Connectez vous pour utilisez les Mails privés et le carnet d'adresses
Mail Privé
Carnet d'adresses
Signalez un abus
Envoyez cette page



Facebook LinkedIn Twitter



recherchez toutes les informations sur à tous les chiens euthanasiés dans les fourrières
sur le site cimetierepourchien.com  
sur le web  
  La page de à tous les chiens euthanasiés dans les fourrières a été vue 11 005 fois.

En hommage à
à tous les chiens euthanasiés dans les fourrières


Il est né le :--/--/----
Il nous a quittés le :--/--/----
 



En hommage à à tous les chiens euthanasiés dans les fourrières

pour tous ceux qui sont morts dans le monde et dans l'anonymat et que personne ne pleurera jamais
moi j'y pense souvent et vous?
peut être au moment des vacances?
alors soyez tous en paix avec vous même et amusez vous maintenant
tout plein de caresses à vous petits moyens et grands,racés ou batards,quelqu'un pense à vous et c'est Saint Roch qui est venu au devant de vous j'en suis sure...reposez vous mes anges....






429 Fleurs




89 messages



Déposé par SESHAT39 le 12/06/2016  

Ma vie est un calvaire au bout de cette chaîne,
Rivé à ce mur gris, me tenant prisonnier,
J'aboie en gémissant, je crie au monde ma peine,
Car je suis la sonnette vivant chez un fermier.
Passants qui me voyez, de moi ayez pitié
Si vers vous, menaçant, je vous hurle ma haine,
J'aurais besoin d'amour ou d'un peu d'amitié,
Pour ma souffrance sur terre et pour mon cou qui saigne.
Et partout de la pub, on dépense des millions
Pour vendre dans des boîtes des repas composés
Alors que la misère et les faibles pensions
Laissent à certains pauvres humains à peine de quoi manger.
J'ai beau être une bête, moi, j'observe les hommes,
Les scandales, les dépenses et l'argent gaspillé.
Des réceptions royales, des gabegies énormes,
Ce siècle devient fou, mon Dieu, ayez pitié !
Pour moi, n'en parlons pas, je survis et c'est tout.
Des restes de repas, une maigre pitance,
Pas de boîtes machin, chose, ronron ou canigou,
Pour moi, pas de caresses, de joies ou de dépenses.
Je sais et je connais de la gente canine
Qui se goinfre de mets que voudraient des enfants,
Et moi aussi, amis, je crie souvent famine,
Je suis un pauvre chien, un chien de paysan.
Ah ! Si j'étais chasseur, un complice de crime
Je serais bien nourri, adulé et aimé,
Pour traquer d'autres bêtes, d'autres pauvres victimes
De ces fous sanguinaires qui ne pensent qu'à tuer.
Mais ne suis qu'une sonnette, peu coûteuse alarme,
Nous sommes des esclaves pour des hommes sans coeur,
Nous aboyons sans cesse, vaine plainte sans larme,
Nous aurions tant voulu connaître le bonheur.
Vous passez dans des rues de villes ou de villages,
Nous sommes de pauvres vies asservies et sans joie,
Nous tirons sur nos chaînes, poussant des cris de rage,
Ayez pitié de nous, ayez pitié de moi.
Quel douloureux calvaire au bout de cette chaîne,
Aimez bien votre chien, car nous sommes pleins d'amour
J'aboie en gémissant, je crie au monde ma peine,
Devrai-je donc souffrir jusqu'à mon dernier jour ?,


