Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
Mail Privé
Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
Carnet d'adresses
La page de ATHOS a été vue  185 463  fois.
185 463 vues
Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
Favoris
+ info
 

Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
En hommage à
ATHOS
LHASSA-APSO
Il est né le:19/01/2005
Il nous a quittés le:01/03/2009
 


12 personnes aiment cette page
 

Connectez vous pour poster un message, une fleur ou allumer une bougie
Votre pseudo        Mot de passe       


En hommage à ATHOS

Cela faisait maintenant 4 ans, que tu étais notre petit rayon de soleil au quotidien.
Mais, le destin en a décidé autrement en cette journée du 1er Mars. Tu as été emporté si vite que nous n’avons pas eu le temps de te dire au revoir. Aussi, nous avons voulu te dédier ces quelques lignes.

Athos,
Tu es arrivé chez nous en Mars 2005, les 1ères heures dans ton nouveau foyer ont été décisives car, Umbro, notre chat âgé déjà d’un an avait déjà marqué son territoire.
Mais, tes yeux pleins de tendresse ont réussi à l’attendrir, au point de devenir les deux meilleurs complices de jeu.
Tu débordais d’entrain, tu avais en toi la joie de vivre.
Tu faisais partie de toutes nos escapades. Un seul regard de ta part, Grands comme Petits nous étions sous ton charme.
Aujourd’hui, la maison est bien triste et bien vide.
Tu es maintenant au paradis des chiens, reposes en paix auprès de Mistral.
Tu es dans nos cœurs et, cela pour l’éternité : NOUS NE T’OUBLIERONS JAMAIS.

PS : De là-haut, sur ton petit nuage blanc, comme le dit si bien Solène, nous te demandons de veiller sur chacun de nous.

A notre fidèle compagnon,
de la part de Michel, Valérie, Anthony, Solène et Umbro






60 bougies

30503 Fleurs
Déposé par rustiditbibi
Déposé par rustiditbibi
🌹🌹🌹🌹🌹🌹🐶🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹💋💋👼🌈
Déposé par rustiditbibi
Déposé par rustiditbibi
🌹🌹🌹🌹🌹🌹🐶🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹💋💋👼🌈
Déposé par rustiditbibi
Déposé par rustiditbibi
🌹🌹🌹🌹🌹🌹🐶🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹💋💋👼🌈
Déposé par rustiditbibi
Déposé par rustiditbibi
🌹🌹🌹🌹🌹🌹🐶🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹💋💋👼🌈
Déposé par rustiditbibi
Déposé par rustiditbibi
🌹🌹🌹🌹🌹🌹🐶🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹💋💋👼🌈
Déposé par rustiditbibi
Déposé par rustiditbibi
🌹🌹🌹🌹🌹🌹🐶🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹💋💋👼🌈
Déposé par rustiditbibi
Déposé par rustiditbibi
🌹🌹🌹🌹🌹🌹🐶🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹💋💋👼🌈
Déposé par rustiditbibi
Déposé par rustiditbibi
🌹🌹🌹🌹🌹🌹🐶🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹💋💋👼🌈
Déposé par rustiditbibi
Déposé par rustiditbibi
🌹🌹🌹🌹🌹🌹🐶🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹💋💋👼🌈
Déposé par rustiditbibi
Déposé par rustiditbibi
🌹🌹🌹🌹🌹🌹🐶🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹🌹💋💋👼🌈
Déposé par colombine67
Déposé par colombine67
Si quelqu'un te dit que tu aimes trop les chiens... Cesse de lui parler. Tu n'as pas besoin de ce genre de négativité dans ta vie
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par mistral
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos
Déposé par athos



171 messages

Déposé par colombine67 le 12/04/2024  
Le BÂTARD et le CLOCHARD.
Je suis un beau « bâtard » qui fête ses deux ans,
Et je vis dans la rue depuis pas mal de temps.
Je n’ai pas choisi, tout petit il m’a pris à ma mère,
Et depuis, je suis là, le compagnon de sa misère.
Tous les jours, tous les deux, on fait la manche,
Du matin du lundi, jusqu’au soir du Dimanche.
C’est pour quelques Euros, car il faut bien manger,
Un peu pour lui, beaucoup pour moi, faut l’avouer.
Toujours poli, toujours gentil, au coin de ce trottoir,
Nous venons tard le matin, et repartons tôt le soir.
Elle est longue l’attente, aux pieds de tous ces gens,
Qui jettent un dur regard, à ces gueux, ces mendiants.
Il me tient dans ses bras, tendrement il me caresse,
Baissant les yeux, honteux, devant tant de détresse,
Condamnés que nous sommes à vivre de la quête,
Nous savons que pour nous ce n’est jamais la fête.
Nous sommes heureux pourtant, nous nous aimons,
D’un Amour sain, d’un Amour pur, de la passion.
Nous ne possédons rien, et ne sommes pas jaloux
De voir ce qui se passe, ici, partout autour de nous.
Il est un homme, je suis un chien, drôle de couple,
Mais nous partageons tout, et la vie est plus souple,
Que pour ceux qui pensent au succès, et à la réussite,
Prêts à se battre ou se haïr… pour réussir plus vite.
Alors, gens de bonnes manières, responsables civils,
Qui faites les beaux jours des villages et des villes,
N’enlevez jamais à cet homme, nommé « Le Clochard »,
Ce vilain chien, son seul Ami, bien qu’il fût un «bâtard».

