Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
Mail Privé
Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
Carnet d'adresses
La page de thélia  a été vue  2 265  fois.
2 265 vues
Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
Favoris

Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
En hommage à
thélia
CHIHUAHUA
Il est né le:09/11/2022
Il nous a quittés le:12/11/2022
 

2 photos

179 Fleurs

aucune bougie

39 messages

Connectez vous pour poster un message, une fleur ou allumer une bougie
Votre pseudo        Mot de passe       


En hommage à thélia

ma petite thélia , tu n'aura vecu que 3 jours sur terre mais tu sera pour toujours dans notre coeur .Tu t'es battue jusqu'au bout pour vivre tu a ete d'un courage exemplaire une warrior mais le destin en a decider autrement . vanessa ta accompagner pour ton dernier voyage et ton dernier souffle tu l'a fais entre les pattes de ta maman . repose en paix petite puce .




179 Fleurs



39 messages

Déposé par poutounou le 29/01/2023  
Mais non, ils sont toujours là : dans le vent, dans la pluie, dans les rayons du soleil… ! Il suffit d’écouter avec son cœur…
*
Sur le fil
*
Ma chair fissure
Sous l’absence
Les silences grignotent
L’hier
Les mots gercent
Les lèvres
De cette vie en barbelés
Tu ne sens pas mon odeur
Tu n’entends pas le son de ma voix
Tu ne me vois pas
Tu ne me touches pas
Tu me laisses seule ici
Tu oublies de me faire un signe
Tu gommes mon sourire
Tu me prives de toi, de nous…
*
Sandrine Davin

Déposé par poutounou le 25/01/2023  
« Mon âme immortelle reviendra près de toi ». Elle est toujours à nos côtés leur belle âme … !!!
*
Rappelle toi
*
(Vergiss mein nicht)
(Paroles faites sur la musique de Mozart)
*
Rappelle-toi, quand l’Aurore craintive
Ouvre au Soleil son palais enchanté ;
Rappelle-toi, lorsque la nuit pensive
Passe en rêvant sous son voile argenté ;
Aux doux songes du soir lorsque l’ombre t’invite,
Ecoute au fond des bois
Murmurer une voix :
Rappelle-toi.
*
Rappelle-toi, lorsque les destinées
M’auront de toi pour jamais séparé,
Quand le chagrin, l’exil et les années
Auront flétri ce coeur désespéré ;
Songe à mon triste amour, songe à l’adieu suprême !
L’absence ni le temps ne sont rien quand on aime.
Tant que mon coeur battra,
Toujours il te dira
Rappelle-toi.
*
Rappelle-toi, quand sous la froide terre
Mon coeur brisé pour toujours dormira ;
Rappelle-toi, quand la fleur solitaire
Sur mon tombeau doucement s’ouvrira.
Je ne te verrai plus ; mais mon âme immortelle
Reviendra près de toi comme une soeur fidèle.
Ecoute, dans la nuit,
Une voix qui gémit :
Rappelle-toi.
*
Alfred de Musset

Déposé par poutounou le 22/01/2023  
C’est ça la vie : « un fil sur lequel nous dansons ou pleurons », c’est selon… !!!
*
Pôles
*
Quand l’une s’allume
l’autre s’éteint
la joie de la plume
le poids du chagrin
Entre ces deux sentiments
un fil est tendu
sur lequel funambules
nous dansons ou pleurons
La vie nous joue aux dés
cubes du hasard
tantôt épris de lumière
tantôt hantés par le soleil
noir
Quand l’une s’allume
l’autre s’éteint
l’éclat de ma plume
l’ombre de mon chagrin
*
Kamal Zerdoumi, 2019

Déposé par poutounou le 18/01/2023  
Vous croyez qu’ils jouent aux billes là-haut nos Anges ? Et pourquoi pas !!!
*
Un Ange parfois joue aux billes…
*
Ah ! que de merveilles scintillent
Lorsque danse une goutte d'eau !
Un ange parfois joue aux billes,
Une étoile tombe au ruisseau.
On ne sait jamais quel manteau
De fée courant dans les jonquilles
On peut coudre avec une aiguille
En rêvant derrière un carreau.
*
Maurice Carême