Déposé par SESHAT39 le 04/06/2016  

Je les ai tant aimés, et ils m’ont tant donné,
Je revois leurs yeux quand ils me fixaient,
Je ne pourrai jamais vraiment les oublier.
J’entends encore leur cœur, contre le mien serré.
Pourtant ils sont partis, me laissant sur la route.
Là, ils ont mis en moi la grande peur du doute,
De n’avoir pas su faire les signes qu’il fallait,
Ou les gestes pour dire combien je les aimais.
Je n’ai jamais compté le nombre de caresses,
Les heures consacrées à capter la tendresse,
Complicités du jour, compagnie de la nuit,
Instants sacrés, qui me manquent aujourd’hui.
Le monde est cruel et l’humain n’est pas tendre,
Les Animaux sont là pour nous faire comprendre
Que l’Amour se rencontre mais ne s’achète pas,
Il se trouve souvent… en lui tendant les bras.
Des yeux qui vous implorent, une queue qui remue,
Un miaulement, un aboiement, sont un appel qui tue.
Ils voudraient bien vous dire « c’est moi qui te choisis »,
Mais hélas bien trop vite, déjà, vous êtes repartis.
Nous resterons ici, dans ces cages affolantes, carcérales,
Merci pour les bons soins grâce à la protection Animale,
Certains pour quelques temps et d’autres pour toujours,
Espoir sans avenir, quête éperdue d’un impossible Amour.
Puis tu es arrivé, charmant petit enfant, tu t’es mis à pleurer,
Tes doigts se sont serrés sur la grille que tu n’as pas lâchée.
La pluie de tes larmes, les sanglots de ta voix, déchirants
De sincérité, de joie, d’Amour mêlés, ont touché tes parents.
Oh ! Que tu étais fier ! Tenir en ta main la laisse du bonheur,
Te rendait bien plus fort, puissant, tout en ouvrant ton cœur.
Tu as gagné petit, tu as gagné pour toi, tu as gagné pour lui,
Maintenant tu es deux, il veillera sur toi qui fus son seul Ami.
Qui a dit que les vieux chiens ne s’adoptent jamais,
Il a plus de 10 ans, mais son cœur est prêt à t’aimer.
Son destin est entre tes mains, tu viens de lui sauver la vie,
Trois ans qu’il était là ; je suis content, son calvaire est fini.
Gilbert Dumas,


Déposé par SESHAT39 le 02/06/2016  

Je suis le box 58
Au fond de l'allée à droite.
Né dans une ruelle brûlante
D'un misérable village d'une cruelle Espagne
Je suis le chien errant dont on se débarrasse.
Un matin, des hommes sont venus
Armés de bâtons, c'est après nous qu'ils en avaient
Pardon ma Mère d'avoir si vite couru
Pardon mes Frères de vous avoir abandonnés
Sans me retourner
Pendant que l'on vous exterminait
Car tant de haine les anime
Seul pendant une année, j'ai erré
La faim, la soif me tenant, toujours sur mes gardes
J'ai rusé, je me suis bien battu
Mais les monstres m'ont capturé au lasso
Et jeté dans cet humide cachot
Dont le toit cassé
Laisse passer la pluie
Lorsqu'il gèle le sol est glacé
Lorsque le soleil est au plus haut
Il m'écrase de sa chaleur
Qu'aucune ombre n'apaise
Comme mon box est le dernier du refuge,
Il n'y a pas de vis-à-vis
Rien n'arrête le vent
Qui me transperce par tous les temps
Et point d'endroit pour me mettre à l'abri
Lorsque vient la distribution du repas
Bien souvent on m'oublie
Ni eau, ni pain pour moi.
Au début, j'ai pleuré tous les jours, toutes les nuits
A présent, depuis tant d'années
Je me suis résigné
Oublié de tous
Je n'attends plus rien du genre humain
Qui m'a enjôlé pour mieux me punir
D'avoir voulu être un chien d'Espagne
Fier et libre
Et les années ont passé
Lentement, interminablement.................
Je me suis habitué à ne jamais plus courir
Je regarde les murs de ma prison
Qui sont mon seul horizon
S'il y a encore un peu de pitié
Qu'on me fasse mourir
Pour abréger cette lente agonie
Je suis si seul et sans espoir.......
Mais un jour, deux petites mains
Se sont posées sur mes barreaux
J'ai à peine levé la tête
Pour regarder cette enfant
Blonde, rose qui m'observe en silence
Et me fixe intensément
Puis elle appelle .... Prudent, je ne bouge pas
Elle appelle de nouveau
Deux grands viennent voir
Ce qui suscite tant d'émoi
La petite voudrait bien de moi
Mais les parents rechignent
Il est bien laid et si vieux
Alors l'enfant pleure
Elle veut celui-là, en me montrant du doigt
Celui du box 58, au fond de l'allée à droite.
On palabre, on discute près de moi
Quel triste sort m'attend ?
Qu'ont-ils donc encore inventé
Pour me tourmenter ?
Je tends le dos................ J'attends..................
On me met un collier
On me tire avec une laisse
On me pousse, on me porte
Point de coups ? Point encore.................
Pourtant rien.
On m'installe dans une jolie maison
Ce panier confortable est pour moi
La bonne gamelle et l'eau fraîche aussi
Le jardin est si beau............
Tout cela serait-il possible ?
C'était il y a quelques jours
J'ai donné un peu de confiance
J'ai reçu tellement d'amour
Maintenant, moi j'ai une Princesse
Qui m'interpelle sans cesse
J'entends ses petits pieds nus
Qui claquent sur le sol
Elle passe ses bras autour de mon cou
Et me murmure des mots doux
Ainsi donc c'était vrai
Qu'un jour il y aurait
Quelqu'un pour m'aimer
Quelqu'un pour qui je compterais
Qui m'accorderait de l'importance
Sans rien demander en retour
Une part d'amour pour moi
Rien que pour moi.....
Alors, vous qui le Dimanche
Visitez les Refuges
D'Espagne ou d'ailleurs
N'oubliez jamais le même que moi
Qui vous attend
Dans le Box 58
Au fond de l'allée à droite........................... ,


