En hommage à

DOUGLAS D'INGLYBER
2008 / 2018


En hommage à

DOUGLAS D'INGLYBER
2008 / 2018

Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
Mail Privé
Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
Carnet d'adresses
La page de DOUGLAS D'INGLYBER a été vue  330 067  fois.
330 067 vues
Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
Favoris

Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
En hommage à
DOUGLAS D'INGLYBER
SCOTTISH-TERRIER
Il est né le:04/10/2008
Il nous a quittés le:24/03/2018
 


13 personnes aiment cette page
 

Connectez vous pour poster un message, une fleur ou allumer une bougie
Votre pseudo        Mot de passe       


En hommage à DOUGLAS D'INGLYBER

Arrivé avec la hotte du Père-Noël, sur un coup de colère majestueux !
Il nous quitte nous laissant dans une peine immense.
Heureusement, sa petite soeur adoptive "GOLDEN MILADY" nous consolera.
Bon voyage DOUGLAS !
MISTRAL et RAMSES II veilleront sur toi et m'enverront des signes comme à l'habitude.




90 bougies

35890 Fleurs
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par Alexlyly
Déposé par Alexlyly
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos


676 messages

Déposé par poutounou le 19/05/2024  
Oui mon Ange, tu es devenu mon « refuge préféré »… !!!
*
Mon refuge préféré
*
Ma vie est comme cette maison,
En ruines, abandonnée, négligée,
Elle respire le chaos, l’amertume,
Elle aspire à l’abandon, au vide.
*
Ma vie est comme ce vaste monde,
Opportunités et ressources infinies,
Gâchée, pillée, éventrée et défigurée,
Elle se déroule lasse et imperturbable.
*
Ma vie est comme ces multiples doutes,
Qui m’assaillent, me tourmentent encore,
Acceptations, désirs et éternels dilemmes,
Elle s’accommode de ces maints regrets.
*
Ma vie est comme cet havre de paix,
Si souvent parfaite, si tant généreuse,
Qu’elle me semble factice et alarmante,
Au point de redouter tant de maux à venir.
*
Ma vie est comme ces labyrinthes secrets,
À la croisée de mille chemins traversants,
À la lisière de tant de belles rencontres,
Quel chemin suivre ? Quel destin choisir ?
*
Ma vie est comme ce tendre souvenir,
Rejouant cent fois cette même séquence,
Quand tu m’as serré fort dans tes pattes,
Cet instant où tu es devenu… mon refuge préféré.
*
Nashmia Noormohamed, 2016

Déposé par colombine67 le 19/05/2024  
De temps en temps les gens me disent .
voyons, c'est juste un chien
ou tu en dépenses de l'argent juste pour un chien .
Ils ne comprennent pas les distances parcourues,
le temps passé ou les coûts que ça implique pour juste un chien .
Pourtant, plusieurs des moments dont je suis le plus fier
sont survenus à cause de juste un chien .
J'ai passé bien des heures avec pour seul compagnon,
juste un chien et je ne me suis jamais senti moindrement seul.
Certains de mes moments les plus tristes sont survenus à cause
de juste un chien et, dans ces jours sombres,
le doux contact de juste un chien ma donné
du réconfort et permis de traverser la journée.
Si vous, aussi, pensez que c'est juste un chien
alors vous comprendrez probablement des phrases comme juste un ami ,
juste un lever de soleil ou juste une promesse .
Juste un chien apporte dans ma vie la véritable essence de l'amitié,
de la confiance et d'une joie passionnée.
Juste un chien fait ressortir la compassion et
la patience qui fait de moi une meilleure personne.
A cause de juste un chien je me lèverai de bonne heure,
prendrai de longues marches et regarderai vers le futur.
Alors pour moi et les gens comme moi, ce n'est pas juste un chien
mais l'incarnation de tous les espoirs et rêves du futur,
le doux souvenir du passé et la pure joie du moment.
Juste un chien fait sortir ce qu'il y a de bon en moi
et me détourne de mes pensées et des problèmes de la journée.
J'espère qu'un jour ils pourront comprendre que ce n'est pas
juste un chien mais l'être qui ma donné l'humanité
et qui ma préservé de n'être que juste un homme .
Alors la prochaine fois que vous entendrez la phrase juste un chien
souriez parce que c'est juste qu'ils n'ont pas compris .