Déposé par choupinou le 16/01/2023  
PERDRE QUELQU'UN QU'ON AIME
Perdre quelqu'un qu'on aime, c'est perdre une partie de soi même.
Bien sûr, ceux que nous aimons ne nous appartiennent pas,
mais notre coeur leur appartient.
Celui que tu aimes fait partie intégrante de toi.
Le perdre, c'est souffrir dans ton corps a jamais.
Cette blessure immense en toi est aussi tangible,
que le vide que tu ressens autour de toi...
Tu te demandes si tu auras la force de continuer,
de marcher dans un monde ou ton petit ange aimés,
ne laissera plus jamais ses empreintes...
Tu te demandes comment la terre peut continuer de tourner,
alors que tout ton univers s'est arrêté d'un coup.
Tu parles en silence le langage des larmes,
et ton coeur s'efforce de comprendre,
ce que personne ou presque ne peut comprendre.
Les pensées spirituelles, les convictions religieuse,
la philosophie, sont impuissantes à guérir tes blessures.
mais seul le pouvoir de l'Amour te réconfortera.
Tu trouveras l'Amour dans le coeur de ceux qui t'entourent,
qui se préoccupent de toi, par ceux qui ont connu la douleur,
ceux qui ont traversé le pays des larmes, sur un océan d'Amour,
ou tu te perds aujourd'hui, demain te montrerons le chemin.
Le soleil continuera de se lever chaque jour, et effleurera ta joue
et chaque nuit, la lune et les étoiles brilleront dans le ciel .
Tu entameras le rituel sacré du souvenir.
Le chagrin deviendra ton compagnon de route,
il nourrira cette partie de toi qui sait ce qui signifie :
compassion, force et profondeur...
Ton chagrin te donnera le courage d'affronter les défis,
la tristesse, la blessure , les plus exigeant de la vie.
De savoir accepter ce que donne la vie et ce qu'elle te reprend,
De savoir accepter les mystères qui font partie intégrante de celle ci,
De savoir accepter le départ et ne pas avoir de regret, de remord
De savoir accepter l'inconnu que nous fait affronter la mort
Et un beau jour peut-être, la plaie ouverte se refermera doucement..
peut-être la paix reviendra-t-elle, dans un timide rayon de soleil
a travers la fenêtre close, ou le pas de la porte ou tu ne passes plus..
Peut-être la paix reviendra-t-elle dans le chant d'un oiseau,
ou porté par le souffle léger du vent qui murmure,
avec le temps, le voile du chagrin se lèvera et parfois reviendra...
La sagesse et le calme de la tempête reviendra dans ton coeur,
et tu sauras que la puissance de l'amour partagé est un don du ciel,
un lien éternel fort, indélébile qui ne meurt jamais.
Tu sauras que l'Amour partagé est la plus précieuse et,
la plus sacrée, de nos richesses en ce monde,
rien ne serait être plus sincère et plus beau, il est le plus fort
cette AMOUR EST FUSIONNEL ET ETERNEL,
Celui ci ne faiblira pas même après notre mort puisque nous serons ensemble...
Suzan Squelatti et aussi avec quelques rajout de phrases ou de mots de mon escient (choupinou)

Déposé par poutounou le 15/01/2023  
Il arrive au Paradis...là où se trouvent nos Anges...
*
L'île des rêves
*
Il a mis le veston du père,
Les chaussures de la maman
Et le pantalon du grand frère
Il nage dans ses vêtements.
*
Il nage, il nage à perdre haleine.
Il croise des poissons volants,
Des thons, des dauphins, des baleines...
Que de monde, dans l'océan !
*
Écume blanche et coquillages,
Il nage depuis si longtemps
Qu'il aborde enfin au rivage
Du pays des rêves d'enfants (et d'animaux...).
*
Jacques Charpentreau