Déposé par athos le 01/03/2024  
Aujourd'hui, cela fait 15 ans que tu nous as quitté... Triste journée...
Je n'oublierai jamais ce jour-là, ton regard qui m'en disait long lorsque je me suis rendue chez le vétérinaire pour te faire un dernier bisou et te dire au revoir...
Malgré tout ce temps, les larmes montent et coulent encore le long de mes joues...
Le Jeudi 2 Novembre 2023, Umbro est venu te rejoindre... je souhaite de tout cœur que vous vous soyez retrouvés et, que de là-haut, vous soyez toujours aussi complices que vous l'étiez avec nous...
Veillez sur nous et n'ayez crainte, il n'y a pas une seule journée où je ne pense pas à vous...
Vous êtes et vous resterez à jamais dans mon cœur...
Je vous AIME...

Déposé par athos le 01/03/2024  
Aujourd'hui, triste journée... car cela fait exactement... 15 ans que tu m'as quitté... pour devenir une petite étoile qui veille sur nous...
Tu es... et resteras à jamais dans mon cœur, mon p'tit Athos... Milles baisersssss...

Déposé par poutounou le 01/03/2024  
Une odeur, un geste, une musique, un endroit, et tu es là, auprès de moi… !!!
*
QU'UN VOILE
*
Il n'y a qu'un voile,
qu'un voile qui nous sépare.
Il y a un souffle qui nous unit, celui des âmes,
si doux, si fin, si persistant,
"Je suis là, au-delà du savoir, du visible, de l'audible" dit la voix.
"Il n'y a que ce voile qui nous sépare
et tu me sens parfois".
Une odeur, un geste, une musique, un endroit,
et je suis là, auprès de toi ;
tu m'entends rire, discourir de ce qui était.
Désormais c'est un trésor au fond de toi.
Il n'y a qu'un voile si fin pourtant si infranchissable,
impénétrable car nul ne sait ce qui est au-delà.
Nul ne doit savoir,
on n'en revient pas,
c'est l'éblouissant interdit.
Mais, pour les cœurs, la frontière n'existe pas,
l'amour brûle ce voile si tenu et retrouve le feu de l'éternel.
L'amour ne craint l'éblouissement mais s'en nourrit constamment.

Déposé par colombine67 le 19/02/2024  
Je suis un chien.
Je veux donner et avoir de l’amour.
Je veux vivre.
Je ne suis pas un objet.
Je ne suis pas une pièce de propriété.
S’il vous plait ne me rejetez pas.
S’il vous plait traitez-moi avec gentillesse, amour et respect.
Je vous promets que je vous payerais en retour avec un amour inconditionnel aussi longtemps que je vivrai.
Penny Elms

Déposé par colombine67 le 18/02/2024  
Au fond du vieux refuge
Dans une niche en bois
Depuis deux ans je purge
D'avoir trop cru en toi
Tous les jours je t'attends
Certain que tu viendras
Tous les soirs je m'endors
Sans que tu sois là.
Que c'est-il donc passé
Pour que ce 16 juin
Heureux que tu étais
Je me rapelle bien
Tu sifflais, tu chantais
En bouclant les valises
Que tu m'aies attaché
Là devant cette église.
Ton absence me pèse
Et les jours sont si longs.
Mon corps s'épuise
Et mon coeur se morfond
Je n'ai plus goût à rien
Et je deviens si laid
Que personne jamais
Ne voudra m'adopter.
Tu m'as mis à la chaîne
Ou tu m'as enfermé
Tu m'as laissé des jours
Sans boire et sans manger
J'ai dormi bien souvent
Dans ma niche sans toi
Paralysé, raidi
Tellement j'avais froid.
Pourtant si tu reviens
Nous partirons ensemble
Nous franchirons en choeur
La porte qui ressemble
A celle d'une prison
Et que je ne veux plus voir
Et dans laquelle hélas !
J'ai broyé tant de noir.
Voilà, mon rêve se termine
Car je vois le gardien
Et le vétérinaire au loin
Ils entrent dans l'enclos
Et leurs visages blêmes
En disent long pour nous
Sur ce qu'ils nous amènent
Je suis heureux tu vois
Car dans quelques instants
Je vais tout oublier
Et comme il y a deux ans
Je m'endormirai sur toi
Mon seul et grand ami
Je dormirai toujours
Grâce à l'euthanasie.
A vous tous les humains
J'adresse une prière
Me tuer tout petit
Aurait peiné ma mère
Mais il eût mieux valu
Pour moi cette manière.
Et vous n'auriez pas eu
Aujourd'hui à le faire.
Gilbert Dumas

