Plus confidentiel


left by poutounou on 04/09/2019  


Poティme de Mr. de LAMARTINE, un peu triste mais tellement beau :
ツォツOn entend, dans l窶册space, les choeurs mystテゥrieux de l窶僊nge qui passe...ツツサ
*
La tristesse
*
L'テ「me triste est pareille
Au doux ciel de la nuit,
Quand l'astre qui sommeille
De la voテサte vermeille
A fait tomber le bruit ;
*
Plus pure et plus sonore,
On y voit sur ses pas
Mille テゥtoiles テゥclore,
Qu'テ l'テゥclatante aurore
On n'y soupテァonnait pas !
*
Des テョles de lumiティre
Plus brillante qu'ici,
Et des mondes derriティre,
Et des flots de poussiティre
Qui sont mondes aussi !
*
On entend dans l'espace
Les choeurs mystテゥrieux
Ou du ciel qui rend grテ「ce,
Ou de l'ange qui passe,
Ou de l'homme pieux !
*
Et pures テゥtincelles
De nos テ「mes de feu,
Les priティres mortelles
Sur leurs brテサlantes ailes
Nous soulティvent un peu !
*
Tristesse qui m'inonde,
Coule donc de mes yeux,
Coule comme cette onde
Oテケ la terre fテゥconde
Voit un prテゥsent des cieux !
*
Et n'accuse point l'heure
Qui te ramティne テ Dieu !
Soit qu'il naisse ou qu'il meure,
Il faut que l'homme pleure
Ou l'exil, ou l'adieu !
*
Alphonse de LAMARTINE (1790-1869)


left by poutounou on 28/08/2019  


Le cri tinte l窶冩bscur et triste adieu de quelque vie テゥteinte窶ヲ.
*
Le cri
*
Prティs d'un テゥtang dテゥsert, oテケ dort une eau brunie,
Un rai du soir s'accroche au sommet d'un roseau ;
Un cri s'テゥcoute, un cri dテゥsespテゥrテゥ d'oiseau,
Un cri pauvre et perdu dans la plaine infinie.
*
Comme il est faible et frテェle et peureux et fluet !
Et comme avec tristesse il se traテョne et s'テゥcoute,
Et comme il se rテゥpティte et comme avec la route
Il s'enfonce et se perd dans l'horizon muet !
*
Et comme il marque l'heure, au rythme de son rテ「le,
Et comme, en son accent minable et souffreteux,
Et comme, en son テゥcho languissant et boiteux,
Se plaint infiniment la douleur vespテゥrale !
*
Il est si doux parfois qu'on ne le saisit pas.
Et nテゥanmoins toujours, et sans fatigue, il tinte
L'obscur et triste adieu de quelque vie テゥteinte ;
Il dit les pauvres morts et les pauvres trテゥpas :
*
La mort des fleurs, la mort des insectes, la douce
Mort des ailes et des tiges et des parfums ;
Il pleure au souvenir des vols qui sont dテゥfunts
Et qui gisent, cassテゥs, dans l'herbe et dans la mousse.
*
テ盈ile VERHAEREN (1855-1916)




The photo album contains 3 pictures






<

Leave a message or a flower
light a candle



To leave a message, a flower or light a candle, you must be a registered member


You are not logged in

Your username        Your password       


Post a message

leave a flower
Join a short message with the flower :

0 word | 200 letters


























Post a message or leave a flower


Top of page