Déposé par SESHAT39 le 19/05/2016  

MON CHIEN
Mon chien, complice de tous les instants,
boule de poils au regard si parlant,
gardien silencieux de mes peines,
témoin affectueux de mes joies humaines.
Mon chien, que d'aucuns nomment clébard,
n'est certes pas dépourvu de certaines tares.
Et si nos malheureuses chaussures en firent les frais parfois,
ta loyale compagnie vaut bien ces quelques débordements de joie.
Mon chien, ami du 1er moment,
à la fois si discret et si imposant,
tu donnes un amour inconditionnel
à des maîtres souvent indignes d'un honneur pareil.
Mon chien, fidèle à la main qui te gourmande et te flatte,
tu es sans nul doute le plus aimant de mes amis à 4 pattes.
Et quand ta truffe me presse doucement d'une caresse,
je te dois alors d'y mettre la plus grande des tendresses.,


Déposé par SESHAT39 le 16/04/2015  

ALLUMONS les étoiles, au NOM de l'AMITIÉ
Une étoile du regard :
Pr un peu de lumière
Dans les yeux de ceux et celles
A qui personne ne fait
Jamais attention.
.
Une étoile d’écoute :
Pr un peu de chaleur
Dans le coeur de ceux et celles
A qui personne ne donne de temps.
.
Une étoile de parole :
Pr un peu de joie
Procurée par quelques mots
D'encouragements,
De mercis, de tendresse.
.
Une étoile de service :
Pr un peu de partage
Avec des mains qui se tendent,
Qui oeuvrent, qui s’unissent.
.
Une étoile de parfum
Pr respirer à fond la vie,
Pr admirer et ressentir les
Merveilles qui nous entourent.
.
Allumons encore
Et toujours des étoiles
Au nom de l'amitié.
De l'amitié vraie.


Déposé par SESHAT39 le 14/04/2015  


Recueil : D'ineffables fables affables (2006)
*
Il est un sentiment bien plus beau que l'amour
Un sentiment plus pur, sentiment plus honnête,
Une source de joie que jamais rien n'arrête ;
Un sentiment qui ne joue pas de mauvais tour.
*
L'amitié est telle qu'un soleil des beaux jours,
Gratuite et chaleureuse, elle apporte la fête ;
Ce n'est pas un tissu à nombreuses facettes
Cousu d'hypocrisie ; c'est un don sans retour.
**
Un véritable ami est toujours disponible
Au cours des bons moments et au cours des pénibles ;
C'est une mine d'or qui brille de bonheur.
**
Être avec mes amis est ma plus grande joie ;
Et même s'ils ne sont toujours auprès de moi,
Ils sont tous à jamais bien gravés dans mon cœur.
*
Alexandre Marrot.