Déposé par spanky le 17/05/2024  
Si seulement il existait des mots
Qui sauraient te raconter... là où tu es ???
Je trouverais les plus beaux,
Ceux qui ne peuvent rien briser.
Je les placerais devant TOI
Sur une tendre mélodie,
Et ils t'exprimeraient ce que moi
Je t'ai toujours, et toujours dit.
De ta tendresse et de ta douceur,
Ils sont le lien qui nous unissaient...
Car j'y ai trouvé dans ton cœur,
Un amour infini... qu'on ne trouve à peu d'endroits!!!
Chaque jour, je pense à TOI
Et les mots dansent devant mes yeux,...
J'aimerais te sentir contre moi,
Plus un seul mot rien que nous deux.
Dans le silence de chaque mot
Il y a tant de paroles et d'amour
Que tout ce que mon cœur trouve beau,
Grandit à chaque jour pour TOI...

Déposé par colombine67 le 17/05/2024  
Met ta main sur ma patte, je ne te laisserai jamais partir
Met ta confiance en moi, je ne te laisserai jamais, jamais
Met ton cœur dans mon cœur, je te donnerai toujours de l'amour
Met ma patte dans ta main, je veillerai toujours sur toi
Tout ce que je demande en retour, c'est de l'amour

Déposé par spanky le 15/05/2024  
Burt est un gentil Mastin de 5 ans dont le parcours de vie n’a pas toujours été facile.
Autrefois utilisé sans doute comme chien de protection des troupeaux, ou un lopin de terre,
il en garde aujourd’hui une parfaite sociabilité aussi bien à l'égard des humains qu’avec ses congénères canins et même félins !
Victime de l’abandon ensuite, les hasards de la vie l’ont conduit tout droit dans ces tristes fourrières mouroirs espagnoles qu’on appelle les Perreras
et dans lesquelles les conditions de vie sont bien difficiles.
----
Sorti de cet enfer de la Perrera grâce à la volonté de bénévoles dévouées, ces jours étaient comptés tant son état se dégradait.
A défaut d’avoir trouvé sa famille pour la vie, il est aujourd’hui bien soigné car la négligence.
Burt, ce beau Mastin est en effet l’un de ces gros nounours hyper affectueux qui accepterait tout de ceux qu‘il aime.
Burt a déjà beaucoup souffert , sans manifester pour autant la moindre rancœur envers cette vie passée car Burt est de ceux qui acceptent la vie telle qu’elle est,
à toujours prendre les choses du bon côté.
----
Le gentil Burt a seulement 5 ans, et encore de belles années devant lui.
Il ne lui manque plus qu’ une demande d’adoption pour lui permettre de rattraper tout ce temps perdu, pour qu’il ait la possibilité de gambader dans un jardin qui ne serait rien qu’à lui, pour qu’il puisse venir se coller à ceux qu’il aime pour réclamer un câlin car Burt est un chien particulièrement affectueux.
Bref, vous l’aurez compris, Burt est un chien formidable qui mérite plus que tout que la roue tourne enfin un jour pour lui.
----
Burt est aujourd’hui en Espagne, mais avec son naturel joyeux, il est déjà prêt à plier bagage vers la France pour faire la plus belle rencontre de sa vie, celle avec la famille qui saura lui tendre la main tant attendue pour lui donner un nouveau départ vers cette vie heureuse qu’il n’a jamais eue …
------

Déposé par poutounou le 15/05/2024  
Pluie de Printemps
*
Pluie de Printemps tombe du ciel
parfumée au Soleil qui vient pointer son nez
Les plantes sourient à la lueur du jour
Et viennent offrir leur coeur à ces gouttes semées
*
Pluie de printemps, plus belle que l’Automne
Vient rafraîchir les coeurs, vient inonder les coeurs
Et bientôt donne tout ce qu’attend la Nature
L’Eau si précieuse et pure pour tout recommencer
*
Elodie Santos, 2009