Déposé par poutounou le 11/01/2023  
Oui, tu vis à l'infini mon Ange...
*
À l'infini
*
Là-haut, tu es. Là-haut quoiqu'il advienne,
ange-soleil d'un miracle à jamais
que rien ne sépare de la pure lumière
ni du souffle ascendant de notre amour promis
*
A une autre altitude, tu es là, hors d'atteinte,
hors du monde où meurent les âmes et les corps.
Tu danses sur l'horizon que je porte en moi
pour abolir l'espace et le temps. Tu vis à l'infini.
*
André Velter ("L'amour extrème, poèmes pour Chantal Mauduit", éditions Gallimard, 2000)

Déposé par poutounou le 08/01/2023  
Partout, je t'ai vu, bel Ange...
*
Air vif
*
J'ai regardé devant moi
Dans la foule, je t'ai vu
Parmi les blés, je t'ai vu
Sous un arbre, je t'ai vu
*
Au bout de tous mes voyages
Au fond de tous mes tourments
Au tournant de tous les rires
Sortant de l'eau et du feu
*
L'été, l'hiver je t'ai vu
Dans ma maison, je t'ai vu
Entre mes bras, je t'ai vu
Dans mes rêves, je t'ai vu
*
Je ne te quitterai plus.
*
Paul Éluard ("Derniers poèmes d'amour")

Déposé par poutounou le 04/01/2023  
Coulez, ô larmes éternelles, car ici-bas je reste seul…
*
L'ange envolé.
*
Mon ange a reployé ses ailes
Et dort glacé sous un linceul ;
Coulez, ô larmes éternelles,
Car ici-bas je reste seul.
*
Ô chère ombre au ciel envolée,
Chaque nuit sous les noirs cyprès
Versant des pleurs sur ton blanc mausolée,
Je viens épancher mes regrets.
*
Cette douce sœur de mon âme,
Pour charmer mon cœur attristé,
Me parlait encore de sa flamme
Sur le seuil de l'éternité.
*
Ô chère ombre au ciel envolée,
Chaque nuit sous les noirs cyprès
Versant des pleurs sur ton blanc mausolée,
Je viens épancher mes regrets.
*
Si jusqu'à toi, de cette terre
S'élève mon chant désolé,
Sois attentive à ma prière
En ton beau royaume étoilé.
*
Ô chère ombre au ciel envolée,
Chaque nuit sous les noirs cyprès
Versant des pleurs sur ton blanc mausolée,
Je viens épancher mes regrets.
*
François-Marie Robert-Dutertre (1815-1898)

Déposé par tricha le 02/01/2023  
quelle tristesse pauvre bb repose en paix bon courage à vous

Déposé par poutounou le 01/01/2023  
En 2023, il y aura…
*
Des sourires, pour chasser la tristesse,
De l’audace, pour que les choses ne restent jamais en place,
De la confiance, pour faire disparaître les doutes,
Des gourmandises, pour croquer et déguster la vie,
Du réconfort, pour adoucir les jours difficiles,
De la générosité, pour se nourrir du plaisir de partager,
Des arcs en ciel, pour colorer les idées noires,
De la santé, en veux-tu, en voilà…
Du courage, pour continuer à avancer !
Et de l’Amour, beaucoup d’Amour, parce que sans Amour rien ne va…
*
Certes, les années passent et les rides s'entassent. Mais si le coeur et l'esprit gardent leur âme d'enfant, l'essentiel est là. Je vous souhaite à tous et toutes, ainsi qu’à vos proches, une très bonne année 2023 avec une santé du tonnerre, avec plein d'arcs en ciel et une tonne de courage et d’Amour, et je fais un tout gros poutounou bien baveux à votre ou vos anges... Pour ceux qui n’aiment pas les poutounoux baveux, un bisou tout doux là sur le bout de la truffe…
*
Amicalement,
*
Martine, Rubens, Diesel et « fripouillous » d’Iron…

Déposé par poutounou le 28/12/2022  
Reviens-nous bel été… !!! Dépêche-toi un peu s’il te plaît…
*
Les papillons
*
De toutes les belles choses
Qui nous manquent en hiver,
Qu'aimez-vous mieux ?
- Moi, les roses ;
- Moi, l'aspect d'un beau pré vert ;
- Moi, la moisson blondissante,
Chevelure des sillons ;
- Moi, le rossignol qui chante ;
- Et moi, les beaux papillons !
*
Le papillon, fleur sans tige,
Qui voltige,
Que l'on cueille en un réseau ;
Dans la nature infinie,
Harmonie
Entre la plante et l'oiseau !...
*
Quand revient l'été superbe,
Je m'en vais au bois tout seul :
Je m'étends dans la grande herbe,
Perdu dans ce vert linceul.
Sur ma tête renversée,
Là, chacun d'eux à son tour,
Passe comme une pensée
De poésie ou d'amour !
*
Gérard de Nerval.