Déposé par colombine67 le 17/02/2024  
J'ai adopté votre chien, aujourd'hui ...
Celui que vous avez laissé au refuge
Celui que vous avez eu pendant 10 ans
Et que vous ne vouliez plus garder.
J'ai adopté votre chien, aujourd'hui ...
Saviez-vous qu'il avait perdu du poids ?
Saviez-vous qu'il était effrayé et déprimé ?
Et qu'il semblait avoir perdu toute confiance ?
J'ai adopté votre chien, aujourd'hui ...
Il avait des puces et avait un peu froid
Je suppose qu'il vous importe peu de savoir dans quel état il est ?
On m'a dit que vous l'aviez abandonné.
J'ai adopté votre chien, aujourd'hui ...
Avez-vous eu un bébé, ou avez-vous déménagé ?
Avez-vous d'un coup, développé des allergies ?
Ou n'y avait-il AUCUNE raison pour qu'il ne puisse rester avec vous ?
J'ai adopté votre chien, aujourd'hui ...
Il ne joue pas et mange à peine
Je crois qu'il est très triste
Et ça prendra du temps avant qu'il ne reprenne confiance.
J'ai adopté votre chien, aujourd'hui ...
Et ici, il sera aimé
Il a trouvé sa famille POUR TOUJOURS
Et un lit chaud, où se reposer.
J'ai adopté votre chien, aujourd'hui ...
Et je vais lui donner tout ce d0nt il a besoin
- Patience, amour et sécurité.
Et il pourra oublier votre égoïsme.

Déposé par colombine67 le 11/02/2024  
Les personnes qui n'ont jamais eu d'animaux domestiques, et plus globalement ceux qui n'aiment pas les animaux, ne peuvent pas comprendre l'amour que l'on peut avoir pour un chien, un chat ou tout autre animal.
Bien souvent pour eux, aimer un animal comme on aime un enfant est irrationnel. Pour toutes ces personnes hermétiques et insensibles à ce sentiment, l'écrivain Richard A. Biby a écrit un joli texte. Il est dédié à tous les chiens en général, mais aussi à toutes celles et ceux qui ne comprennent pas cet amour inconditionnel.
De temps en temps les gens me disent "voyons, c’est juste un chien" ou "tu en dépenses de l’argent juste pour un chien"…
Ils ne comprennent pas les distances parcourues, le temps passé ou les coûts que ça implique pour "juste un chien".
Pourtant, plusieurs des moments dont je suis le plus fier sont survenus à cause de "juste un chien".
J’ai passé bien des heures avec, pour seul compagnon, "juste un chien" et je ne me suis jamais senti moindrement seul.
Certains de mes moments les plus tristes sont survenus à cause de "juste un chien" et, dans ces jours sombres, le doux contact de "juste un chien" m’a donné du réconfort et permis de traverser la journée.
Si vous aussi, pensez que c’est "juste un chien" alors vous comprendrez probablement des phrases comme "juste un ami", "juste un lever de soleil" ou "juste une promesse".
"Juste un chien" apporte dans ma vie la véritable essence de l’amitié, de la confiance et d’une joie passionnée.
"Juste un chien" fait ressortir la compassion et la patience qui fait de moi une meilleure personne.
À cause de "juste un chien" je me lèverai de bonne heure, ferai de longues marches et regarderai vers le futur.
Alors pour moi et les gens comme moi, ce n’est pas "juste un chien" mais l’incarnation de tous les espoirs et rêves du futur, le doux souvenir du passé et la pure joie du moment.
"Juste un chien" fait sortir ce qu’il y a de bon en moi et me détourne de mes pensées et des problèmes de la journée.
J’espère qu’un jour ils pourront comprendre que ce n’est pas "juste un chien" mais l’être qui m’a donné l’humanité et qui m’a préservé de n’être que … "juste un homme ou une femme".
Alors la prochaine fois que vous entendrez la phrase "juste un chien"… souriez, parce que c’est "juste qu’ils n’ont pas compris".
Richard A. Biby, 2006.