Déposé par colombine67 le 15/05/2024  
Ils l'ont jeté par la portière.
Il n'a pas compris tout de suite.
Il a couru longtemps derrière,
Mais la voiture allait trop vite.
Et pendant des journées entières
Il a vu des autos passer,
Mais personne n'a fait marche arrière
En le voyant dans le fossé.
Après les premières caresses,
Puis quelques mois d'indifférence,
Ils l'ont laissé à sa détresse,
Au début des grandes vacances.
Pareil à l'objet que l'on jette
Quand il devient trop encombrant,
Ils le remplaceront peut-être,
Par un chien plus jeune en rentrant.
Le chien abandonné, en été par ses maîtres,
Flaire toujours la route et fait des kilomètres,
Traversant les villages, faisant peur aux enfants
Qui ne savent pas encore, qu'il n'y a que les gens
Qui soient vraiment méchants.
Il ne les a pas oubliés
Depuis le jour qu'il vagabonde
Dans l'espoir de les retrouver.
Il irait jusqu'au bout du monde.
Il verra bien un jour sans doute,
Finir sa marche solitaire,
En voulant traverser la route,
Ou, emmené par la fourrière.
Le chien abandonné en été par ses maîtres,
Sur le bord du fossé, vaut bien que l'on s'arrête,
Qu'on ouvre sa portière, qu'on le fasse monter,
Pour qu'il n'y ait plus en France, en été,
Qu'il n'y ait plus jamais, de chiens abandonnés.
Patrick Font

Déposé par spanky le 13/05/2024  
- S'il te plaît... apprivoise-moi ! dit le renard au petit prince.
- Je veux bien, répondit le petit prince, mais je n'ai pas beaucoup de temps.
J'ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître.
- On ne connaît que les choses que l'on apprivoise, dit le renard.
Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître.
Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands.
Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis.
Si tu veux un ami, apprivoise-moi !
- Que faut-il faire ? dit le petit prince.
- Il faut être patient, répondit le renard.
Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe.
Je te regarderai du coin de l’œil et tu ne diras rien.
Le langage est source de malentendus.
Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près... et le jour viendra où tu comprendras qu'entre nous s’installe la plus grande vérité, lui dit le renard.
- Dis-moi, quelle est cette grande vérité ? répondit le petit prince.
- Voici, cela est très simple : on ne voit bien qu'avec le cœur.
L'essentiel est invisible pour les yeux.
-----
Antoine de Saint Exupéry
----

Déposé par poutounou le 12/05/2024  
Notre « chemin à deux », sous la même ombrelle, si fusionnels…
*
Le chemin à deux
*
Deux routes parallèles,
Jamais ne se touchent,
Un choeur si fusionnel,
Qui jamais ne s’abouche.
*
Deux vies nouvelles,
Parfois s’entremêlent,
Un fossé, une bretelle,
Un lien, une passerelle.
*
Deux rails, une échelle,
À l’assaut du temps, filent,
Deux esprits, une étincelle,
À l’assaut du vent, graciles.
*
Deux forces, aussi belles,
Amies et complices réelles
Deux êtres, aussi rebelles,
Là, sous la même ombrelle.
*
Nashmia Noormohamed, 2016

Déposé par spanky le 11/05/2024  
Reviens mon chien
Hier soir, je t'ai cherché,
J'étais pleine d'espoir
Celui de te retrouver,
Je t'ai appelé si fort que j'y croyais encore.
Je pensais qu'avec toi
Tu m'emmènerais blottie tout contre toi,
Mon visage était inondé de larmes jamais rassasiées.
Tu dois venir me chercher,
Tu n'as pas le droit de m'abandonner.
Viens mon cœur, reviens une dernière fois.
Ne me laisse pas ici!
Je t'aime si fort, je t'aime à mort mon chien d'Amour.
------

Déposé par colombine67 le 10/05/2024  
Sous cette petite boule de poils,
il y a un coeur qui bat,
même si ce petit bouchon
n’a pas la parole,
il ressent la douleur,
la peur et le chagrin,
pour tout ça,
il a le droit de vivre
et d’être respecté
au même titre qu’un humain!

