Connectez vous pour utilisez les Mails privés et le carnet d'adresses
Mail Privé
Carnet d'adresses
Signalez un abus
Envoyez cette page



Facebook LinkedIn Twitter



recherchez toutes les informations sur Olga
sur le site cimetierepourchien.com  
sur le web  
  La page de Olga a été vue 1 284 fois.

En hommage à
Olga

BERGER-ALLEMAND
Il est né le :30/04/1997
Il nous a quittés le :30/12/2010
 







73 Fleurs

  • Déposé par choupinouDéposé par choupinou
  • Déposé par BiscuitDéposé par Biscuit
    Rien n窶册st plus vivant qu窶冰n souvenir. Federico Garcia Lorca
  • Déposé par chavalesDéposé par chavales
  • Déposé par Chantalotte21Déposé par Chantalotte21
    A la mテゥmoire d'un joli petit ange nommテゥ Olga汾ソ沚を沚Å汾ソ沚
  • Déposé par lyneDéposé par lyne
  • Déposé par chavalesDéposé par chavales
  • Déposé par SESHAT39Déposé par SESHAT39
  • Déposé par baboscatomDéposé par baboscatom
    tendres pensテゥes et doux repos.
  • Déposé par jcDéposé par jc
  • Déposé par susiDéposé par susi
    Repose en paix joli petit ange
  • Déposé par michelpat51Déposé par michelpat51
    doux repos petit ange prテゥs de mes amours
  • Déposé par michel51Déposé par michel51
    doux repos petit ange prテゥs de mes amours
  • Déposé par hoinarDéposé par hoinar
  • Déposé par SESHAT39Déposé par SESHAT39
  • Déposé par stephanie33Déposé par stephanie33
    Douces pensテゥes
  • Déposé par BILLY2BDéposé par BILLY2B
    tendres pensees pour Olga
  • Déposé par NOIXDECOCODéposé par NOIXDECOCO
  • Déposé par mouetteDéposé par mouette
    repose en paix , courage a vous
  • Déposé par Sissi10Déposé par Sissi10
    tendres pensテゥes pour cet ange en ce triste jour anniversaire !!
  • Déposé par Marie94Déposé par Marie94
    Tendres pensテゥes petit ange ...Repose en paix au paradis des animaux



37 messages



Déposé par poutounou le 17/03/2019  

Dティs que je te rejoindrai mon Ange ...
*
L窶冩mbre des anges
*
Je traverserai les villes
J窶册mporterai ta voix
J窶冓rai chercher le feu dans le ciel
Et le vent dans nos voiles
Quand l窶冩mbre des nuages
Dテゥmasquera nos souffles
Nous volerons sereins
Par les chemins du sort
Et nos songes en fuite
Eviteront les gouffres
Pour balayer ensuite
Les traces de nos morts
Je traverserai les villes
J窶册mporterai ta voix
J窶冓rai chercher le feu dans le ciel
Et le vent dans nos voiles
Une テゥtoile se repose
*
Dティs qu窶冰n ange s窶册ndort窶ヲ
*
Isaac Lerutan, 2009


Déposé par poutounou le 10/03/2019  

Un Ange sテサrement !!!
*
Ce soir, テ travers le bonheur
*
Ce soir, テ travers le bonheur,
Qui donc soupire, qu'est-ce qui pleure ?
Qu'est-ce qui vient palpiter sur mon coeur,
Comme un oiseau blessテゥ ?
*
Est-ce une plainte de la terre,
Est-ce une voix future,
Une voix du passテゥ ?
J'テゥcoute, jusqu'テ la souffrance,
Ce son dans le silence.
*
Ile d'oubli, テエ Paradis !
Quel cri dテゥchire, cette nuit,
Ta voix qui me berce ?
Quel cri traverse
Ta ceinture de fleurs,
Et ton beau voile d'allテゥgresse ?
*
Charles VAN LERBERGHE (1861-1907)