Déposé par colombine67 le 09/02/2024  
Pourquoi aimer les animaux?
Parce qu'ils vous donnent tout, sans rien demander.
Parce que contre le pouvoir de l'homme armé,
ils sont sans défense.
Parce qu'ils sont des enfants éternels,
Parce qu'ils ne savent pas ce qu'est la haine ou la guerre.
Parce qu'ils ne connaissent pas l'argent et qu'ils se consolent
seulement avec un endroit pour échapper au froid.
Parce qu'ils se font comprendre sans dire un mot,
Parce que leur regard est aussi pur que leur âme.
Parce qu'ils ne connaissent ni envie ni rancune,
Parce que le pardon est encore naturel en eux.
Parce qu'ils savent aimer avec loyauté et fidélité.
Parce qu'ils vivent sans avoir une maison luxueuse.
C'est pourquoi ils n'achètent pas l'amour,
ils attendent juste ça
Et parce qu'ils sont nos compagnons,
amis éternels, que rien ne pourra séparer.
Parce qu'ils sont vivants.
Pour ceci et mille autres choses, ils méritent notre amour.
Si nous apprenions à les aimer comme ils le méritent,
nous serions très proches de Dieu
Mère Teresa.

Déposé par colombine67 le 08/02/2024  
Entre quatre murs.
Je suis né entre quatre murs.
Une petite pièce calme, sombre et tiède.
Ma mère, mes frères et sœurs.
L’odeur sucrée du lait.
Je dormais, je mangeais.
Ma mère me léchait le ventre pour que je fasse mes besoins.
J’ignorais la peur et l’ennui, je n’étais que sensations et réflexes.
C’était mon petit univers.
Petit à petit, cet univers ne m’a plus suffi.
J’avais la bougeotte, l’envie de découvrir le monde.
Le deux-pattes qui s’occupait de nous venait
souvent accompagné d’autres bipèdes,
qui nous parlaient, nous touchaient,
nous examinaient sous toutes les coutures.
Une nouvelle émotion qui m’était inconnue jusqu’à présent
commençait à pointer le bout de son museau : la peur.
Mais elle disparaissait bien vite sous l’influence
de ma curiosité insatiable de chiot.
Je finissais par me laisser manipuler avec plaisir par les deux-pattes.
Et puis un jour, une famille de quatre bipèdes m’a emmené avec elle.
Je me souviens avoir beaucoup pleuré.
Je n’avais jamais quitté ma mère et ma fratrie.
Heureusement, toute cette nouveauté à laquelle j’étais
confronté m’a fait rapidement oublier mon angoisse :
ces odeurs inédites, ces bruits inconnus,
la lumière qui défilait à travers les vitres de cette drôle de petite pièce vrombissante,
c’était inquiétant mais tellement stimulant !
Peut-être que ces bipèdes m’emmenaient vers une nouvelle vie
faite d’exploration et d’aventures excitantes.
J’étais un canidé, et tout mon corps réclamait de l’action,
de l’action et encore de l’action.
On m’a installé entre quatre murs.
C’était beaucoup plus grand que là où j’étais né.
Il y avait même quatre murs dehors au-dessus
desquels régnait un grand ciel bleu.
J’avais toujours connu un toit sur ma tête,
et j’étais un peu effrayé par cette immensité.
Mais j’ai vite appris à m’amuser dans cet espace.
À creuser le sol, à apprivoiser chaque brin d’herbe
et chaque insecte rampant ou volant.
À l’intérieur, j’étais bien installé : un endroit au chaud,
mes bipèdes pour me tenir compagnie et s’occuper de moi.
Je crois bien que j’allais être heureux dans cette nouvelle vie.
Mes deux-pattes étaient gentils, même s’ils
ne parvenaient pas toujours à me comprendre.
Et puis, je ne les voyais pas beaucoup :
ils partaient le matin et rentraient le soir.
Je rêvais qu’ils m’emmènent avec eux.
La maison était spacieuse, le jardin était vaste.
Mais je commençais à y éprouver un sentiment
qui me mettait profondément mal à l’aise : l’ennui.
Je connaissais ma maison par cœur,
et mon jardin sur le bout des griffes
Aucune odeur nouvelle, aucun congénère à renifler
ni lieu nouveau à explorer ne venait stimuler mon esprit aventureux.
La souffrance, invisible aux yeux de mes humains,
commençait à s’insinuer en moi.
J’ai vécu entre quatre murs.
Je pensais que le monde était plus vaste.
J’ai compris qu’il s’arrêtait à la maison
et au jardin de mes deux-pattes.
Mes bipèdes me nourrissait , me caressait,
j’avais même le droit de me coucher contre eux quand
ils regardaient cette drôle de boîte à images tous les soirs.
Mais ils semblaient insensibles à ma douleur.
Pourtant, je me léchais les pattes, sans cesse.
J’aboyais beaucoup, au moindre bruit,
parce que c’était la seule mission que pouvait m’offrir ma prison dorée.
Je creusais beaucoup dans le jardin,
pour trouver de nouvelles odeurs sous le sol.
Mes deux pattes se fâchaient, mais mon
besoin d’activité grondait lui aussi.
Il menaçait d’exploser et il n’y a que par le chaos
que j’arrivais à évacuer ma frustration.
Je suis mort entre quatre murs.
J’ai vécu, que dis-je, j’ai subi quinze ans de vie.
Quinze ans d’amour et quinze ans d’ennui.
J’étais l’un des animaux les plus actifs de la création,
j’étais un prédateur, un chasseur, un explorateur.
Mon corps et mon âme réclamaient à grands cris
une vie faite d’action et de découvertes.
Mais on m’a enfermé dans une cage.
Une grande cage, avec des barreaux en or massif.
Ma mort a été à l’image de ma vie :
je me suis endormi pour toujours sur un coussin moelleux,
dans le confort d’un salon.
Mon histoire est loin d’être unique :
elle est la même que celle de nombreux membres de mon espèce.
Amis bipèdes, ne projetez pas sur nous la vie que vous rêveriez d’avoir :
nous n’avons pas envie de passer notre vie entre quatre murs.
Nous ne connaissons ni Netflix, ni Facebook,
ni le bonheur de lire un bon livre.
Nos réseaux sociaux se trouvent au-dehors,
au travers des odeurs laissées par les chiens du quartier.
Notre lecture préférée, c’est la trace qu’un écureuil
a laissée en escaladant un tronc d’arbre.
Notre série préférée, c’est notre promenade du soir au parc à vos côtés.
Notre place n’est pas entre quatre murs, mais aux quatre vents.
Et je crois bien, humains, que vous êtes en train
d’oublier que c’est aussi le cas de la vôtre.
Elsa Weiss / Cynopolis