Déposé par SESHAT39 le 13/04/2015  

La solidarité
Qu'est-ce que la solidarité ?
En gros, vous le savez
Mais la vraie solidarité
C'est bien plus compliqué
La solidarité bien que vous le pensez
Ce n'est pas que donner de l'argent
Non, la solidarité c'est bien plus
Que vous ne l'imaginez...
La solidarité, c'est donner de son temps
Pour aider les gens
La solidarité c'est donner sans compter
La solidarité, ce n'est pas rester
Devant sa télé à pleurer
Non, la solidarité c'est se lever
Pour aller aider
Donner, partager
Du mieux que vous le pouvez...
Auteur inconnu,


Déposé par SESHAT39 le 12/03/2015  

"Il est plus nécessaire qu'on ne croit, de s'imposer l'obligation d'être tous les jours utiles à ses semblables ; cela tient en haleine, et même pour faire le bien, nous avons besoin bien souvent d'une force qui nous pousse".
Sophie Cottin
*********************
"Hélas ! après avoir perdu un être cher, les arbres retrouveront leur verdure et les fleurs leur parfum ; un feu secret circulera dans toutes les sèves ; tout revivra après cette mort, et tout renaîtra pour aimer : moi seule je n'aimerai plus ; et le temps, en s'écoulant, ne peut m'apporter d'autre bien que de m'approcher de mon dernier jour".
Sophie Cottin


Déposé par SESHAT39 le 10/03/2015  

Ne reste pas à pleurer devant ma tombe,
Je n’y suis pas, je n’y dors pas.
Je suis un millier de vents qui soufflent ;
Je suis le scintillement du diamant sur la neige.
Je suis la lumière du soleil sur le grain mûr ;
Je suis la douce pluie d’automne.
Quand tu t’éveilles dans le calme du matin,
Je suis le prompt essor
Qui lance vers le ciel où ils tournoient les oiseaux silencieux.
Je suis la douce étoile qui brille la nuit.
Ne reste pas à te lamenter devant ma tombe.
Je n’y suis pas ; je ne suis pas mort.
Anonyme,


Déposé par SESHAT39 le 09/03/2015  

Les deux amitiés
Il est deux Amitiés comme il est deux Amours.
L’une ressemble à l’imprudence ;
Faite pour l’âge heureux dont elle a l’ignorance,
C’est une enfant qui rit toujours.
Bruyante, naïve, légère,
Elle éclate en transports joyeux.
Aux préjugés du monde indocile, étrangère,
Elle confond les rangs et folâtre avec eux.
L’instinct du coeur est sa science,
Et son guide est la confiance.
L’enfance ne sait point haïr ;
Elle ignore qu’on peut trahir.
Si l’ennui dans ses yeux (on l’éprouve à tout âge)
Fait rouler quelques pleurs,
L’Amitié les arrête, et couvre ce nuage
D’un nuage de fleurs.
On la voit s’élancer près de l’enfant qu’elle aime,
Caresser la douleur sans la comprendre encor,
Lui jeter des bouquets moins riants qu’elle-même,
L’obliger à la fuite et reprendre l’essor.
C’est elle, ô ma première amie !
Dont la chaîne s’étend pour nous unir toujours.
Elle embellit par toi l’aurore de ma vie,
Elle en doit embellir encor les derniers jours.
Oh ! que son empire est aimable !
Qu’il répand un charme ineffable
Sur la jeunesse et l’avenir,
Ce doux reflet du souvenir !
Ce rêve pur de notre enfance
En a prolongé l’innocence ;
L’Amour, le temps, l’absence, le malheur,
Semblent le respecter dans le fond de mon coeur.
Il traverse avec nous la saison des orages,
Comme un rayon du ciel qui nous guide et nous luit :
C’est, ma chère, un jour sans nuages
Qui prépare une douce nuit.
L’autre Amitié, plus grave, plus austère,
Se donne avec lenteur, choisit avec mystère ;
Elle observe en silence et craint de s’avancer ;
Elle écarte les fleurs, de peur de s’y blesser.
Choisissant la raison pour conseil et pour guide,
Elle voit par ses yeux et marche sur ses pas :
Son abord est craintif, son regard est timide ;
Elle attend, et ne prévient pas.
Marceline Desbordes-Valmore