Déposé par poutounou le 02/03/2019  

Tu es tout テァa mon Ange !!!
*
MON ANGE ADORテ
*
Tu es mon oxygティne,
Tu es la joie que je promティne,
La force qui brise mes chaテョnes,
L'indispensable qui coule dans mes veines.
*
Tu es l'objet de mon existence,
L'ange pur de l'innocence,
Mon テゥtoile de bienveillance,
Plus qu'un espoir et plus qu'une chance.
*
Tu es ma mテゥlodie,
La douceur de mes nuits,
Les couleurs de ma vie,
Le bonheur テ l'infini.
*
- Elodie -


Déposé par poutounou le 10/02/2019  

Quelle belle dテゥclaration !!!
*
Dテゥmunie
*
Pourquoi n'ai-je pas conservテゥ
Tes ツォツsouriresツツサ prテゥcieux
Et prテゥservテゥ l'ombre
Que tu jetais sur nos routes ?
*
Pourquoi n'ai-je pas mis de cテエtテゥ
Tes regards d'ambre et d'or,
Fortune fabuleuse pour plus tard
Quand je serai テ court de tendresse ?
*
J'ai gaspillテゥ tes caresses
Je n'ai aucun disque de tes pas
L'orage a テゥparpillテゥ tes テゥtreintes
Et dテゥtruit les silos remplis de lテゥchouilles.
Le dernier son de ta voix
S'est perdu dans le sable
Et je dessine en vain ton profil
Dans le givre de ma fenテェtre.
*
Claire Goll


Déposé par poutounou le 03/02/2019  

Vous テェtes テ jamais dans nos cナ砥rs et nous vous aimerons toujours, magnifiques Anges窶ヲ
*
Soupir
*
Ne jamais le voir ni l'entendre,
Ne jamais tout haut le nommer,
Mais, fidティle, toujours l'attendre,
Toujours l'aimer.
*
Ouvrir les bras et, las d'attendre,
Sur le nテゥant les refermer,
Mais encor, toujours les lui tendre,
Toujours l'aimer.
*
Ah ! Ne pouvoir que les lui tendre,
Et dans les pleurs se consumer,
Mais ces pleurs toujours les rテゥpandre,
Toujours l'aimer.
*
Ne jamais le voir ni l'entendre,
Ne jamais tout haut le nommer,
Mais d'un amour toujours plus tendre
Toujours l'aimer.
*
Renテゥ-Franテァois SULLY PRUDHOMME (1839-1907)


Déposé par Biscuit le 28/01/2019  

Ma boule d'amour
Tu sais que j'ai du mal,
Encore テ parler de toi,
Il parait que c'est normal,
Tu sais j'ai la voix qui se serre,
Quand je te croise dans les photos les vidテゥos,
Tu sais j'ai le cナ砥r qui se perd,
Je sais qu'il te pense beaucoup.
J'aurais aimテゥ t'avoir encore ,
Un peu plus longtemps...
J'aurais aimテゥ que mon chagrin,
Ne dure qu'un instant mais c'est impossible.
Et tu sais j'espティre au moins,
Que tu m'entends.
C'est dur de briser le silence,
Mテェme dans les cris, mテェme dehors,
C'est dur de combattre l'absence ton absence,
Et personne ne peut comprendre,
On a chacun sa propre histoire.
On m'a dit qu'il fallait attendre,
Que la peine s'adoucisse.
Car on ressent une immense peine
Qui ne s'efface pas si facilement
Aujourd'hui c'est ce qui m'arrive
Vu que tu n'es plus テ mes cotテゥs
Et je suis complティtement dテゥchirテゥe
Car la souffrance est trop vive
Je voulais te dire que j'テゥtais fiティre,
D'avoir テゥtテゥ ta Maman et je le serais toujours,
Mais je sais que tout cela n'est plus possible
Et c'est bien pour テァa que mon cナ砥r a une plaie
Qui mettra du temps テ se soigner.
Pour qu'aprティs, je puisse parler de toi et te regarder sans pleurテゥ
Mテェme si la vie nous テ sテゥparer tu est lテ dans un endroit qu'on appelle le coeur mon coeur.
Je t'aime,