Déposé par colombine67 le 18/01/2024  
Je suis un chien.
Je veux donner et avoir de l’amour.
Je veux vivre. Je ne suis pas un objet.
Je ne suis pas une pièce de propriété.
S’il vous plait ne me rejetez pas.
S’il vous plait traitez-moi avec gentillesse, amour et respect.
Je vous promets que je vous payerais en retour avec un amour inconditionnel aussi longtemps que je vivrai.

Déposé par colombine67 le 17/01/2024  
Je sais que je ne suis qu'un animal mais...
Si tu te sens triste, je serai ton sourire.
Si tu pleures, je serai ton réconfort
Et si quelqu'un te brise le coeur, tu peux utiliser le mien pour vivre...
Je serai toujours à tes côtés.💞

Déposé par colombine67 le 29/12/2023  
Cher Maître, Chère Maîtresse,
Comment oublier le jour où tu es entrée au refuge et où nos regards se sont croisés ? Si l'amour au premier regard existe, je pense que c'est ce que nous avons vécu. J'ai couru vers toi pour te dire bonjour, tout comme les 30 autres chiens avec moi mais entre les cris, les grognements et les caresses, je voulais tellement que tu me choisisses, moi. Je n'arrêtais pas de te regarder, toi non plus, ton regard était si profond et tendre ...Néanmoins, il n'a pas fallu longtemps pour que les autres chiens détachent ton regard de moi et me découragent...comme tant d'autres fois auparavant. Vous allez penser que je suis comme ça avec tous car oui, j'aime m'attacher. Mais cette fois, j'ai créé en toi quelque chose d'inédit, quelque chose qui n'était jamais arrivé avant. Tu es venue me dire bonjour sous cet arbre, là où j'aimais me réfugier lorsqu'il pleuvait ou qu'on me brisait le cœur. Pendant que le propriétaire du refuge tentait de t'emmener voir d'autres chiens, tu t'es approchée doucement de moi, puis le coup de foudre s'est confirmé. J'ai voulu me rendre intéressante tout en essayant de ne pas trop remuer la queue car j'ai remarqué que parfois, ça faisait fuir les humains...mais je n'ai pas réussi. Elle n'arrêtait pas de bouger dans tous les sens, comme un hélicoptère. Tu as joué avec moi 1 ou 2 heures, je ne me souviens plus, mais en tout cas ce que je sais, c'est que j'étais très, très heureuse.
On dit que toutes les bonnes choses ont une fin. Tu t'es relevée et t'es dirigée vers la petite cabane où il y avait à manger, les vaccins et tout un tas d'autres trucs. Je t'ai accompagnée là-bas en sautillant mais tu n'arrêtais pas de me dire "Calme, du calme.." Calme ? Comment voulais-tu que je me calme ? Je t'avais rencontrée. Tu es restée plus longtemps que prévu à l'intérieur...des heures, des minutes, des secondes...je ne sais plus car pour moi, ce fut une éternité. Je suis retournée sous mon arbre, là où j'avais l'habitude de me cacher quand j'étais triste, sauf que cette fois, j'ai décidé de m'endormir pour oublier. Je ne voulais pas regarder la porte par laquelle tu avais disparu et me rendre compte que finalement, tu ne reviendrais pas pour moi.
D'un seul coup, j'entends mon nom ! C'est le propriétaire du refuge :" Qu'est-ce qu'il me veut ? N'a t-il pas remarqué que je suis triste et que je n'ai pas du tout envie de manger ou jouer ?" Mais comme je suis obéissante, j'ai quand même tourné la tête. Et tu étais là. Accroupie, tu me souriais : tu avais décidé de m'emmener avec toi à la maison.