Déposé par poutounou le 25/12/2022  
Coucou les mamans et papas de cœur ! Avant tout, je vous souhaite à tous de passer un merveilleux Noël avec des surprises et une bonne tonne d’Amour… !!! Je vous envoie un joli petit conte de Noël ! Et oui il existe le »Jardin magique du Paradis », et tous nos Anges y sont à présent, et bien sûr qu’un jour nous les rejoindrons comme le géant du jardin, c’est une évidence… !!!
*
Petit conte de Noël : le jardin du géant
*
Tous les après-midis, en revenant de l'école, les enfants allaient jouer dans le jardin du Géant qui était parti depuis sept ans déjà.
Le jardin était ravissant ; ça et là, sur l'herbe douce et verte, poussaient de belles fleurs qui ressemblaient à des étoiles. Vers le ciel magnifique, s'élançaient douze pêchers qui au printemps s'épanouissaient en délicates floraisons couleur de rose et de perle, et qui, en automne, portaient des fruits couleur de fête. Les oiseaux assis sur les arbres chantaient si joliment que les enfants s'arrêtaient de jouer pour les écouter. C'était le jardin du Bonheur...
*
Un jour, le Géant revint. Il vit les enfants dans le jardin. Et comme c'était un Géant très égoïste, il les fit fuir avec sa grosse voix. Ensuite, il construisit un MUR tout autour du jardin et mit un écriteau : Défense d'entrer sous peine d'amende !
*
L'hiver arriva...
Puis vint le printemps avec les fleurs des champs et les oiseaux du ciel...
Mais dans le jardin de l'Egoïste, c'était encore l'hiver, la neige, le froid et le gel. Le Vent du Nord, glacial, avait trouvé son logis. Il invita Madame La Grêle à venir le rejoindre et tous deux s'en donnèrent à coeur joie... Ils décidèrent de ne plus quitter l'endroit et de l'occuper toute l'année.
Le Géant se posait des questions : "Pourquoi est-ce toujours l'hiver chez moi ?" "Pourquoi les oiseaux ne viennent-ils plus ? Pourquoi les fleurs ne s'épanouissent-elles pas ?"
L'homme ne comprenait pas et s'attristait.
*
Un matin pourtant, il entendit une musique ravissante. Un petit linot chantait dehors, il chantait la plus merveilleuse musique du monde. Le Géant s'approcha de la fenêtre et aperçut une multitude d'enfants installés sur les branches des arbres... et les arbres, si contents de les revoir, s'étaient mis à refleurir... et la grêle et le vent s'étaient enfuis... Les oiseaux voletaient et gazouillaient avec délice ; les fleurs souriaient ; les enfants riaient...
Mais dans un coin du jardin, l'hiver était resté avec ses amis Grêle et Vent du Nord. Au pied d'un arbre gelé, un tout petit enfant pleurait. Il ne pouvait grimper à l'arbre. Le Géant comprit alors son égoïsme : « Maintenant je sais pourquoi le Printemps ne voulait pas venir ici. Je vais mettre ce pauvre petit garçon tout en haut de l'arbre, et je démolirai le mur, et mon jardin sera à tout jamais la cour de récréation des enfants. »
*
Le Géant descendit sans bruit l'escalier, ouvrit très doucement la porte et pénétra dans le jardin. Mais quand les enfants le virent, ils furent si effrayés qu'ils s'enfuirent, et le jardin reprit ses couleurs d'hiver. Seul le petit garçon ne s'enfuit point car ses yeux étaient si pleins de larmes glacées qu'il ne vit pas le Géant s’approcher. Celui-ci le prit doucement dans sa main et le posa dans l'arbre. Et l'arbre se couvrit aussitôt de fleurs, et les oiseaux vinrent y chanter, et le petit garçon étendit ses deux bras et les jeta autour du cou du Géant, et l'embrassa (c'était la première fois qu'on embrassait le Géant). Et quand les autres enfants virent que le Géant n'était plus méchant, ils revinrent en courant, et le Printemps revint avec eux.
"C'est votre jardin, maintenant, petits enfants ”, dit le Géant.
Et il prit une grande hache et fit tomber le mur. Les enfants jouèrent tout le jour et, le soir, ils vinrent dire au revoir au Géant.
*
Celui-ci demanda : "Mais où donc est votre petit compagnon, celui que j'ai posé dans l'arbre ?” (Le Géant avait un faible pour lui parce qu'il l'avait embrassé.)
*
"Nous n'en savons rien ”, répondirent les enfants. “ Il est parti et nous ne savons pas où il habite. Nous ne l'avons jamais vu auparavant."
Le Géant en fut très triste. Les années passèrent, et le Géant devint très vieux et très faible. Il restait assis dans un fauteuil immense, regardait les jeux des enfants et admirait son jardin. “ J'ai beaucoup de belles fleurs, disait-il, mais les enfants sont les plus belles fleurs de toutes".
*
Un matin d'hiver, il regardait par la fenêtre en s'habillant. Il ne détestait plus autant l'hiver, car il savait que c'était simplement le printemps endormi, et que les fleurs se reposaient.
Ce matin-là, dans le coin le plus reculé du jardin, il aperçut un arbre tout couvert de ravissantes fleurs blanches. Ses branches étaient toutes dorées et des fruits d'argent y étaient suspendus... Au-dessous de l'arbre, se tenait le petit garçon qu'il avait aimé.
Dans sa joie, le Géant descendit en courant l'escalier et pénétra dans le jardin. Il traversa l'herbe en toute hâte et arriva près de l'enfant. Quand il fut tout près, il s'aperçut que l'enfant était blessé. Sur ses paumes et sur ses pieds, il y avait l'empreinte de deux clous...
“ Qui a osé te blesser ?” s'écria le Géant ; “ dis-le moi afin que je prenne mon grand sabre et que je le tue.
« Non ! » répondit l'enfant ; ce sont les blessures de l'Amour.
“ Qui donc es-tu ?" demanda le Géant en s'agenouillant devant le petit enfant.
L'enfant sourit au Géant et lui dit : “ Tu m'as laissé un jour jouer dans ton jardin, aujourd'hui tu viendras avec moi dans mon jardin, qui est le Paradis."
Et ce jour-là, quand les enfants du village coururent au jardin, ils trouvèrent le Géant couché sous un arbre mort et tout couvert de fleurs blanches.
*
D’après un conte d’Oscar Wilde