Déposé par poutounou le 27/01/2019  

A quel beau songe テゥvanoui dois-je les larmes que je pleure ? A toi mon Ange...
*
Pensテゥe perdue
*
Elle est si douce, la pensテゥe,
Qu'il faut, pour en sentir l'attrait,
D'une vision commencテゥe
S'テゥveiller tout テ coup distrait.
*
Le coeur dテゥpouillテゥ la rテゥclame ;
Il ne la fait point revenir,
Et cependant elle est dans l'テ「me,
Et l'on mourrait pour la finir.
*
A quoi pensais-je tout テ l'heure ?
A quel beau songe テゥvanoui
Dois-je les larmes que je pleure ?
Il m'a laissテゥ tout テゥbloui.
*
Et ce bonheur d'une seconde,
Nul effort ne me l'a rendu ;
Je n'ai goテサtテゥ de joie au monde
Qu'en rテェve, et mon rテェve est perdu.
*
Renテゥ-Franテァois SULLY PRUDHOMME (1839-1907)


Déposé par Biscuit le 23/01/2019  


Si je pouvais テェtre certaine qu'un Paradis existe bien ?
Sur l'テゥchelle du Ciel, je voudrais monter...
Pas tout en haut, mais un peu quand mテェme,
Pas bien longtemps, mais juste assez,
Pour m'assurer que tu es bien arrivテゥ
Je voudrais tendre le cou,
Pour voir si ta nouvelle vie te plait..
Me persuader que tu es bien entourテゥ,
Mais surtout que la vie est meilleure ici.....
J'observerais tous ces テェtres innocents partis d'en bas,
Bien trop tテエt,
M'テゥmerveillerais de leurs ailes qui ont poussテゥ,
Depuis qu'ils sont lテ-haut.
Je voudrais monter sur cette テゥchelle,
Contre mon coeur, te serrer une derniティre fois,
Que tu me dirais, dans un battement d'aile,
"Continue Maman.... je veille sur toi....
Je suis toujours aussi prティs de toi",


Déposé par Biscuit le 22/01/2019  

Il faut laisser partir ceux qui nous ont aimテゥs
Et laisser s'en aller ceux qu'on a tant aimテゥs.
Des jours de souffrance nous t'avons テゥpargnテゥs,
Pour toi, j'ai eu le choix : pouvoir te soulager.
T'offrir comme un cadeau le sommeil テゥternel
En laissant ton テ「me s'envoler vers le ciel.
Une premiティre fois je t'avais ramenテゥe
Et il fallait t'aider テ monter l'escalier,
A peine tu marchais dテゥjテ tu t'essoufflais
Mais au delテ de テァa toujours tu me suivais.
Tes yeux presque aveugles, bleutテゥs, embuテゥs窶ヲ
Ton souffle s'テゥpuisait, tes pattes flテゥchissaient.
Tu テゥcoutais le chant des oiseaux le matin,
Et les chats partageaient avec toi ton coussin.
Ta truffe dans le vent, tu humais les odeurs...
Des choses t'テゥchappaient mais tu n'avais pas peur.
Tu semblais rテゥsigner テ vivre diminuテゥe
Avec sagesse tu paraissais accepter
Ces changements troublants sans comprendre vraiment
Que les annテゥes passaient et que le facteur temps
Poursuivait son chemin inexorablement.
Mais la deuxiティme fois est trop vite arrivテゥe
Et nous avons tout fait pour tenter de gagner
Encore quelques jours, pourquoi pas une annテゥe...
Le moment redoutテゥ : le verdict est tombテゥ.
Il faut un peu de temps pour accepter l'idテゥe
Et faire quelques pas pour bien se prテゥparer.
Mais te voir trテゥbucher, la tテェte de cテエtテゥ...
Il faut se rテゥsigner. Alors que je pleurais
De ton regard d'humain toi tu me consolais...
Dans mes bras doucement toi tu t'es endormie...
Blottie tout contre moi tu as quittテゥ la vie
Je suis restテゥe longtemps テ pleurer prティs de toi,
Tu resteras en vie pour toujours avec moi...