On arrive à la maison. Notre maison. J'avais un peu peur, je ne connaissais rien, je ne savais pas comment me comporter alors je te suivais partout. Tu me parlais avec tant de tendresse qu'il m'étais impossible de résister à ton charme. Tu m'as montré où je dormirais, où je mangerais et où toi tu ferais tout ça. J'avais tout ce dont j'avais besoin, même des jouets pour que je ne m'ennuie pas. Comment pouvais-tu imaginer un seul instant que je m'ennuierais ? J'avais tant de choses à découvrir et apprendre...
Les jours, les mois ont passé et ton affection pour moi grandissait autant que la mienne pour toi. Aujourd'hui, je peux te dire que tu es tout pour moi. Ni les promenades, ni la nourriture, ni même ce beau chien qui vit à l'étage du dessous ne peuvent rivaliser, non. C'est toi. Car pour toujours je te serai reconnaissante de m'avoir choisie entre tous.
Chaque jour de ma vie est partagé en deux : quand tu es avec moi et quand tu ne l'es pas. Je n'oublierai jamais tous ces jours où tu rentrais fatiguée du travail et me regardais quand même avec un petit sourire en me demandant : " On va se promener ?" ou " Tu veux manger ?". Moi, je ne voulais rien de tout ça, juste être avec toi, peu importe ce qu'on faisait.
Ça fait un moment maintenant que je me sens mal et que tu dors avec moi, c'est pourquoi j'ai voulu profiter de cet instant pour t'écrire cette lettre, pour que toute ta vie, tu la gardes avec toi. Peu importe où j'irai, je ne pourrai jamais t'oublier et te serai éternellement reconnaissante car tu es ce qui est arrivé de mieux dans ma vie.
Mais je ne veux pas que tu sois triste, continue comme avant et choisis-toi un nouvel amour. Donne-lui autant d'amour qu'à moi et lui non plus ne pourra jamais t'oublier. D'autres chiens méritent d'avoir la même maître ou maîtresse que moi, la meilleure.

Déposé par colombine67 le 27/12/2023  
Je ne suis pas un jouet.
Je ne suis pas une peluche.
Je suis un être vivant.
Je suis sensible.
Je vais grandir.
Je vais sûrement faire des bêtises.
Alors ne me prend pas si tu n'es pas capable d'assumer

Déposé par colombine67 le 24/12/2023  
Noël ensemble
Passer Noël ensemble
Noël ensemble
Passer Noël ensemble
Noël ensemble
Oublier les frontières
Dépasser nos querelles
Ce soir nous rassemble
Refuser d’être seul
Revenir à l’enfance
Et pouvoir rêver
D’un sapin qui touche le ciel
De former une guirlande
Et quand tout n’est qu’étincelle
Qu’une étoile nous attende
Noël
Ensemble
Passer Noël ensemble
Noël, Noël
Ensemble
Hummm
Passer Noël ensemble
Hoou
Noël ensemble
Hoou
Noël ensemble
A la lumière du jour
Et contre le silence
Qui nous entoure
Laisser faire la magie
Des flocons de lumière
Et les regards remplis de soleil
Quand les nuits se ressemblent
D’un mot une prière
Faire que nos mains se tendent
Noël
Ensemble
Passer Noël ensemble
Noël {Chœurs} Noël
Ooh ooh
Ensemble
Passer Noël ensemble
Noël ensemble
{Chœurs} Noël
{Chœurs} Noël ensemble
Et se promettre un rendez-vous
Chaque année en décembre
On sait pourquoi on court
Quand on cherche l’amour
Quand on cherche l’amour
Noël, Noël
Ensemble
Passer Noël ensemble
Noël ensemble
Noël
Ensemble
Noël ensemble {Chœurs}
Passer Noël ensemble
Noël Ensemble {Chœurs}
Noël
Noël {Chœurs}
Ensemble
Passer Noël ensemble
Noël ensemble
{Chœurs}
Noël... Noël...
{Chœurs}... ensemble
Passer Noël ensemble
{Chœurs}
Noël ensemble
Noël ensemble {parlé}
Noël ensemble {parlé}