Déposé par poutounou le 24/12/2022  
Histoire de NOEL : le carnet d’adresses du Père Noël
*
Le Père Noël se brosse les dents. Il peigne sa barbe, il enfile son manteau rouge, ses bottes, son bonnet. Il monte sur son traîneau, il crie à ses rennes : « allez, au boulot ! »
*
Et le traîneau s’envole dans le ciel. C’est la nuit de Noël et le Père Noël va distribuer ses cadeaux. Il se dit : « bon, par qui vais-je commencer ? » Il plonge la main dans une poche de son manteau. Puis il fouille dans une autre poche. Il s’écrie : « sapristi, j’ai oublié mon carnet d’adresses ! »
*
Dans son carnet, le Père Noël a écrit les adresses de tous les enfants de la terre et les jouets qu’ils veulent recevoir. Vite, il fait faire demi-tour à ses rennes et il retourne chez lui. Le Père Noël fouille partout, sur son armoire, sous son lit. Il vide ses placards, il secoue ses chaussures, mais il ne trouve rien. Son carnet d’adresses a disparu.
*
Le Père Noël regarde son traîneau chargé de cadeaux. Il dit tristement : « qu’est-ce que je vais faire de tout ça ? » Une grosse larme coule le long de sa barbe. Il soupire : « ce Noël va être raté, complètement raté ! » Les rennes du Père Noël commencent à s’impatienter. Ils secouent leurs clochettes. Le Père Noël caresse le grand renne qui conduit l’attelage, et il murmure : « oui, oui, il est l’heure de partir, mais je ne sais plus dans quelles maisons déposer les jouets ! »
*
Alors, le grand renne déclare : « tu as perdu ton carnet d’adresses, vieil étourdi ! Il ne reste qu’une solution, puisque tu ne sais pas dans quelles maisons dorment les enfants, il faut distribuer des jouets dans toutes les maisons de la terre. Allons, accroche les autres traîneaux derrière nous et va chercher tous les jouets qui restent dans ton grenier ! »
Déjà, une horloge sonne les douze coups de minuit. Le Père Noël se met au travail : il court, il porte, il grogne. Il remplit encore cinq traîneaux de jouets pour être sûr d’en avoir assez. Puis il fait claquer son fouet en l’air et l’attelage file sous les étoiles.
*
Le Père Noël n’a jamais connu une nuit aussi fatigante. Il dépose des paquets dans toutes les maisons, même dans les maisons où il n’y a pas d’enfants.
*
Le lendemain matin, les grands-mères trouvent des ours en peluche dans leurs chaussons, les grands-pères ont des trains électriques, les bébés ont des vélos de cross, les papas des poupées et les mamans des hochets. Alors les gens sortent des maisons. Certains disent : « j’ai reçu ça et je n’ai rien demandé ! » D’autres ronchonnent : « j’ai un jouet de bébé, ce n’est pas ce que je voulais ! »
*
Heureusement les papas donnent leurs jouets aux enfants, les bébés aux mamans, les mamans aux garçons, les garçons aux grands-mères, les grands-mères aux filles et les filles aux grands-pères. À la fin, d’échange en échange, chacun a un cadeau qui lui plaît.
*
Dans les nuages, le Père Noël observe ce qui se passe sur la terre. Il se dit en riant : « hé, hé, je leur ai fait une bonne surprise ! » Puis il rentre chez lui. Il enfile son pyjama, il se glisse dans son lit et, sous son oreiller, il retrouve son carnet d’adresses.