Déposé par Biscuit le 20/01/2019  

Pour la compagne ou le compagnon qui n'est plus
Pour toi qui viens ici pour l'ultime sテゥparation, pour l'ultime hommage テ celui ou celle qui t'a donnテゥ sa fidテゥlitテゥ, son amour, ses joies, sa reconnaissance, et pour lequel ou pour laquelle tu as eu des nuits de veille quand la maladie frappait...
Pour toi qui avais un langage unique pour テゥchanger, pour adoucir, avec celui ou avec celle qui communiquait par un simple battement des paupiティres, un frテゥmissement du museau, et qui exprimait, qui transmettait tant de messages ineffables, d'un miaulement ou d'un ronron, d'un aboiement particulier, ou qui jappait テ ton approche, ou donnait de la voix.
Pour toi qui cheminais avec lui ou avec elle, et qui partageais ses jeux,
Pour toi dont il ou elle テゥtait le gardien du logis, Pour toi qui as mille et mille histoires テ nous dire sur lui ou sur elle, chien ou chat,
Pour toi dont il ou elle a テゥtテゥ le tテゥmoin de tant d'テゥvティnements familiaux,
Pour toi qui revis テ prテゥsent la belle histoire d'amour qui vous liait, ne garde au coeur et en ta mテゥmoire que la couleur de ses yeux, et de son pelage, son nom, son image, les heures de complicitテゥ, sa force vive, celle d'hier, tout ce que ce compagnon ou cette compagne t'a donnテゥ...
Que ta croyance en la survie du souffle qui l'animait soit la plus forte...
Alors ta compagne ou ton compagnon sera prテゥsent(e) dans l'invisible qui nous entoure, et tu seras apaisテゥ(e).
Bernard Blancotte
de l'Acadテゥmie du Languedoc
Paris, le 9 septembre 1988


Déposé par poutounou le 20/01/2019  

Encore deux, trois mois et le plus dur sera passテゥ. Printemps reviens nous vite !!!
*
Hテゥ oui, je sais bien qu窶冓l fait froid,
Que le ciel est tout de travers;
Je sais que ni la primevティre
Ni l窶兮gneau ne sont encor lテ.
La terre tourne ; il reviendra,
Le printemps, sur son cheval vert.
Que ferait le bois sans pivert,
Le petit jardin sans lilas ?
Oui, tout passe, mテェme l窶冑iver,
Je le sais par mon petit doigt
Que je garde toujours en l窶兮ir窶ヲ
*
Maurice Carテェme


Déposé par Biscuit le 19/01/2019  

TU VAS ME MANQUER (Maitre Gims)
Je ne peux plus porter cette solitude,
tu me manques.
Je n'ai plus personne テ qui me confier.
Je passe mon temps テ regarder par la fenテェtre,
et je ne te vois toujours pas rentrer.
Tout semble faux.
J'en perds mes mots.
Que vais-je devenir?
Je garde espoir de te revoir dans un proche avenir.
Je t'attends comme si tu allais rentrer
TU VAS ME MANQUER. TU VAS ME MANQUER
Les souvenirs ne cessent de me hanter .
TU VAS ME MANQUER. TU VAS ME MANQUER.......


Déposé par Biscuit le 18/01/2019  


"""On doit malheureusement se faire テ l'idテゥe que ces souvenirs font dテゥsormais partie du passテゥ.""""
Ton dテゥpart , laisse de la peine, et la rテゥsignation.
S'il est vrai que tu fais partie du passテゥ par ton absence, sache comme tous tes compagnons qui t'ont reテァu dans ce Paradis des Animaux, que vous serez toujours prテゥsent dans nos pensテゥes, et seule une personne matテゥrialiste ne peut le comprendre. Durant votre vie parmi nous, vous nous avez marquテゥ profondテゥment par votre fidテゥlitテゥ sans faille et votre dテゥvouement sans limite.
Tu as pris ta place dans votre Paradis, tu vas recommencer ta nouvelle vie, en pensant テ celle que tu viens de quitter, tu t'amuseras et un beau jour, tu arrテェteras subitement le jeu, tu pointeras les oreilles, tu humeras l'air, et ton regard se dirigera dans une certaine direction, et subitement tu quitteras avec rapiditテゥ ce jeu pour te blottir dans les bras d'un de tes proches qui arrivera dans son Paradis. A ce moment vous serez unis pour l窶凖ゥternitテゥ.
Toi qui n'est pas mort, mais simplement endormi pour un long sommeil, attends tous ceux que tu as aimテゥs sur terre. ,