Déposé par spanky le 09/05/2024  
Le chemin du bonheur
------
Le chemin du bonheur est tellement étroit, qu'on ne peut passer à deux sans ne faire qu'un.
Le bonheur n'est pas une destination à atteindre, mais une façon de voyager.
Ceux qui croient que l'homme est né pour souffrir ont déjà abdiqué leur devoir fondamentale;
celui de travailler à leur bonheur.
Les souvenirs qui font mal doivent être détruits sans pitié; ils nous cachent la vue donnant
sur le bonheur qui nous attend.
Le bonheur exige que l'on vive son quotidien, puisque le bonheur est le moment présent.
Le secret du bonheur, n'est pas de faire les choses qu'on aime, mais d'aimer ce que l'on fait.
Le bonheur est un doux parfum qu'on ne peut répandre sur autrui sans en faire rejaillir quelques gouttes sur soi.
Souhaiter du bonheur aux autres c'est déjà partager le nôtre avec eux.
Le bonheur se moque des mots, il n'est pas raisonnable, il est tout simplement.
Le bonheur est la seule chose que l'on puisse donner sans l'avoir soi-même.
Le bonheur n'est pas une récompense mais une conséquence.
Il faut s'habituer à faire quotidiennement un dépôt à la banque du bonheur.
Nous sommes si occupés à atteindre le grand bonheur que nous laissons passer les petits qui
défilent tous les jours devant nos yeux.
Ce bonheur il est pour nous, il nous ressemble nos AMOUR c'est leurs loyautés, celle du meilleur AMI DE L'HOMME...
------

Déposé par poutounou le 08/05/2024  
La patte de ton chien, serre-la si fort…
*
La main des dieux, tu peux refuser de la prendre
*
La main des dieux, tu peux refuser de la prendre.
La main du mendiant, tu peux aussi.
Toutes les mains qui frôleront la tienne, tu peux les oublier.
La main de ton ami, ferme les doigts sur elle, et serre-la si fort
que le sang de ton cœur y batte avec le sien au même rythme.
*
Sabine Sicaud, Les poèmes de Sabine Sicaud, 1958 (Recueil posthume)

Déposé par spanky le 07/05/2024  
Hommage :
-----
Le vent souffle en rafales à travers les barreaux,
Au fond du box miteux, un vieux chien se tient droit,
L'hiver il connait ça, il ne craint pas le froid,
et même s'il se sent faible, il ne dit pas un mot.
----
Cinq ans déjà qu'il est au fond de cette cage,
Il a même oublié au juste, quel est son âge,
Ses douleurs lui rappellent qu'il n'est plus un jeune chien,
Mais il se tient bien droit, il ne lâchera rien.
-----
Ses visiteurs qui passent, il faut bien les charmer...
Alors il se tient droit, il oublie son arthrose,
Il espère qu'on lui trouve un petit quelque chose,
Il espère tant et tant, et depuis tant d'années.
-----
La chaleur d'un foyer, bien sûr qu'il l'a connu.
L'amour, il l'a donné bien plus qu'il n'en a eu,
Il les a protégés, aimés, défendus et veillés,
Il n'a eu en retour que cet ultime rejet.
-----
C'était une matinée chaude et ensoleillée.
Son maître l'a largué ici et a rempli deux, trois papiers.
Lui, il n'a rien compris, mais en bon chien, il était sage.
Et pour faire taire sa peur il a rassemblé son courage.
-----
Les aboiements des autres, où il sent de la peur,
Ces sacs poubelles qui passent, tous ces corps sans chaleur,
Ce bruit, ce froid, ces doutes, et tous ces visiteurs,
Cet éternel ballet dans ce déluge d'odeurs.
-----
Il a bombé le torse, il a fait les yeux doux,
Il n'a pas aboyé, pour ne pas leur faire peur,
Et pourtant pas un seul n'a su lire dans son cœur
Le refuge ferme ses portes, tout est noir, tout est flou.
-----
Alors le vieux chien se couche dans son panier.
Ce n'est pas grave, pense-t-il, demain, j'y arriverai.
Mais ce qu'il ne sait pas, c'est que demain, en matinée,
Il a été prévu qu'il serait euthanasié.
------