Déposé par colombine67 le 21/12/2023  
Ah! les de merveilleux souvenirs de Noël! Des cadeaux que l’on déballe avec frénésie, une odeur de sapin frais qui embaume la maison, une dinde dorée qui rôtie lentement au four, des rires d’enfants mêlés aux exclamations d’adultes un peu pompettes… Mais la période des Fêtes peut aussi évoquer de beaux souvenirs associés à un animal de compagnie que l’on a aimé. Je vous en raconte ici quelques-uns que l’on m’a confiée et qui m’ont profondément touchée.
Cannelle, la petite chatte qui ne voulait pas dormir
Catherine n’avait que cinq ans lorsque ses parents lui ont offert une petite chatte qu’elle a nommée Cannelle. Ensemble, elles en ont fait un bon bout de chemin ! Cannelle a grandi avec son humaine et l’a accompagnée durant toute son enfance, son adolescence et même le début de sa vie d’adulte. Elle a vécu jusqu’à 19 ans, Catherine ayant 24 ans lorsqu’elle est partie pour de bon.
Cannelle était la confidente et la meilleure amie de Catherine. La petite fille la considérait même comme sa sœur, car elle était enfant unique. Rapidement, une grande complicité s’est installée entre elles.
Ce 24 décembre, Catherine, alors âgée de huit ou neuf ans, était si énervée à l’idée d’ouvrir ses cadeaux le lendemain qu’elle n’arrivait pas à s’endormir. Comme chaque soir, Cannelle l’a rejoint dans sa chambre. Mais, comme si elle savait elle aussi que cette nuit-là était spéciale, la chatte n’a pas non plus voulu fermer l’œil. Les deux amies ont donc veillé près du minuscule sapin qui illuminait la pièce plongée dans l’obscurité. Toute la nuit, elles ont joué ensemble afin que le temps passe plus vite et que le grand jour arrive enfin.
Loulou, le labernois qui déballait ses cadeaux
Andrée-Anne a toujours aimé les animaux, surtout les chiens. Et c’est d’ailleurs grâce à l’un d’entre eux, Loulou, qu’elle a pu développer une belle relation avec son beau-père.
Chaque année, Loulou recevait un cadeau du père Noël. Dès qu’on lui donnait le signal, il se levait pour aller le chercher. Mais, avant de le déballer, il prenait plaisir à tourner en rond autour de tous les présents accumulés sous le sapin. Il reniflait ensuite celui qui lui était destiné, puis le déballait en s’aidant de son museau, et en battant fort de la queue. Il était manifestement très heureux de cette attention. Il a ainsi été gâté durant de nombreuses années.
Rudolph, le veau
Demeurant sur une ferme depuis sa naissance, Maxime a été très tôt en contact avec plusieurs espèces animales. Il se souvient d’un Noël en particulier. Il avait à peine sept ans. Sa vache préférée allait mettre bas et son père lui avait promis de le réveiller quand le moment serait venu. Maxime a donc enfilé ses bottes et des vêtements chauds pour suivre son père jusqu’à l’étable où la jeune maman se trouvait.
Même si elle en était à son premier vêlage, la vache semblait instinctivement savoir quoi faire. Rapidement, les pattes avant et le museau du veau se sont présentés. Avec habileté, le père de Maxime a aidé le petit à sortir doucement du ventre de sa mère, sous les yeux émerveillés de Maxime.
Une fois rentré à la maison au petit jour, Maxime, encore ému du merveilleux spectacle auquel il venait d’assister, a décidé d’appeler le veau « Rudolph » en l’honneur de ce Noël féérique.
Aujourd’hui, les trois enfants dont je vous ai raconté l’histoire sont devenus des adultes. Mais ils restent marqués à jamais par ces beaux souvenirs. Pour eux, la magie de Noël évoque ce lien si particulier entre un humain et un animal. Je vous souhaite à vous aussi, de fabriquer de tels souvenirs, peu importe votre âge !
Passez de très joyeuses Fêtes !
Elle signe ce texte
Dre Véronique Miller est vétérinaire à Lévis.

Déposé par colombine67 le 11/12/2023  
Je suis un chien.
Je veux donner et avoir de l’amour.
Je veux vivre.
Je ne suis pas un objet.
Je ne suis pas une pièce de propriété.
S’il vous plait ne me rejetez pas.
S’il vous plait traitez-moi avec gentillesse, amour et respect.
Je vous promets que je vous payerais en retour avec un amour inconditionnel aussi longtemps que je vivrai.

Déposé par colombine67 le 09/12/2023  
Je sais que je ne suis qu'un animal mais...
Si tu te sens triste, je serai ton sourire.
Si tu pleures, je serai ton réconfort
Et si quelqu'un te brise le coeur, tu peux utiliser le mien pour vivre...
Je serai toujours à tes côtés.