Déposé par Biscuit le 17/01/2019  

"La mort n窶册st rien
Je suis simplement passテゥ dans la piティce テ cテエtテゥ.
Je suis moi. Tu es toi. Ce que nous テゥtions l窶冰n pour l窶兮utre, nous le sommes toujours. Donne-moi le nom que tu m窶兮s toujours donnテゥ. Parle-moi comme tu l窶兮s toujours fait. N窶册mploie pas de ton diffテゥrent.
Ne prends pas un air solennel ou triste. Continue テ rire de ce qui nous faisait vivre ensemble. Prie. Souris. Pense テ moi. Prie pour moi. Que mon nom soit toujours prononcテゥ テ la maison comme il l窶兮 toujours テゥtテゥ. Sans emphase d窶兮ucune sorte et sans trace d窶冩mbre.
La vie signifie ce qu窶册lle a toujours signifiテゥ. Elle reste ce qu窶册lle a toujours テゥtテゥ. Le fil n窶册st pas coupテゥ. Pourquoi serais-je hors de ta pensテゥe, Simplement parce que je suis hors de ta vue ? Je t窶兮ttends. Je ne suis pas loin. Juste de l窶兮utre cテエtテゥ du chemin.",


Déposé par Biscuit le 16/01/2019  

De nombreuses annテゥes nous sテゥpareras mais je penserai toujours テ toi,
On savait que ce moment allait arriver,
On se disait pas maintenant...
Chaque moment passテゥ avec toi n'テゥtait que du bonheur,
Mais maintenant c'est l'heure,
L'heure de se dire "au revoir"...
Jamais autant de temps nous serons sテゥparテゥs,
Mais ce moment est arrivテゥ,
Et cela me parait une テゥternitテゥ...
Je me souviens de chaque moment passテゥ avec toi,
Et de chaque moments de complicitテゥ passer テ deux,
Et de cette belle phrase que tu m'as fait comprendre avec ton regard,
Je t'aime merci de m'avoir donner une si belle vie remplie d'amour,
Celle qui pendant tout ce temps m'as faite rテェver...
"De longues annテゥes nous sテゥpareras avant de pouvoir テェtre ensembles mais je ne cesserai de t'aimer",


Déposé par Biscuit le 15/01/2019  

Il y a des jours comme テァa窶ヲ
*
Il y a des jours comme テァa,
Des jours oテケ テァa ne va pas.
Des jours oテケ on aimerait
Serrer notre Ange contre soi.
Lui murmurer des mots doux,
Lui faire des cテ「linous tout partout
Il y a des jours comme テァa窶ヲ
Depuis qu窶冓l n窶册st plus lテ.


Déposé par Biscuit le 14/01/2019  

LE PARADIS DE NOS ANGES
Regardez. Mais regardez donc lテ-haut. Que voyez vous ?
Ne le voyez vous pas, ce paradis de nos chers animaux ?
Lテ, au dessus de ce nuage oテケ la forme est un chien.
Et テ cテエtテゥ de celui-ci, oテケ la forme est un chat.
Il est lテ ce paradis.
Et puis, si votre regard se tourne vers la droite,
Il y a le coin des rongeurs.
Regardez. Mais regardez donc.
Laissez aller maintenant votre regard vers la gauche.
Lテ, est le coin des chevaux, des テ「nes.
Vous le voyez, n'est ce pas?
Dans le ciel si bleu, au-dessus de nos tテェtes,
Ils sont lテ. Ils vivent ailleurs, en pleine santテゥ,
Dans de grands prテゥs verts bien fleuris,
Oテケ coule la source du paradis.
Et quand vient la nuit,
Ils allument pour nous les テゥtoiles,
Afin que nous ayons nous aussi,
Cette lumiティre qui les entoure.
Le paradis des animaux, il est lテ.
Vous le voyez, n'est ce pas?