Déposé par spanky le 05/05/2024  
Petit chien de la rue...
Petit chien en noir ce matin
Ton petit corps est usé fatigué et surtout bien malade...
----
On m'appelle pour un chien blotti à l'agonie vers une maison de retraite ....
Lorsque j'arrive avec ma petite Garance nous finissons par te découvrir dans une
position qui laisse penser au pire.. La tête vers le bas...
Très amaigri, ton bout de nez que nous ne voyons plus , est quasi totalement obstrué par un amas de pus et d'herbes séchées.
Tu tentes de respirer par la bouche et j'entends ce râle profond qui montre à quel point tu te bats pour survivre ..Déshydraté, anémié, épuisé..
Oh ce n'est pas d'hier que tu souffres et cela m'est insupportable de le savoir...
----
Heureusement notre vétérinaire est encore au refuge (nous avons d'ailleurs travaillé très tard dans la nuit).
Une chance qu'il soit là!
----
Nettoyage antibio anti-inflammatoire perfusion. ..Bouillottes cocon douillet...
Hier j'ai passé du temps avec toi....
Pas de grognements, tu n'en n'as la force mais je sent que tu apprécie car tu pousses ta tête dans ma main qui te caresse plusieurs fois..
Oh non tu n'est pas sauvage....Pas du tout....
Voilà à quoi te sert le reste de ta force....
Les bouillottes changées toute les 3 h...De l'amour...
Mais cela n'aura pas suffit...
Cette nuit après mon urgence de chatons (je ne peux pas tout raconter sinon je ne ferais que ça)
je retourne vers toi et je sens que les battements de ton petit cœur sont comptés...
----
Tu meurs dans ma main à 3h du matin....
Pardon de ne pas avoir su plus tôt que tu n'étais pas un chien sauvage mais un chien remis après stérilisation
et identification sur site sans personne derrière pour te nourrir à priori..
Ni te soigner...(Ce n'est pas notre asso et j aimerais beaucoup que les assos locales puissent travailler ensemble
ce serait formidable et optimiserait les alternatives positives pour les chiens)
Ta mort ne sera pas lié à l'indifférence car nous allons mettre un point de nourrissage sur place....
Je suis fatiguée de tout cela surtout que cela aurait pu être évité.....
Paix à ton âme petit ange noir,
Et oui tu es un petit Loulou.....
Volé vite petite ange.....
-------

Déposé par poutounou le 05/05/2024  
Joli chardonneret, tu es venu me dire que l’Amour est devant…
*
Oiseau de Printemps
*
Joli Chardonneret, tu es sorti de l’ombre
Posé sur la rembarde pour venir me chanter
Une ode à la Nature, au Soleil, au Printemps
Tu es venu me dire que l’Amour est devant
*
Saute, vrille, vole
Et mange toutes les graines que je t’ai données
Reviens sur mon balcon, recommence ton chant
Qui m’envahit toute entière
Ces matins des beaux jours
*
Joli Chardonneret je te veux sur ma route
dans ma jolie campagne
au pied de mon balcon
*
Elodie Santos, 2009

Déposé par colombine67 le 05/05/2024  
"Ses yeux ont croisé les miens alors qu’elle traversait le couloir du refuge avec appréhension. J’ai ressenti son besoin immédiatement et su que je devais l’aider.
J’ai remué la queue, sans trop d’exubérance, pour qu’elle n’ait pas peur. Comme elle s’est arrêtée devant mon box, j’ai détourné son regard d’un petit accident que j’avais eu au fond de ma cage.
Je ne voulais pas qu’elle sache que je n’avais pas été sortie aujourd’hui. Parfois les travailleurs du refuge, fatigués, sont débordés et je ne voulais pas qu’elle pense du mal d’eux.
Lorsqu’elle a lu ma carte d’adoption, j’espérais qu’elle ne se sente pas triste à la vue de mon passé. Je ne peux que me tourner vers le futur et souhaite compter dans la vie de quelqu’un.
Elle se mit à genoux et me fit des petits bruits de bisous. J’ai collé mon épaule et le coté de ma tête contre les barreaux pour la réconforter. Du bout des doigts, elle caressait doucement mon cou, elle était prête à tout pour avoir de la compagnie. Une larme a coulé sur sa joue et j’ai levé la patte pour lui assurer que tout irait bien.
Aussitôt, la porte de mon box s’ouvrit, son sourire était si radieux que je lui ai tout de suite sauté dans les bras.
J’ai promis de prendre soin d’elle.
J’ai promis d’être toujours à ses cotés.
J’ai promis de faire tout mon possible pour voir ce sourire radieux et cette étincelle dans ses yeux.
J’étais tellement chanceuse qu’elle passe par mon couloir. Aussi, beaucoup d’autres sont là-bas, qui n’ont pas traversé ce couloir. Au moins j’en ai sauvé un.
Aujourd’hui, j’ai sauvé un humain."
Janine Allen

Déposé par spanky le 03/05/2024  
…Je t'appelle et tu ne viens pas
Ton absence est entrée chez moi
C'est un grand vide au fond de moi
Tout ce bonheur qui n'est plus là
Si tu savais quand il est tard
Comme je m'ennuie de ton regard
C'est le revers de ton amour
La vie qui pèse un peu plus lourd
Comme une marche de silence
Qui prend ta place et qui s'avance…
-----
(Paroles Y.Duteil)
-------