Déposé par choupinou le 22/12/2022  
L'Absence
L'absence est un jappement que nous n'entendons plus,
mais qui nous parlera du fond du coeur à l'heure la plus sombre,
ou la tristesse se fait sentir certains jours les plus difficiles.
L'absence est une patte que vous pouvez tenir fermement
quand une autre patte vous échappera,
et que votre courage semblera vous manquer.
L'absence est un souvenir qui à n'importe qui,
mais pas vous, paraîtra banal ...
C'est une photographie en noir et blanc,
une phrase qui contient un monde.
L'absence est le temps qui vous a semblé inépuisable,
et qui n'est plus là, le temps de tout,
ce que ce que vous n'avez pas pu dire, que vous n'avez pas pu faire...
C'est l'amour que vous portez à l'intérieur,
c'est ce qui reste quand tout se termine.
Le récit ultime, le sens de la vie
de Gabriele Ferraris
(avec quelques changement de ma part, choupinou)

Déposé par poutounou le 21/12/2022  
Regardons vite sous notre oreiller !!! C'est lorsque nous rêvons de nos Anges !!!
*
Le petit rêve
*
C’est un petit rêve léger
Un rêve bien plié sous mon oreiller
C’est un rêve doux et chaud
Qui va pieds nus dans l’herbe fraîche,
Un rêve transparent
Qui glisse entre les yeux
Et se blottit sous les paupières.
C’est un rêve coloré
Qui murmure encore en moi
Quand le soleil ouvre ma porte.
C’est un petit rêve léger
Qui accompagne ma journée.
*
Luce Guilbaud ("Les oiseaux sont pleins de nuages" - éditions Soc et Foc)