Déposé par poutounou le 13/01/2019  

Qu'il est beau ce petit poティme !!!
*
La veilleuse du souvenir s'allume au fond de mes pensテゥes...
*
Nocturne
*
Le ciel s'テゥteint, tout va dormir
Je songe テ des choses passテゥes ;
C'est テ la fois peine et plaisir.
La veilleuse du souvenir
S'allume au fond de mes pensテゥes.
*
J'entends des pas, j'entends des voix,
Des pas furtifs, des voix lointaines
C'est peine et plaisir テ la fois.
On dirait le frisson des bois
Sur le coeur tremblant des fontaines.
*
Des formes traversent la nuit,
Formes noires et formes blanches...
Oテケ vont-ils et qui les conduit,
Ces passants qui passent sans bruit,
Comme la lune entre les branches ?
*
Le vent d'une ombre m'a frテエlテゥ...
Fantテエme d'enfant ou de femme ou de chien ?
Sur la veilleuse il a soufflテゥ
Quelque chose d'inconsolテゥ
S'est mis テ pleurer dans mon テ「me.
*
Anatole LE BRAZ (1859-1926)


Déposé par Biscuit le 12/01/2019  

J'ai rever que j'essayテゥ d'aller tout lテ-haut
D'aller lテ oテケ tout semble si beau
J'ai rテェvテゥ de dテゥployer mes ailes
J'ai laissテゥ une rose s'envoler
Je l'ai suivie, sans jamais abandonner
En espテゥrant qu'elle allait me montrer
Un monde meilleur
Fait de bonheur
Le tiens ma boule de tendresse
Et ou l'amour dure テ jamais.
Puis tout doucement un ange s'est posテゥ
A mes cテエtテゥs, il a commencテゥ テ me parler
Il m'a rapidement et clairement expliquテゥ
Que ce monde dont je n'arrテェte pas de rテェver
Existe dテゥjテ au fond de mon cナ砥r
Qu'il est lテ juste derriテゥre les nuages
Que notre amour existeras toujours, il est sous nos yeux
Et quand le jour viendras,se seras comme autrefois ,pour l'テゥternitテゥ.
Les pieds collテゥs au sol je regarde le ciel
Je pense テ ce petit anges qui nous surveillent
Qui pleurent quand on pleure, qui est heureux quand il nous voit heureux
Le sourire aux lティvres je pose ces mots en sa mテゥmoire.,


Déposé par Biscuit le 11/01/2019  


La grande et triste erreur de quelques-uns, c'est de s'imaginer que ceux que la mort emporte nous quittent : ils ne nous quittent pas, ils restent.
Oテケ sont-ils ? Dans l'ombre ? oh non, c'est nous qui sommes dans l'ombre. Eux, sont テ cテエtテゥ de nous, sous le voile, plus prテゥsents que jamais.
Nous ne les voyons pas, parce que le nuage obscur nous enveloppe, mais eux nous voient.
Ils tiennent leurs beaux yeux pleins de lumiティre arrテェtテゥs sur nos yeux pleins de larmes.
テエ consolation ineffable, les morts sont des invisibles, ce ne sont pas des absents.
J'ai souvent pensテゥ テ ce qui pourrait le mieux consoler ceux qui pleurent. Voici : c'est la foi en cette prテゥsence rテゥelle et ininterrompue de nos morts chテゥris ; c'est l'intuition claire, pテゥnテゥtrante, que, par la mort, ils ne sont ni テゥteints, ni テゥloignテゥs, ni mテェme absents, mais vivants prティs de nous, heureux, transfigurテゥs, et n'ayant perdu, dans ce changement glorieux, ni une dテゥlicatesse de leur テ「me, ni une tendresse de leur cナ砥r, ni une prテゥfテゥrence de leur amour, mais ayant au contraire, dans ces profonds et doux sentiments, grandis de cent coudテゥes.
La mort, pour les bons, est la montテゥe テゥblouissante dans la lumiティre, dans la puissance et dans l'amour.




L'Album photo contient 5 photos






Laissez un message ou une fleur,
allumez une bougie

Pour poster un message, une fleurs ou allumer une bougie, vous devez être un membre inscrit


Vous n'êtes pas connecté

Votre pseudo        Votre mot de passe       

Poster un message

Déposer une fleur
Joindre un message court avec une fleur :

0 mot | 200 Caracteres


























Poster un message ou bien Déposer une fleur


Retourner en haut