Déposé par spanky le 01/05/2024  
A Pâques
-----
Frère Jacques, frère Jacques,
Réveille-toi de ton sommeil d'hiver
Les fins taillis sont déjà verts
Et nous voici au temps de Pâques,
Frère Jacques.
----
Au coin du bois morne et blêmi
Où ton grand corps s'est endormi
Depuis l'automne,
L'aveugle et vacillant brouillard,
Sur les grand-routes du hasard,
S'est promené, longtemps, par les champs monotones ;
Et les chênes aux rameaux noirs
Tordus de vent farouche
Ont laissé choir,
De soir en soir,
Leur feuillage d'or mort sur les bords de ta couche.
----
Frère Jacques,
Il a neigé durant des mois
Et sur tes mains, et sur tes doigts
Pleins de gerçures ;
Il a neigé, il a givré,
Sur ton chef pâle et tonsuré
Et dans les plis décolorés
De ta robe de bure.
----
La torpide saison est comme entrée en toi
Avec son deuil et son effroi,
Et sa bise sournoise et son gel volontaire ;
Et telle est la lourdeur de ton vieux front lassé
Et l'immobilité de tes deux bras croisés,
Qu'on les dirait d'un mort qui repose sous terre.
----
Frère Jacques,
Hier au matin, malgré le froid,
Deux jonquilles, trois anémones
Ont soulevé leurs pétales roses ou jaunes
Vers toi,
Et la mésange à tête blanche,
Fragile et preste, a sautillé
Sur la branche de cornouiller
Qui vers ton large lit de feuillages mouillés
Se penche.
----
Et tu dors, et tu dors toujours,
Au coin du bois profond et sourd,
Bien que s'en viennent les abeilles
Bourdonner jusqu'au soir à tes closes oreilles
Et que l'on voie en tourbillons
Rôder sur ta barbe rigide
Un couple clair et rapide
De papillons.
----
Pourtant, voici qu'à travers ton somme
Tu as surpris, dès l'aube, s'en aller
Le cortège bariolé
Des cent cloches qui vont à Rome ;
Et, leurs clochers restant
Muets et hésitants
Durant ces trois longs jours et d'angoisse et d'absence,
Tu t'éveilles en écoutant
Régner de l'un à l'autre bout des champs
Le silence.
----
Et secouant alors
De ton pesant manteau que les ronces festonnent
Les glaçons de l'hiver et les brumes d'automne,
Frère Jacques, tu sonnes
D'un bras si rude et fort
Que tout se hâte aux prés et s'enfièvre aux collines
A l'appel clair de tes matines.
----
Et du bout d'un verger le coucou te répond ;
Et l'insecte reluit de broussaille en broussaille ;
Et les sèves sous terre immensément tressaillent ;
Et les frondaisons d'or se propagent et font
Que leur ombre s'incline aux vieux murs des chaumières ;
Et le travail surgit innombrable et puissant ;
Et le vent semble fait de mouvante lumière
Pour frôler le bouton d'une rose trémière
Et le front hérissé d'un pâle épi naissant.
----
Frère Jacques, frère Jacques
Combien la vie entière à confiance en toi ;
Et comme l'oiseau chante au faîte de mon toit ;
Frère Jacques, frère Jacques,
Rude et vaillant carillonneur de Pâques.
----
Émile VERHAEREN
1855 - 1916
----

Déposé par poutounou le 01/05/2024  
Petit brin de Bonheur…
*
Très tôt dans la matinée,
Du pied droit, je me suis levée.
Mes gros sabots aux pieds,
Dans mon jardin, je suis allée,
Pour y cueillir des brins de muguet,
Recouverts de rosée.
*
Tintinnabulez, tintinnabulez !
Jolies clochettes de Mai.
Epandez vos douces senteurs
Jusque dans nos cœurs.
Et déposez dans chaque foyer
Un océan d’amour et d’amitié.
*
Je t’envoie, merveilleux Ange, un beau brin de muguet de mon jardin. Garde-le bien au chaud, tout contre ton cœur, car il porte Bonheur… Amitié, santé et joli brin de muguet à ta famille de cœur aussi…




L'Album photo contient 3 photos
Highslide JS

Highslide JS

Highslide JS

Retourner en haut