Déposé par colombine67 le 04/12/2023  
amis dis-moi pourquoi,
tu sembles avoir pour moi
toujours tant d'amitiés.
pourquoi dans ton regard,
je vois souvent briller,
amour et fidélité.
pourquoi quand je t'accueille,
un jour sous mon toi,
les grands et les petits,
éprouvent tant de joie?
pourquoi lorsque je suis menacée,
sembles tu toujours là ,prêt a me protéger.
pourquoi lorsque le soir,
je rentre fatiguée,
viens tu si gentiment,
te coucher a mes pieds.
ah ! laisse moi te dire ici,
combien de toi je peux penser de bien,
mon unique ami , toi mon chien !

Déposé par colombine67 le 26/11/2023  
Je suis un chien, Je suis vivant, un animal qui respire. Je sens la douleur, le bonheur, l’amour, la peur et le plaisir. 
Je ne suis pas un objet. Si je suis frappé – J’aurai un bleu, je vais saigner, je vais être brisé. Je sentirai la douleur. Je ne suis pas un objet.
Je suis un chien. J’adore jouer, me promener, mais j’aime plus que tout, le temps que je passe avec ma meute – ma famille – mes siens. J’aime plus que tout être à côté de mon humain. Je veux dormir là où vous dormez et marcher là où vous marchez. Je suis un chien et je sens l’amour… Je demande l’amitié.
J’apprécie le toucher d’une main gentille et la douceur d’un bon lit. Je veux être dans la maison avec ma famille, non pas coincé au bout d’une chaîne ou seul dans une cage ou dans une cours clôturée pour des heures. Je suis né pour être un compagnon, pas pour vivre une vie de solitude.
Je peux avoir très froid ou très chaud. Je sens la faim et la soif. Je suis une créature vivante, pas un objet.
Quand vous partez, je veux partir avec vous. Si je reste derrière, je vais attendre impatiemment votre retour. Il me tarde d’entendre le son de votre voix. Je vais tout faire pour vous faire plaisir. Je vis pour être votre compagnon précieux.
Je suis un chien. Mes actions ne sont pas dictées par l’argent, la cupidité ou la haine. Je ne connais pas les préjudices. Je vis dans le moment présent et je suis guidé par l’amour et la loyauté.
Ne me prenez pas pour un objet dans cervelle. Je peux sentir et je peux penser. Je peux sentir plus que le mal physique, je peux sentir la peur et la joie. Je peux sentir l’amour et la confusion. J’ai des émotions. Je peux comprendre peut-être plus que vous ne comprenez. Je suis capable de comprendre les mots que vous m’adressez, mais vous n’êtes pas toujours capable de me comprendre.
Je suis un chien. Je ne suis pas capable de prendre soin de moi-même sans votre aide. Si vous choisissez de m’attacher et de refuser de me nourrir, je vais souffrir de faim. Si vous m’abandonnez dans une rue déserte, je vais avoir peur et me sentir seul. Je vais vous chercher partout et je vais me demander pourquoi j’ai été laissé derrière. Je ne suis pas une pièce de propriété à abandonner et oublier.
Si vous me laissez dans un refuge, je vais avoir peur et serai confus. Je vais attendre votre retour avec chaque pas qui s’approchera de ma cage.
Je suis un chien – une créature vivante qui respire. Si vous choisissez de me prendre à la maison, s’il vous plait donnez-moi les choses dont j’ai besoin pour rester en bonne santé et heureux.
Donnez-moi de la bonne nourriture, de l’eau claire, un bon foyer chaud et votre amour. Ne m’abandonnez pas. Ne me frappez pas. Ne me laissez pas tomber quand votre vie devient difficile. Engagez-vous à moi pour le restant de mes jours, ou ne me prenez pas à la maison en premier lieu.
Si vous me désertez, je ne saurai pas prendre soin de moi-même. Je suis à la merci de la bonté des gens – si je tombe entre de mauvaises mains, ma vie sera ruinée.
Je sentirai la douleur, la peur et la solitude. Si je finis dans un refuge pour animaux, je n’aurais que mes yeux pour supplier quelqu’un de me sauver, et ma queue pour vous montrer que je suis un ami. Si ce n’est pas assez, je vais mourir.
Je suis un chien. Je veux donner et avoir de l’amour. Je veux vivre. Je ne suis pas un objet. Je ne suis pas une pièce de propriété. S’il vous plait ne me rejetez pas. S’il vous plait traitez-moi avec gentillesse, amour et respect. Je vous promets que je vous payerais en retour avec un amour inconditionnel aussi longtemps que je vivrai.
Penny Elms




L'Album photo contient 7 photos
Highslide JS

Highslide JS

Highslide JS

Highslide JS

Highslide JS

Highslide JS

Highslide JS

Retourner en haut