Déposé par poutounou le 18/12/2022  
Un joli petit poème hivernal……Je ne sais pas chez vous, mais ici, en Lorraine, il fait un froid de canard… Vivement le printemps et le doux soleil…!!!
*
Hiver, vous n'êtes qu'un vilain ...
*
Hiver, vous n'êtes qu'un vilain,
Eté est plaisant et gentil,
En témoin de Mai et d'Avril
Qui l'accompagnent soir et matin.
*
Eté revêt champs, bois et fleurs
De sa livrée de verdure,
Et de maintes autres couleurs,
Par l'ordonnance de Nature.
*
Mais vous, hiver, vous êtes plein
De neige, vent, pluie et grésil :
On doit vous bannir en exil.
Sans vous flatter je parle plein,
*
Hiver, vous n'êtes qu'un vilain !
*
Charles d'Orléans (1394-1465)

Déposé par poutounou le 14/12/2022  
Bien sûr qu’il y a des gens qui vous aiment pour vous ! Venez faire un tour sur le Cimetière des chiens ou chats et vous verrez combien vous êtes aimés… !!!
*
Le chien et le chat
*
Un chien vendu par son maître
Brisa sa chaîne, et revint
Au logis qui le vit naître.
Jugez de ce qu'il devint
Lorsque, pour prix de son zèle,
Il fut de cette maison
Reconduit par le bâton
Vers sa demeure nouvelle.
Un vieux chat, son compagnon,
Voyant sa surprise extrême,
En passant lui dit ce mot :
Tu croyais donc, pauvre sot,
Que c'est pour nous qu'on nous aime !
*
Jean-Pierre Claris de Florian

Déposé par poutounou le 11/12/2022  
Nos Anges ont le coeur rempli de sous d’Amour, de vrai Amour ! Et nous, mamans et papas de coeur, avons fait tout notre possible pour leur rendre ces sous d’Amour…!!!
*
La prière aux étoiles
*
Et on s’embrasse, et on se dit « Je t’aime »,
Et on se fait du charme
Et tout le reste, et ça va très bien…
Et tout d’un coup, il y en a un qui donne à l’autre…
Un sou d’amour.
Mais de vrai Amour, tu comprends !
Un sou, pas plus. Oh… ce n’est presque rien,
C’est peut-être une nouvelle robe de la couleur de sa cravate,
C’est peut-être de répéter une phrase qu’il a dite la veille…
C’est une façon de tenir une main,
Un regard plus bleu,
Un petit tremblement dans la voix…
Alors il faut que l’autre le comprenne…
Il faut que, tout à coup,
Il sente que ce n’est pas trois mille francs de coquetterie,
Ou dix mille francs de flirt,
Mais que c’est beaucoup plus que ça,
Parce que c’est un sou d’Amour.
Et alors, tout de suite,
Il faut que, pour un sou,
Il rende tout à coup… deux sous d’Amour.
*
Marcel Pagnol

Déposé par poutounou le 07/12/2022  
Encore faudrait-il que ceux qui font du mal se rendent compte du mal qu’ils font… !!!
*
La brebis et le chien
*
La brebis et le chien, de tous les temps amis,
Se racontaient un jour leur vie infortunée.
Ah ! Disait la brebis, je pleure et je frémis
Quand je songe aux malheurs de notre destinée.
Toi, l'esclave de l'homme, adorant des ingrats,
Toujours soumis, tendre et fidèle,
Tu reçois, pour prix de ton zèle,
Des coups et souvent le trépas.
Moi, qui tous les ans les habille,
Qui leur donne du lait, et qui fume leurs champs,
Je vois chaque matin quelqu'un de ma famille
Assassiné par ces méchants.
Leurs confrères les loups dévorent ce qui reste.
Victimes de ces inhumains,
Travailler pour eux seuls, et mourir par leurs mains,
Voilà notre destin funeste !
Il est vrai, dit le chien : mais crois-tu plus heureux
Les auteurs de notre misère ?
Va, ma sœur, il vaut encor mieux
Souffrir le mal que de le faire.
*
Jean-Pierre Claris de Florian




L'Album photo contient 2 photos
Highslide JS

Highslide JS

Retourner en haut