Déposé par SESHAT39 le 08/03/2015  

Mon ami à quatre pattes
<3<3<3<3
Mon chien s’en est allé à l’aurore d’un jour
Vers le lieu mystérieux d’où l’on ne revient pas.
C’était mon compagnon, mon ami de toujours
Et comme les humains il connut le trépas.
La maison désormais se retrouve sans lui.
Il repose en forêt sous les feuilles jaunies.
Plus jamais son accueil, son regard tendre et doux
Ses jappements de joie, son amour un peu fou !
Je garderai toujours le souvenir ému
De cet ami charmant et à jamais perdu.
Et je comprends très bien que l’on aime son chien
Quand beaucoup d’hommes hélas ! ne valent presque rien.
Christian Chabellard
***************
L'AMITIÉ
L'amitié c'est une main qui vous soutient
dans la douleur et le désarroi.
C'est une oreille qui écoute
tantôt votre peine, tantôt votre joie.
C'est un regard qui voit
jusqu'au plus profond de votre âme
sans jamais se faire juge.
C'est un coeur qui s'ouvre
et jamais ne se referme...
comme un refuge
Sarah Biguet
*****************
Rien de plus
Rien de plus
Rien de moins
Rien du tout
Trois fois rien
J’existe encore
Et pour longtemps
Longtemps à attendre
À rêver
À rêver du rêve
Rêve sans trêve
Rêve d’espérance
Histoire de vivre
Vivre sans trêve
Chaque jour
Renaît l’espoir
Puis il disparaît
Et vient l’après
L’après-qui-dure
L’après-qui-s’installe
Dans le jeu de l’après
Règne la permanence
La permanence du doute
Et du doute naît la raison
De la raison naît le choix
Choix du possible
Ou de l’impossible
Et se dédouble le je
Pour ne pas se prendre au jeu
Le jeu du hasard
Le hasard qui nous surpasse
Et qui se confond avec le sort
Le sort, incarnat du bon et/ou du mauvais
Maggy De Coster


Déposé par SESHAT39 le 04/03/2015  

"La légende du pont de l’arc en ciel"
"Il y a là-bas un pont qui connecte le ciel et la terre, on l'appelle le Pont de l'Arc-en-ciel"
Dans cette partie du Paradis existe un endroit nommé Pont de l'Arc-en-ciel.
Lorsque meurt un animal de compagnie, il se rend dans ce pays qui connecte le Ciel avec la Terre.
On y retrouve là-bas, prairies ondoyantes, paisibles collines et vallées luxuriantes et tous les amis à quatre pattes qui y sont réunis peuvent y courir et s'amuser ensemble.
Ils peuvent enfin y creuser tous les trous qu'ils désirent, courir dans de jolies plates-bandes, se rouler dans de généreux marais, bref toutes les interdictions terrestres n'y font plus loi.
Dans cette contrée lointaine abonde eau, nourriture et soleil, et tous nos amis y sont confortables et bien au chaud, à moins que l'on ne décide d'aller courir un peu dans les hautes montagnes coiffées de neiges éternelles.
Ceux qui étaient malades ou trop vieux ont recouvré ici santé et vigueur; ceux qui étaient blessés ou infirmes sont devenus sains et forts, ceux qui étaient abandonnés, négligés ou maltraités ont enfin trouvé chaleur et réconfort.
Les animaux sont heureux et en paix, mais pour un grand nombre d'entre eux, il manque quelque chose de précieux à leur cœur.
Ils ont perdu quelqu'un de très spécial qu'ils aimeraient tellement avoir de nouveau à leurs côtés.
Des jours de bonheur se coulent donc doucement dans d'interminables jeux et courses folles à l'intérieur de cette grande meute pacifique.
Mais un jour, arrivera le temps ou l'un d'eux s'arrêtera soudainement, tous ses sens se tiendront aux aguets.
Ses yeux perçants miroiteront de mille feux, ses oreilles attentives se dresseront tels des miradors, son corps frénétique palpitera de toutes parts.
L'élu commencera à courir hors du groupe, volant au-dessus des verts pâturages, traversant les larges rivières, ses pattes le portant de plus en plus vite, de plus en plus haut.
Ça y est, vous le voyez courir vers vous dans ce point de lumière au bout du tunnel... en toute fidélité votre chien vous a repéré entre tous et il est venu à cette ultime rencontre.
Vous souriez !
Enfin, vous vous retrouvez ensemble, ses joyeux bisous d'antan pleuvant de partout sur votre visage, vos mains pouvant à nouveau caresser son cou, son flanc, sa tête, vous pouvez enfin plonger votre regard dans les yeux confiants et aimants de votre chien.
Plus rien ne pourra dorénavant vous séparer, vous serez à jamais réunis.
Ainsi vous traverserez ensemble le Pont de l'Arc-en-ciel..."


Déposé par SESHAT39 le 02/11/2014  

Demain, dès l'aube...
-----------------------------------
Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.
Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.
Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.
Victor HUGO,


Déposé par SESHAT39 le 21/03/2014  

Tendres pensées et des milliers de gros câlins en ce début de Printemps <3<3.
Soyez heureux au Paradis, entourés par tous vos amis <3<3.

Déposé par Zabel le 26/01/2014  

J'y pense tous les jours aux animaux assassinés par complaisance. Je préférais ne pas partir en vacances que de me séparer de mon chien. Je suis bénévole à la SPA de COLMAR (Haut Rhin) qui n'euthanasie aucun animal sauf s'il est condamné par la maladie et en souffrance. Sinon, je ne pourrais pas y être bénévole.


Déposé par SESHAT39 le 12/08/2013  

Une tendre pensée pour tous ces oubliés et ces Sans Amour !!


Déposé par SESHAT39 le 10/08/2013  

Dans les merveilleux jardins du Paradis tant et tant d'Anges reposent enfin en paix et connaissent un bonheur parfait et éternel.Plein de gros gros câlins.


Déposé par louvi le 23/06/2012  

vous etes des amour avec un garnd A, ce que les hommes eux sont incapables d'étres


Déposé par mediterran le 11/04/2012  

Non, ceux qui aiment les animaux ne pensent pas aux martyrs que le temps des vacances ! Personnellement j'y pense très souvent et n'ai qu'un seul regret c'est que les chiens martyrs meurent dans une totale indifférence de la part de nos dirigeants. Seuls les associations, les bénévoles se préoccupent de leur sort. Je crains que nous n'ayons du souci à nous faire quant à la hauteur d'âme des humains.
Je leur envoie à TOUS de merveilleuses caresses et plein de gros baisers sur leur truffe. La maman de Chico


Déposé par nounours le 27/08/2011  

............Pour toi mon toutou tant aimer.............
Tu étais ma vie mon avenir,j'ai passer des moments avec toi inoubliable,les meilleurs de ma vie....
Tu as comblé l'immense vide de mes sentiments,tu as fait de ma vie des rêves les plus merveilleux...
Ton visage illumine ma vie,il illuminer mes nuits,ton sourire et devenu mon soleil......
Ton prénom résonne dans ma tête,pour toi je ferai tout,pour le meilleur et pour le pire.....
Tu et l'indispensable qui coule dans mes veines,j'ai ton image dans ma tête,je peut pas me passé de toi.....
Mon coeur ne bas plus sans le rythme du tien,je me voie plus avancé sans toi,Je t'aime plus que tous au monde........
Tu étais la plus belle chose qui me sois arrivé.......toi....Je t'aime tellement mon chien.....
............Marina Nounours amitié a ta gentille Maman..........




<

Laissez un message ou une fleur,
allumez une bougie



Pour poster un message, une fleurs ou allumer une bougie, vous devez être un membre inscrit


Vous n'êtes pas connecté

Votre pseudo        Votre mot de passe       


Poster un message

Déposer une fleur
Joindre un message court avec une fleur :

0 mot | 200 Caracteres


























Poster un message ou bien Déposer une fleur


Retourner en haut